Avez-vous pris votre abonnement 2020 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INFO 792 ASSI-BEN-OKBA

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 7%
Le 18 novembre 1848 les premiers colons français arrivent à ASSI-BEN-OKBA. Là, en présence d’un plateau mamelonné sous lequel existent d’importantes nappes phréatiques alimentant des puits arabes creusés probablement par les Turcs, s’étend une garrigue de chênes verts entremêlés d’oliviers sauvages, de lentisques et de palmiers nains. Les arbres rabougris et les arbustes donnent un sous-bois dense où se mêlent les feuilles de cistes, des lavandes, des daphnés, asphodèles, iris sauvages et des narcisses. Ce couvert végétal cache un sol maigre recouvrant un sous-sol calcaire, désagrégé en pierraille qu’il faudra enlever pour cultiver ainsi les racines profondes et résistantes des palmiers nains.

ASSI-BEN-OKBA est un centre de peuplement en voie de construction, protégé par un petit détachement aux ordres du lieutenant SAVIN, su 12ème Léger jouissant d’un pouvoir presqu’absolu, qui ne connait que la discipline et dépend du capitaine MILLERON installé à FLEURUS.

Le campement de SIDI-ALI consiste en trois grandes baraques en bois, sans plancher ni cloisons, ni tables ni bancs. Ce provisoire allait durer un an et chaque jour, après le défrichement, deux à trois kilomètres de marche étaient nécessaires pour rentrer au camp. Là, rien pour s’asseoir, rien pour se coucher, rien pour s’isoler. 26 personnes se retrouvent dans chaque baraque, une gamelle et une marmite ayant été distribuées à chaque famille.

Vous invite à découvrir l’Histoire de ces pionniers de l’Ouest algérien.

BONNE JOURNEE A TOUS
Jean-Claude ROSSO

Navigation