Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INFO 917 DOLFUSVILLE

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 5%
Les plaines du Chélif : Sur une carte générale apparaît un long sillon entre la chaîne littorale du Dahra et le gros massif de l’Ouarsenis ; mais dans le détail la plaine se divise en quatre parties, qui sont d’Est en Ouest la plaine d’Affreville ou Djendel, la plaine des Attafs, la plaine d’Orléansville, la plaine de la Mina ou de Relizane : au total quelques 220 000 hectares.

Malgré l’intérêt qu’avaient Alger et Oran à pouvoir librement communiquer par l’intérieur, la vallée du Chélif, de même que la vallée du Sahel, ne fut que tardivement et incomplètement occupée par la colonisation. Deux causes provoquèrent ce retard : d’une part l’insoumission de l’Ouarsenis et du Dahra ; d’autre part, l’insalubrité de la vallée même, étroit couloir étouffé par les deux masses montagneuses du Nord et du Sud.

AMOURA : Centre de colonisation projeté dès 1862, qui prend le nom de Dolfusville par décret du 21 février 1889 ; intégré au sein de la commune mixte du Djendel.

Vous invite à découvrir l’Histoire de cette localité peuplée en 1954 de 10 584 habitants dont 125 européens ;

Bonne Journée à tous
Jean-Claude ROSSO

Navigation



TWITTER semble avoir bloqué certaines diffusions, il n'y aucun tweet pour l'instant.