Avez-vous pris votre abonnement 2023 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Twitter abandonne la croisade maladroite contre la « désinformation »

, par  Reason , popularité : 4%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Par Jacob Sullum.

Twitter a récemment annoncé qu’il n’appliquerait plus son interdiction des « fausses informations liées au Covid-19 », une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées « trompeuses » ou contraires aux « conseils de sources faisant autorité en matière d’information sur la santé publique mondiale et locale ».

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après qu’Elon Musk a finalisé son acquisition de la société est conforme à son engagement en faveur d’une modération plus légère et d’un débat plus libre. Mais selon le Washington Post, des « experts » avertissent que « cette décision pourrait avoir de graves conséquences au milieu d’une pandémie encore mortelle ».

Cette crainte a toujours été la justification pour restreindre ce que les gens peuvent dire du covid sur les médias sociaux et elle n’est en aucun cas sans fondement. Si par exemple de fausses allégations dissuadent les personnes médicalement vulnérables de se faire vacciner ou encouragent l’utilisation de traitements inefficaces et potentiellement dangereux les conséquences pourraient effectivement être graves. Mais les politiques comme celle que Musk a abandonnée présentent deux problèmes croisés : la désinformation est un concept intrinsèquement nébuleux, et les efforts privés pour la supprimer sur une plateforme donnée sont fortement influencés par la pression gouvernementale .

Les restrictions légales sur les discours liés au covid allant au-delà des exceptions reconnues telles que la fraude et la diffamation seraient tout simplement inconstitutionnelles. Mais les responsables gouvernementaux peuvent obtenir des résultats similaires en exigeant publiquement et en privé que les entreprises de médias sociaux fassent davantage pour freiner la propagation de la « désinformation ».

Ces demandes impliquent non seulement une application plus vigoureuse des règles existantes mais aussi des définitions élargies des discours inacceptables. Les plateformes comme Twitter, Facebook et YouTube sont fortement incitées à se conformer à ces « demandes », compte tenu de tous les moyens dont disposent les fonctionnaires mécontents pour leur rendre la vie difficile par le biais de la fustigation, de la réglementation, des litiges et de la législation. Dans la mesure où les entreprises adoptent des pratiques de modération plus strictes qu’elles ne le feraient autrement, le résultat est une censure par procuration .

C’est exactement ce à quoi nous assistons, après une plainte pour atteinte au Premier amendement déposéee en mai dernier par Jeff Landry, procureur général de Louisiane et Eric Schmitt, procureur général du Missouri. La découverte de cette affaire a révélé des courriels montrant à quel point les dirigeants des entreprises de médias sociaux étaient désireux d’apaiser les fonctionnaires fédéraux en supprimant les discours qu’ils considéraient comme une menace pour la santé publique.

Twitter semble avoir entretenu des relations particulièrement étroites avec les chasseurs de désinformation du gouvernement.

Un message de Twitter adressé le 8 avril 2021 aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) indique :

« J’ai hâte de mettre en place des discussions régulières. Mon équipe a demandé des exemples de contenus problématiques afin que nous puissions examiner les tendances ».

Twitter a rapidement répondu aux suggestions de censure du gouvernement.

Un responsable de Twitter a déclaré dans un courriel adressé le 16 avril 2021 au CDC :

« Merci beaucoup pour cela. Nous avons pris des mesures (en étiquetant ou en supprimant) les Tweets en violation de nos règles ».

Le message, qui était intitulé « Demande de comptes à problèmes », était conclu par des salutations « les plus chaleureuses ».

Le même jour, l’assistant adjoint du président, Rob Flaherty, a envoyé à ses collègues un courriel concernant un « Briefing Twitter VaccineMisinfo » sur Zoom. M. Flaherty a déclaré que Twitter informerait « le personnel de la Maison Blanche » sur « les effets tangibles des récents changements de politique, les interventions actuellement mises en œuvre en plus des changements de politique précédents et les façons dont la Maison Blanche (et nos experts covid) peuvent s’associer au travail sur les produits ».

De même, Facebook s’est empressé de rentrer dans le rang, surtout après que le président Joe Biden a accusé la plateforme de « tuer des gens » en permettant la diffusion de messages anti-vaccination. Ces critiques ont été couplées à des éloges aux entreprises ayant adhéré à ce que voulait l’administration Biden. « Dans un avis adressé aux plateformes technologiques, note CNN, le Dr Vivek Murthy, chirurgien général des États-Unis, a cité les règles de Twitter comme un exemple de ce que les entreprises devraient faire pour combattre la désinformation. »

Cet avis du 2021 juillet publié la veille de l’accusation d’homicide portée par Biden contre Facebook, appelle à un effort de « l’ensemble de la société », incluant éventuellement des « mesures juridiques et réglementaires », pour combattre la « menace urgente pour la santé publique » que représente la « désinformation en matière de santé ». La définition que donne Murthy de la désinformation est alarmante par son ampleur et sa subjectivité.

« Définir la désinformation est une tâche difficile et toute définition a des limites », a écrit le chirurgien général. « Une question clé est de savoir s’il peut y avoir un point de repère objectif pour déterminer si quelque chose est qualifié de désinformation. Certains chercheurs soutiennent que pour être considéré comme tel, un élément doit aller à l’encontre du « consensus scientifique ».

D’autres considèrent que la désinformation est une information allant à l’encontre des « meilleures preuves disponibles ».

Les deux approches reconnaissent que ce qui est considéré comme de la désinformation peut changer au fil du temps en fonction des nouvelles preuves et du « consensus scientifique. » Le présent avis préfère le critère des « meilleures preuves disponibles » car les affirmations peuvent être très trompeuses et préjudiciables même si les données scientifiques sur une question ne sont pas encore établies. »

La politique de Twitter désormais supprimée, et que Murthy a citée comme modèle, s’en remettait de même au consensus officiellement reconnu.

L’entreprise a déclaré :

« Nous avons élargi notre définition du préjudice pour traiter les contenus allant directement à l’encontre des conseils de sources faisant autorité en matière de santé publique mondiale et locale. Nous appliquons cette mesure en étroite coordination avec des partenaires de confiance, notamment les autorités de santé publique et les gouvernements et nous continuons à utiliser et à consulter les informations de ces sources lors de l’examen du contenu. »

Selon ce critère, toute expression de désaccord avec les recommandations officielles pourrait être considérée comme de la désinformation.

Twitter a explicitement interdit « les déclarations visant à influencer les autres à violer les conseils recommandés par les autorités sanitaires mondiales ou locales en matière de covid afin de réduire la probabilité d’exposition de au virus ». Elle mentionne spécifiquement les conseils sur l’utilisation du masque et la distanciation sociale, qui soulèvent tous les deux des questions scientifiquement et politiquement controversées, surtout lorsque les conseils inspirent des mesures réglementaires.

La remise en question des avantages du port généralisé du masque relève-t-elle de la désinformation ? (oui , selon Twitter.) Qu’en est-il du fait de concéder l’efficacité des masques N95 correctement portés tout en décrivant les masques en tissu couramment utilisés comme inefficaces ? (également de la désinformation, selon YouTube .)

Si le critère est de contredire les conseils officiels, la remise en question du fondement scientifique de l’obligation de porter des masques dans les écoles ou de maintenir une distance spécifique avec les autres pourrait également être considérée comme de la désinformation. Même le fait d’affirmer que les coûts des confinements sont supérieurs à leurs avantages pourrait être considéré comme une désinformation puisque ces politiques visent à imposer une distance sociale.

Des personnes raisonnables et bien informées peuvent être et sont en désaccord sur ces questions à partir d’évaluations différentes des « meilleures preuves disponibles », ce qui, selon Murthy, est la clé pour distinguer la désinformation d’un discours acceptable. Et quel que soit le point de vue correct aujourd’hui, il pourrait être différent demain. Comme le concède M. Murthy, « ce qui est considéré comme de la désinformation peut changer au fil du temps en fonction des nouvelles preuves et du consensus scientifique. »

Au cours de la pandémie de covid, les idées reçues sur des sujets tels que l’utilité des masques en tissu, la bonne distanciation sociale , les périodes d’isolement , l’intubation des patients et l’efficacité des vaccins pour prévenir la transmission du virus ont changé à plusieurs reprises en fonction des nouvelles preuves. Ce processus serait impossible si chaque écart par rapport au « consensus scientifique » était jugé intolérable.

Heureusement, ni Twitter ni aucune autre entreprise n’a le pouvoir d’imposer une telle conformité dans tout le pays. Grâce au Premier amendement, le gouvernement n’a pas non plus ce pouvoir. La croisade maladroite de l’administration Biden contre la « désinformation » covid vise néanmoins à réduire la diversité des opinions exprimées sur les principales plateformes de médias sociaux, en encourageant des politiques qui assimilent tous les sceptiques et les dissidents à des fêlés et des charlatans. Quoi que l’on puisse penser des autres changements apportés par Musk à Twitter, son refus de participer à ce projet est un signe d’espoir.

— 

Sur le web

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2022/1...