Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

L’Islam, la religion qui fait envie au Pape

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France

Je ne peux pas croire qu’un doux rêveur, un naïf, un hurluberlu à qui on fait tout avaler, que l’on peut manipuler à loisir, arrive à se faire élire Pape ou Président de la République, d’ailleurs. Un Pape, un Président, sait ce qu’il fait, il a les moyens de mesurer les conséquences de ses actes et de ses paroles. Il est donc responsable, et, le cas échéant, coupable.

JPEG - 72.9 ko

Il n’y a aucune raison pour que le pape François échappe à la règle commune aux hommes de pouvoir : pour être élu, Il a à coup sûr marché sur des têtes, éliminé des concurrents, pactisé avec des forces obscures. Il a dû se montrer fin stratège, fin tacticien, intriguer, laisser ses scrupules au vestiaire lorsqu’ils risquaient de nuire à sa candidature, bref, il lui a fallu faire de la real politique. Alors, quand le pape François s’exprime, il sait très bien ce qu’il fait et il est parfaitement conscient de la portée de ses actes et de ses paroles. C’est donc en toute connaissance de cause que le pape appelle dans tous ses discours à laisser déferler sans restriction sur l’Europe chrétienne une immigration dont il sait qu’elle est quasi-exclusivement constituée de musulmans. Il sait aussi que l’Islam n’est pas la religion de paix et d’amour que nous serinent les contes de fées immigrationnistes. Il n’a pu que constater que les chrétiens d’Orient, ou ce qu’il en reste, sont persécutés, assassinés, violés, dépossédés. Pourtant il ne manque pas une occasion de culpabiliser les chrétiens d’Occident pour leur prétendu manque de cœur face à la misère du monde, mais il n’a pas un mot de condamnation pour les monarchies du golfe et les pays du Maghreb qui refusent catégoriquement de prendre en charge les damnés de la Terre, si ce n’est pour les traiter comme des esclaves taillables et corvéables à merci. Et quand le Pape se rend à Chypre pour constater les ravages de la guerre en Syrie, ce n’est pas avec des chrétiens d’Orient qu’il rentre au Vatican, mais avec des musulmans.

Et ne me dites pas que c’est parce qu’il est argentin, qu’il ne sait pas vraiment ce qui se passe. Je vous le répète, il sait, et il agit en toute conscience ! Je soupçonnais le pape François d’être jaloux de l’Islam, de son apparente inorganisation, de sa faculté d’attraction sur des masses peu éduquées (mais l’Islam a aussi ses intellectuels fanatiques), de ses martyrs qui se glorifient de tuer au nom d’Allah et de mourir pour lui, des mosquées qui poussent comme des champignons dans le monde entier, et qui sont remplies à craquer à l’heure de la prière, quand les églises se vident, tombent en ruine, sont converties en centres d’affaires ou en salles de spectacle, et qu’on ne trouve plus de prêtres pour dire la messe. Mais s’il n’était que jaloux, il devrait, et c’est ce que les fidèles attendent de leur guide spirituel, revoir complètement l’offre de son Église, lui redonner du lustre, de l’attractivité, de la fierté, faire en sorte que l’on ait envie d’être chrétien, de baptiser nos enfants, d’aller à la messe, de croire en Jésus-Christ, la Vierge Marie et tout le tremblement. Bref, le pape devrait s’occuper de satisfaire ses « clients » plutôt que de dérouler le tapis rouge à la concurrence.

Eh bien s’il ne le fait pas, je ne vois que deux explications : l’une, un peu facile et irrationnelle, le pape serait fou, aurait des tendances suicidaires, voudrait, comme Sardanapale ou Soros, que l’humanité chrétienne disparaisse avec lui. La seconde, bien que difficile à avaler, mais qui a le mérite de répondre à toutes les objections, tenez-vous bien : le pape se serait secrètement converti à l’Islam, et il veut convertir l’Occident à Allah.
Après tout, François, avant d’être pape, est un homme. Et le paradis d’Allah offre bien des satisfactions : entre autres des houris éternellement vierges, les vins les plus fins, tandis qu’être assis à la droite de Dieu, ça va cinq minutes…