] ]
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Didier Deschamps : le champion, c’est lui !

, par  NEMO , popularité : 8%
NJ-Ile de France

Qu’est-ce que l’équipe de France de football a gagné ces 20 dernières années sans Didier Deschamps ? Rien !

JPEG - 52.9 ko

Je ne suis pas un spécialiste du footbal (c’est de la modestie, n’allez pas me croire), mais s’il y a un domaine que je connais bien, c’est celui de mes frères humains. A l’heure où j’écris ces lignes, je ne sais pas si la France sera pour la deuxième fois championne du monde, encore que je vois mal comment elle pourrait perdre cette finale, mais ce que je sais, c’est que s’il y a un vainqueur de ce grand cirque, ce sera Didier Deschamps, et lui seul.

Parce que c’est lui, et pas tous ces crétins de commentateurs qui le couvraient de cendres avant, et qui chipotent maintenant sur la « manière », qui a compris le mieux les enjeux du football. Ce que Deschamps a compris bien avant tout le milieu du foot, c’est que le football n’était plus un jeu ou un sport de gentlemen, mais, pour paraphraser Clausewitz et son célèbre « La guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens », que « le football n’est rien d’autre que la continuation de la guerre par d’autres moyens ». La guerre, c’est sale, c’est violent, c’est méchant, ce n’est pas beau… Ce qui n’empêche pas les foules en délire d’acclamer le vainqueur. Nos élites politiques ont d’ailleurs reçu le message 5/5, qui se pressent dans les tribunes d’honneur des grands matchs pour que la populace constate de visu à quel point ceux qui pensent à leur place aiment le football.

Ce sont ces mêmes crétins qui étaient tombés en pâmoison lorsque Zinedine Zidane annonça qu’il quittait le Real Madrid. Enfin, un « grand monsieur » selon leur conception du « beau jeu », qui plus est issu de la diversité, pour remplacer ce tâcheron de Deschamps, le franchouillard qui, ils en étaient sûrs, ne pouvait qu’amener l’équipe de France au désastre. Zinedine Zidane, le meilleur entraîneur du monde, le meilleur joueur du monde, le meilleur donneur de coups de tête du monde…
Zidane est un très grand joueur, sans doute dans le top 5 des plus grands artistes que le monde ait connu. Et alors ? Pourquoi avoir voulu démolir Deschamps en l’opposant à son coéquipier ? Vous voulez des comparaisons, en voilà :
Qu’est-ce que Zidane a gagné en équipe de France après que Deschamps ait pris sa retraite ? Rien ! Zidane a gagné à peu près tout lorsqu’il jouait puis lorsqu’il entraînait le Real Madrid. Bravo. Mais il avait avec lui les meilleurs (et les plus chers) footballeurs du monde.
Deschamps a tout gagné : capitaine de l’équipe de France, il a été champion du monde et champion d’Europe. Avec chacun des clubs dans lesquels il a joué, il a été champion d’Europe, y compris avec l’OM – la seule équipe française à avoir remporté la ligue des champions. Entraîneur de Monaco, il a conduit l’équipe en finale de la ligue des champions. L’OM ne disposait pas des meilleurs joueurs du monde, Monaco encore moins. Mais les deux équipes avaient Deschamps pour leur apprendre comment gagner au football.

Pour continuer dans la paraphrase avec Raymond Goethals, entraîneur de l’OM vainqueur de la ligue des Champions en 1993 [1], réagissant à la condamnation de Tapie suite à l’affaire du match de Valenciennes, « on leur donne Didier Deschamps et ils le couvrent de merde ». Décidément et dans tous les domaines, nos penseurs agréés sont de plus en plus à côté de leurs crampons (de football).

[1on leur donne la coupe d’Europe et ils la remplissent de merde

Navigation