Avez-vous pris votre abonnement 2021 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez à la Cagnotte 2021
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

La France, d’humiliation en humiliation.

, par  NEMO , popularité : 41%
Version imprimable de cet article Version imprimable NJ-Ile de France
Déjà publié à la mi avril 21

Plus on se couche, plus on se repent, plus ils nous méprisent, plus ils nous humilient...

JPEG - 46.2 ko

Pas une semaine, pas un jour sans que la Turquie nous humilie, l’Algérie nous humilie, l’ex-empire colonial français nous humilie – jusqu’à nous rendre responsables du massacre des Tutsi au Rwanda !-, les Outre-Mer nous humilient. Pire, A l’intérieur de l’hexagone-même, des territoires étrangers se sont constitués, qui ne sont pas les derniers à nous humilier – les tirs de mortiers se généralisent un peu partout contre la police, sans qu’elle ose réagir -combien de morts chez les tireurs, combien d’arrestations ? On en est jusqu’à décompter les tirs de LBD des forces de l’ordre, 3 tirs récemment à Angoulème, c’est dire si la situation était chaude ! (pour mémoire, ce sont près de 1000 tirs de LBD qui ont été comptabilisés contre les Gilets Jaunes, sans que les « autorités » ne s’en inquiètent) -.

Et nos gouvernants, que font-ils ? Ils s’excusent, ils négocient, ils parlementent ; ils s’abritent derrière les « droits de l’homme » ; pour se faire pardonner d’être blancs et de culture judéo-chrétienne, ils traînent au moindre prétendu « dérapage », devant des tribunaux soumis, l’ « extrême droite », ces affreux nationalistes, donc fascistes, qui se cramponnent à l’ancien monde. La paix au prix du déshonneur et de la dhimmitude.

Tenez, la Turquie d’Erdogan, qui considère qu’assimiler les turcs qui vivent en France (et qui bénéficient d’une carte d’identité française) serait un crime contre l’humanité  ; le lièvre du financement à Strasbourg d’une mosquée ouvertement hostile à la France, la plus grande d’Europe, à peine soulevé, qu’un tribunal administratif (quelle légitimité ?) obligeait le maire d’Albertville à accepter l’édification d’une école tout aussi séparatiste, pouvant accueillir 400 élèves... 400 élèves d’origine turque ! Un tiers des enfants en âge scolaire d’Albertville qui ne seront jamais français, si l’on en croit Erdogan, au cœur de la capitale de la Savoie (je sais, la Savoie n’a été définitivement française qu’en 1860, mais turque, jamais... jusqu’à aujourd’hui) ! Les promoteurs de cette école ne se cachent même pas pour se moquer de nous : cette école suivra scrupuleusement les programmes de l’éducation nationale, argumentent-ils, la main sur le coeur. Il y aura « à peine » trois heures de formations religieuse par semaine, toutes les confessions (ou sans) seront bienvenues... A ce stade, l’hypocrisie n’est plus un défaut, c’est de l’art !

Et l’Algérie. Ah, l’Algérie, qui, malgré tous nos efforts, toutes nos flagorneries, notre contrition, non seulement ne nous aime pas, mais nous considère comme ses ennemis. Que pouvons-nous faire, Monsieur Stora, pour enfin nous faire pardonner ? Notre président a confessé le crime contre l’humanité qu’a représenté l’occupation de l’Algérie (un pays qui n’existait pas à l’époque, mais passons sur ce détail insignifiant), il s’est couvert la tête de cendres en recevant en grande pompe la famille d’un avocat FLN exécuté pendant la guerre (il ne lui reste plus qu’à en faire autant pour Assa Traoré et ses frères). Il a confié à un historien hémiplégique de la partie française de son cerveau une mission de « réconciliation » que l’Algérie a accueillie avec un mépris souverain, estimant que même à plat ventre, la France n’avait pas baissé suffisamment le pantalon et avait omis de fournir la vaseline. Notre ministre de l’Intérieur est allé jusqu’à s’incliner, à Alger, devant le mémorial des « martyrs du FLN. Il n’y a plus qu’à rebaptiser les Champs Élysées en avenue Ben Bella »... D’après Abdelmadjid Tebboune, le président algérien en personne, plus de 6 millions d’algériens vivraient en 2021 en France !

Le pompon, le week-end dernier : des tags sur les murs d’un centre culturel musulman ! Le ministre de l’Intérieur accourt à Rennes au galop, toutes affaires cessantes, allant même jusqu’à abandonner provisoirement sa mission sacrée de débusquer les restaurants clandestins, c’est vous dire le niveau national du drame ! Et un discours martial à la clé, avec, en dehors du blabla habituel - branle-bas de combat ! l’islamophobie ne passera pas ! Aux armes, citoyens ! – une phrase ahurissante : « tout lieu de culte... est le bienvenu dans notre pays ». Ah oui ? Est-ce qu’il sait, Darmanin, que pour un musulman, le terrain sur lequel est construite une mosquée, et ses alentours (périmètre fluctuant selon la « résistance » locale), devient terre d’Islam ? Autant de mosquées en France, autant de territoires étrangers en France.

Et s’il n’y avait que les gouvernants, les médias, les juges... Mais les entreprises ! Du « Slip Français » qui se confond en pénitences, jusqu’à consacrer une partie de son chiffre d’affaires aux associations d’aide aux migrants, parce que quelques-uns de ses salariés se sont grimés en noir lors d’une soirée privée exotique ; à Danone, propriétaire d’Evian, qui, horreur malheur, a osé faire de la publicité pour son eau minérale en plein ramadan, alors que les musulmans n’ont pas le droit de boire entre le lever et le coucher du soleil, et qui se répand en excuses. Je ne boirai jamais plus d’eau, et je ne mettrai plus de slip, na !

Je l’avais déjà écrit la semaine dernière, je le réécris cette semaine : vous qui me lisez, mettez-vous bien en tête, et faites passer autour de vous : si on recule, ils avanceront. Si on se couche, ils nous piétineront. Si on avance, c’est eux qui reculeront.