Avez-vous pris votre abonnement 2023 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

LA PAROLE PUBLIQUE

, par  Suzanne de Beaumont , popularité : 6%
Cet article provient d'un membre ou soutien de NJ, il(elle) s'exprime ici. Vous pouvez vous aussi nous soumettre vos textes.

LA PAROLE POLITIQUE
Depuis l’arrivée au pouvoir de Macron la parole politique du pouvoir en place est devenue incompréhensible.

Macron l’a bien dit « tout et son contraire » d’un instant à l’autre. Et cela reprend de plus belle avec le nouveau gouvernement.

Tout le monde attendait ce nouveau gouvernement où devaient figurer les représentants des tous les partis politique.

Mais le premier ministre n’a pas changé et les principaux alliés de Macron figurent encore au nouveau gouvernement où on cherche vainement un représentant des autres partis politiques.

Cependant je note que notre nouveau premier ministre, dans son discours de politique générale, a beaucoup insisté sur sa fidélité à ses valeurs qui sont, d’après elle, les valeurs de la France.

Tout ce beau monde prône en permanence sa fidélité aux valeurs de la république sans jamais expliquer quelles sont exactement ces valeurs.

Je constate que les valeurs politiques du premier ministre sont carrément placées dans des personnes qui se situent résolument à gauche.

Dans son discours elle parle de générosité, de bonté, d’amour de son prochain (valeur d’abord catholique), de considération des petits et des défavorisés, toutes positions qui ne sont bien sûr que des valeurs de gauche.

Il est vrai que tous les français qui votent à droite sont d’affreux nationalistes, racistes, pourtant Macron et son premier ministre, à la fin de chacune de leurs interventions s’exclament « vive la France », ils sont donc nationalistes.

Le gouvernement est républicain. Une république est un état gouverné par les représentants du peuple. Or Macron méprise et ignore le Parlement composé des représentants du peuple.

Toutes les magouilles et les trafics dans la règlementation des élections ne visent qu’à tricher pour que ne soit élus que les partisans de gauche, la droite ne doit pas exister politiquement bien qu’elle englobe deux tiers des votants.

La constitution concoctée par Debré et De Gaulle après la guerre a instauré l‘élection du président de la république au suffrage universel. Il est donc choisi par chaque électeur pour gouverner la France puisque c’est lui qui choisit le premier ministre et les ministres. En 1945 il a d’ailleurs installé au gouvernement un déserteur notoire pour qui aucun français n’aurait voté. Son pouvoir es total, plus étendu que celui du roi sous l’ancien régime. Macron est un roi républicain, la parfaite illustration du tout en même temps.

Le « tout en même temps » mélange tout, le rouge et le noir, la colère et la douceur, le racisme et la négation des races, etc … etc… Mélenchon a bien saisi la technique. Lui et les siens sont antiracistes alors que la plupart de ses électeur, d’ascendance algérienne, sont profondément antisémite, mais ce n’est pas du racisme puisque les sémites sont de toute les races, c’est juste une opposition religieuse. Et vive le « tout en même temps ».

Macron s’est imprégné de la conduite de De Gaulle : la parole politique « je vous ai compris » et j’agis :" je vous jette à la mer ou sous le couteau des égorgeurs."