Avez-vous pris votre abonnement 2022 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INFO 874 CLINCHANT

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 7%
Version imprimable de cet article Version imprimable
La ville d’Oran a été conquise le 4 janvier 1831. Après avoir consolidé ses positions, notamment avec les ports sur la façade méditerranéenne, une incertitude politique persista sur le futur avenir français de l’Algérie conquise. Mais l’Emir ADB-EL-KADER déclara la guerre à la France après son intrusion aux Portes de Fer en octobre 1839.

Le Tell de la province d’Oran occupe toute l’étendue de cette province, de l’Ouest à l’Est, sur une profondeur moyenne de 200 kilomètres environ. Il est séparé des hauts plateaux par une ligne qui passe par Sebdou, Magenta, Daya, Saïda, Frenda et Tiaret.

Au pied des montagnes telliennes une région de colonisation se constitua ; il y avait là toute une série de points stratégiques, dont la valeur agricole, au débouché des rivières dans la plaine, se trouvait accrue par l’importance que prend en Algérie le problème de l’aménagement de l’eau ; nulle part la situation ne se présentait plus favorable pour établir des barrages de retenue, des canaux de dérivation et d’irrigation. Dès 1845, SAINT-DENIS- DU-SIG eut ses colons agricoles, en 1846, Sainte-Barbe-Du-Tlélat et en 1857 se fut Relizane.

Sous le gouvernement du Général CHANZY (06/1873 au 02/1879), trente sept centres ont été créés dont LES-SILOS. Ce village fut créé en 1878 dont le lieu s’appelait EL-MATMAR (Les SILOS en français) en raison, sans doute, d’un nombre important de silos creusés.

En 1894, il reçoit le nom de CLINCHANT en hommage à Justin CLINCHANT (1820/1881) général de l’armée d’Afrique.

Vous invite à découvrir l’Histoire de cette localité, peuplée en 1960 de 3 590 habitants dont 252 européens.

BONNE JOURNEE A TOUS.
Jean-Claude ROSSO