Avez-vous pris votre abonnement 2021 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez à la Cagnotte 2021
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Et pourtant, ils étaient de leur côté (gauche) !

, par  NEMO , popularité : 37%
Version imprimable de cet article Version imprimable NJ-Ile de France

Quand le réel vous frappe en pleine figure... au sens propre. Didier Lemaire, Tapie, dur, dur d’être progressiste.

JPEG - 57.3 ko

J’ai lu l’entretien donné la semaine dernière à Valeurs Actuelles par Didier Lemaire, le nouvellement célèbre ex-professeur de philo à Trappes. Édifiant. Didier Lemaire se revendique de gauche, mais je n’ai pas trouvé dans son analyse de l’état de la société Française une différence, ne serait-ce que de l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette, entre lui et les populistes d’extrême-droite tels que Ménard, Zemmour, Maréchal, De Villiers (Philippe) ou Le Pen... L’islamisation, la délinquance, la lâcheté des politiques, des médias, de l’éducation nationale, la nécessité de contrôler l’immigration, de se réarmer idéologiquement, et j’en passe. Bref, rien ne manquait... Sauf que, comme il lui fallait bien ne pas se renier totalement, il pointait du doigt la responsabilité de l’État. C’était bien entendu l’État qui ne faisait pas son boulot, et de l’État démocratique qu’il fallait exiger « la » solution, qui ne pouvait venir que d’une politique « volontariste »... Non, je ne me moque pas. Même s’il y a encore un long chemin à parcourir, je salue le courage de cet homme qui ose remettre en question toute une vie de conviction que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, que chez moi c’est chez toi, que le multiculturalisme est une richesse, "embrassons-nous Folleville" (comédie d’Eugène Labiche)... Chapeau bas quand même.

Et puis il y a eu l’agression immonde du couple Tapie. Par quatre « hommes » qui se sont avérés, manque de pot pour les racisés victimes permanentes des blancs, trois subsahariens et un nord-africain. Et les révélations faites par Bernard Tapie à André Bercoff : Tapie essaie de discuter avec les tortionnaires (c’est le terme exact, quand on torture des gens pour leur faire avouer où est le magot), il leur rappelle son combat en leur faveur « je me suis battu pour vous, j’ai pris votre parti... », et l’un de ces braves garçons (lequel, s’il avait été blanc, aurait probablement été qualifié de nazi par les gazettes) de lui répondre : « va te faire enculer. Ce temps-là est mort ». Réplique d’une profondeur abyssale, si l’on veut bien se donner la peine de l’analyser. « Va te faire enculer » : pour un africain, les blancs sont par essence pédés, et leurs femmes, salopes par nature - . Se faire baiser est donc leur état naturel, et ce ne sont pas les délires LGBT+ qui les feront changer d’avis. « Ce temps-là est mort » : notre temps est venu. Le temps où nous faisions semblant d’être vos amis est terminé. Nous allons prendre notre revanche, vous faire payer la colonisation, l’humiliation, l’esclavage, et tout le toutim. Vous, nos idiots « utiles », non seulement on n’a plus besoin de vous, mais on vous méprise d’avoir trahi votre camp pour nous. N’attendez-pas un traitement de faveur... Pauvre Nanar, qu’est-ce qu’il doit penser, aujourd’hui, quand il fait le bilan de son « combat » (bidon ?) contre Jean-Marie Le Pen (il parait qu’ils jouaient aux cartes ensemble).

Et cela nous ramène, comme à chaque fois, au « Camp des Saints », le roman prémonitoire de Jean Raspail. La submersion de l’occident par l’immigration (Raspail avait mis en scène des immigrés venus d’Inde, il n’avait pas vu – c’était en 1973 – le tsunami de l’Islam, c’est vous dire si la conquête est rapide). Consolation pour les Cassandre que nous sommes, avant de passer à notre tour à la casserole, nous aurons la joie d’être précédés par les « humanistes » qui ont si complaisamment ouvert la porte à nos envahisseurs.

Quand la maire de Strasbourg, d’origine arménienne par son père, fait accorder une subvention de deux millions et demi d’euros pour l’édification d’une mosquée turque, que la présidente de l’Union Européenne se fait humilier, sans la moindre réaction, par Erdogan, on se dit que c’est pour bientôt.