Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Sahel : la convergence des juntes ?

, par  Erwan Bertho-Legarrec , popularité : 7%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

En moins de trois ans, un quart des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest est passé sous régime militaire : le Mali (19 août 2020), la Guinée-Conakry (5 septembre 2021), le Burkina Faso (24 janvier 2022) et finalement le Niger (26 juillet 2023). Le président de la République, Emmanuel Macron, a qualifié cette succession de coups d’État « d’épidémie », une formule qui a fait florès dans les médias mais qui, comme toutes les métaphores biologiques appliquées au politique, rend mal compte de la situation sur le terrain.

Alors que la République de Guinée (Guinée-Conakry), dirigée par le colonel Mamadi Doumbouya, a progressivement refusé l’alignement pro-moscovite des juntes militaires maliennes, burkinabé et nigériennes, et s’est sensiblement rapproché de la Côte d’Ivoire, les dictatures militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont annoncé le 16 septembre 2023 la création d’une « Alliance pour les États du Sahel » (AES) et multiplié les rencontres, le « voyage à Bamako » étant devenu le rendez-vous incontournable des élites idéologiques et militaires burkinabé et nigérienne.

https://www.contrepoints.org/2024/0...

PNG - 26.5 ko

Assiste-t-on à la constitution d’un bloc géopolitique aligné sur la Russie au cœur du Sahara ?

Des liens de convergence forts existent entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger et accréditent cette hypothèse. D’abord une population en forte croissance démographique : avec 23 millions d’habitants, le Burkina Faso a une croissance démographique de + 3 %, le Mali est dans la même situation, le Niger, avec sans doute près de 25 millions d’habitants, a le plus fort taux de fécondité au monde, plus de six enfants par femme en moyenne.

Cette démographie soutenue entraîne des déséquilibres forts dans la pyramide des âges : près de 50 % de la population a moins de 15 ans au Burkina Faso, au Niger 60 % de la population a moins de 20 ans. Des dynamiques démographiques qui expliquent largement le poids de la jeunesse, de ses organisations syndicales et politiques et de son rôle d’armée de réserve des partis politiques et des agitateurs dans les perturbations politiques actuelles dans ces États.

Ces trois pays sont par ailleurs dépendants de l’extraction minière : au Niger, l’uranium, en perte de vitesse, et qui ne représente que 10 % du PIB, contribue cependant à 50 % des ressources propres du gouvernement, servant essentiellement à payer les salaires d’un fonctionnariat pléthorique et largement inefficace, voire corrompu.

Tristes tropismes

On pourrait égrener la litanie des stigmates de la pauvreté qui lient et fragilisent ces trois États : putschs militaires à répétition, domination d’une classe bourgeoise urbaine qui tire sa richesse des porosités entre politique, bonnes affaires et monopole sur le foncier, qu’il soit rural ou urbain. Mais c’est bien évidemment le tropisme russe, mis en scène dans des manifestations de jeunes qui agitent le drapeau de Wagner ou de la Fédération de Russie, qui concentre toute l’attention.

Depuis le coup d’État d’Assimi Goïta, le Mali a fait l’allégeance la plus bruyante et la plus forte à Wagner : le drapeau noir frappé de la tête de mort, emblème du groupe militaire parapublic russe, qui flottait sur la ville de Kidal « libérée » par les mercenaires, en fut l’incarnation la plus récente.

La junte militaire malienne a d’ailleurs largement financé sa guerre contre les séparatistes Touareg en concédant au groupe paramilitaire Wagner l’essentiel des sites d’orpaillage maliens.

Mais le tropisme russe est visible aussi au Burkina Faso, là encore via la concession de sites miniers aurifères, et au Niger où l’égérie des réseaux sociaux, la Suisso-Camerounaise Nathalie Yamb, surnommée la « Dame de Sotchi », a fait le déplacement à Niamey (décembre 2023), reçue comme un chef d’État, avec tapis rouge et remise de décoration de la part des autorités militaires nigériennes au grand complet. Stellio Capo Chichi, alias Kemi Seba, activiste franco-béninois des réseaux sociaux et suprématiste noir, l’avait précédé mais avec moins d’honneurs, ses prises de position de jeunesse contre l’Islam l’ayant desservi.

Dès les premiers jours du coup d’État de Tiani, alors que la situation était encore incertaine pour les putschistes, les drapeaux russes et les drapeaux de Wagner étaient visibles dans les manifestations de jeunes à Niamey, notamment dans celles qui virent le saccage de l’ambassade de France, le blocus de la résidence de l’ambassadeur, Sylvain Itté, et du campus de pavillons diplomatiques français, et le siège de la base aérienne où stationnaient les forces françaises au Niger. Manifestations « spontanées » mais encouragées par le groupe de média Liptako d’Abdourahamane Oumaou, candidat malheureux à la présidentielle de 2021 (0,43 % des suffrages).

Trois juntes, une dynamique

Niamey est devenu le point de ralliement des activistes des réseaux sociaux anti-français : le professeur de philosophie franco-camerounais Franklin Nyamsi, tenant régulièrement son blog sur Mediapart, et encore enseignant de l’Éducation nationale française, a été le dernier grand invité de la junte militaire nigérienne en décembre 2023. Pour lui aussi, la junte militaire nigérienne avait déroulé le tapis rouge et l’avait reçu en grande pompe au palais présidentiel.

Franklin Nyamsi et Stellio Capo Chichi (dit « Kemi Séba ») sont, comme Nathalie Yamb, à des degrés plus ou moins assumés, des acteurs de l’influence russe en France et dans l’Afrique francophone, et des acteurs majeurs de la haine de la France distillée sur les réseaux sociaux auprès de la jeunesse subsaharienne. Mais leur audience s’étend aussi sur les diasporas subsahariennes en France même, participant notamment à diffuser les mensonges russes sur la présence française au Sahel.

La dynamique médiatique et politique des trois juntes est d’ailleurs assez semblable : activisme anti-français sur les réseaux sociaux, coup d’État militaire, manifestations massives de jeunes chômeurs, nomination d’un Premier ministre issu des franges les plus radicales du marxisme africain (Choguel Kokalla Maïga au Mali, Apollinaire Kyélem de Tambèla au Burkina Faso), haine contre la France proclamée par les membres de la junte lors des grands rassemblements internationaux, rupture (Niger) ou quasi rupture des relations diplomatiques (Burkina Faso, Mali), et finalement rapprochement avec la Russie.

Cette convergence des juntes, rendue possible par leurs trajectoires économiques semblables comme leurs comportements diplomatiques récents, est mise en scène régulièrement par des rencontres au plus haut niveau entre les trois régimes militaires : entretien entre Mody, ancien chef d’état-major des Forces Armées Nigériennes, et Assimi Goïta, dernièrement rencontre en décembre 2023 entre les trois Premiers ministres à Agadez, sous parapluie militaire américain.

Tout aussi symbolique, l’envoi par le Niger d’une aide logistique au Mali, lors de l’offensive sur Kidal du groupe Wagner, ou l’envoi d’un contingent réduit de forces spéciales Burkinabè à Niamey pour soutenir le coup d’État militaire au Niger.

https://www.contrepoints.org/2024/0...

PNG - 282.9 ko

Pour autant, derrière les mesures symboliques et les protestations d’amitiés, en l’état actuel des choses, la « convergence des juntes » risque de tourner court. En effet, les trois juntes sont arrivées au pouvoir dans des conditions si différentes qu’il semble peu probable de voir naître autre chose qu’une construction médiatique.

L’Alliance des États du Sahel : un épouvantail (géo)politique

L’équilibre des pouvoirs dans les trois juntes militaires est très différent, et n’augure pas de trajectoires communes dans le temps moyen. Assimi Goïta est la tête de gondole d’une clique de colonels dont beaucoup sont impliqués dans des affaires de marchés publics litigieux. Chacun d’eux représente un des principaux corps des Forces Armées Maliennes (FAMA) dont la sécurité d’État, organe sensible du renseignement militaire.

Ibrahim Traoré au Burkina Faso, qui s’inscrit dans la geste de Thomas Sankara, capitaine, putschiste et marxiste comme lui, au pouvoir dans les années 1980, joue sur l’image de l’homme providentiel, et s’est débarrassé progressivement de tous ses compétiteurs militaires en les envoyant en stage militaire à Moscou.

Allié idéologique de l’avocat marxiste (formé à Nice), Apollinaire Kyélem de Tambèla, il a été soutenu par les masses désœuvrées de la capitale, Ouagadougou. Il règne sur un paysage politique atone, marqué par les exils successifs des ténors de la classe politique civile. Son atout réside dans un contrôle strict de l’information, l’envoi sur la ligne de front de ses opposants de la société civile, et sur le fait que les deux principales villes du pays, Ouagadougou au centre du pays, et Bobo Dioulasso dans le sud, sont épargnées par les attaques djihadistes et les crimes des forces de défense et de sécurité. Ce qui lui permet de masquer l’échec sécuritaire de son gouvernement.

Abdourahamane Tiani, lui, est dans une position politique beaucoup plus précaire. Cacique de l’ancien régime, son pouvoir est partagé au sein de l’armée entre Mody, ancien chef d’état-major devenu ministre de la Défense, le général Barmou, formé aux États-Unis (et qui représente les intérêts de l’armée) et le tonitruant Tumba, militaire lui aussi, qui véhicule les accusations de complicité de la France avec les terroristes.

Mais seule la capitale a fait allégeance à son pouvoir, et encore ne parle-t-on que des associations politiques de la jeunesse, celles qui ont fait le siège de l’ambassade de France et de la base française sur l’aéroport de Niamey. Les venues successives de Stellio Capo Chichi, de Guillaume Soro (opposant ivoirien en fuite), de Nathalie Yamb et de Franklin Nyamsi s’expliquent par cette volonté de Tiani de garder les organisations de jeunesse de la capitale à ses côtés.

Se concilier les bonnes grâces des mouvements de jeunesse est une nécessité absolue pour la junte militaire nigérienne. Certains de ces mouvements ont bénéficié déjà des largesses financières du régime, par le biais de la redistribution des sommes collectées pour soutenir le gouvernement militaire auprès de la diaspora nigérienne.

Sont à l’affût des figures politiques comme celle d’Abdourahamane Oumarou, fondateur d’un parti marxiste, l’Union des Patriotes Panafricanistes, et PDG d’un groupe média qui mêle presse écrite, radios et chaîne de télévision. C’est d’ailleurs Abdourahamane Oumarou, perpétuellement affublé d’un treillis militaire et d’une casquette cubaine frappée de l’étoile rouge, qui a organisé la venue à Niamey de Nathalie Yamb, et a mobilisé la jeunesse de Niamey, via son groupe de média Liptako.

Mais les périphéries du pays restent encore incertaines. Dans le nord, l’ancien ministre Ag Boula, réfugié au sein des populations touarègues vers Agadez, a monté un gouvernement dissident, alors que les Toubous dans le Djado, autour de Dirkou, viennent eux aussi de former un mouvement militaro-politique hostile à la junte.

Derrière les généraux, tous issus du régime précédent, une cohorte de colonels, plus jeunes et plus pauvres aussi, assure une forme de surveillance du gouvernement, sans que l’on sache qui se cache derrière ses colonels, peut-être d’autres généraux en attente d’allégeance plus nette ou des intérêts russes.

Tiani, initiateur d’un coup d’État opportuniste, semble en équilibre précaire à la tête de l’État, pris en étau entre une armée qui veille à ses intérêts (alors qu’elle a perdu plus de 400 tués les trois premiers mois du régime militaire), et une jeunesse survoltée, dont les réseaux sociaux diffusent les fantasmes les plus fous : sortie du FCFA, sortie de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), création d’une monnaie nouvelle commune aux trois pays, construction de centrale nucléaire…

Au Mali, dans son discours de vœux du nouvel an (janvier 2024), Assimi Goïta vient de clarifier son projet politique : unité nationale et laïcité. Lui qui était venu au pouvoir grâce aux manifestations organisées à Bamako par les imams, dont le médiatique Imam Dicko, semble vouloir se détacher des religieux. Naguère capturé par les mouvements séparatistes touaregs, Assimi Goïta a un compte personnel à régler avec les mouvements sécessionnistes, plus qu’avec les Groupes Armées Terroristes (GAT) qui assurent pourtant un blocus quasi complet autour des villes de Gao et de Tombouctou.

Mais c’est encore son pouvoir qui apparaît le plus assuré. Grâce aux milices Wagner qui garantissent sa protection rapprochée, et à l’épuration systématique des organisations de la jeunesse : « Rose la vie chère » qui dénonçait l’échec économique de la junte militaire malienne a été emprisonnée, de même que Ben Diarra, le créateur du mouvement « Yerewolo – Debout sur les remparts », initiateur de la haine anti-française, ou le rappeur Ras Bath, lui aussi hostile à la France, et coupable d’avoir critiqué le régime militaire. Si ces arrestations ont pu étonner la population de la capitale, aucun mouvement de foule ne s’est constitué pour exiger leur libération.

Pourtant le pouvoir d’Assimi Goïta est aussi de plus en plus instable : la capitale connaît de graves coupures d’électricité récurrentes, imputées à la mauvaise gestion des régimes politiques précédents, alors même que les militaires dirigent le pays depuis trois ans sans que la situation énergétique ne se soit améliorée.

Une classe politique civile, ancienne et bien implantée dans la capitale, reste active, notamment sur les réseaux sociaux, et les imams sont très critiques à l’égard du régime.

La prise de Kidal par les forces de Wagner semble sceller la reconquête du pays, préalable selon les militaires pour organiser des élections. Or, l’unité théorique du pays semble s’être réalisée sans qu’un calendrier d’élection ne soit publié. Au contraire, les activistes pro-junte sur les réseaux sociaux diffusent le mot d’ordre de Nathalie Yamb « Dix ans sans élections ! ». Il sera de plus en plus difficile aux militaires maliens de rester au pouvoir alors que Wagner multiplie les crimes, y compris contre les FAMA, que la faillite sécuritaire est de plus en plus visible, que la crise énergétique semble insoluble.

Les trois régimes militaires utilisent l’AES comme cache-sexe de leurs faillites, et le temps nous dira si cette marionnette médiatique réussira à distraire les masses suffisamment longtemps pour leur permettre de consolider leur pouvoir.

[Enquête I/II] Ethnocide des Touareg et des Peuls en cours au Mali : les victimes de Wagner témoignent

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2024/0...