Avez-vous pris votre abonnement 2023 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Pourquoi les États-Unis ont-ils perdu leur note de crédit AAA ?

, par  Foundation for Economic Education , popularité : 4%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
Article publié le 14 août 23

Pour la deuxième fois de leur histoire, les États-Unis ont vu la note AAA de leur dette à long termeabaissée par une agence de notation .

Fitch Ratings a déclaré que l’abaissement de la note des États-Unis, qui sont désormais notés AA+, « reflète la détérioration budgétaire attendue au cours des trois prochaines années, un fardeau de la dette publique élevé et croissant, et l’érosion de la gouvernance par rapport aux pairs notés AA et AAA au cours des deux dernières décennies, qui s’est manifestée par des impasses répétées sur la limite de la dette et des résolutions de dernière minute ».

À la suite de l’abaissement de la note, le premier depuis queS&P a abaissé la note des États-Unis en 2011 au cours d’une épreuve de force similaire sur le plafond de la dette, les politiciens démocrates et les fonctionnaires de la Maison Blanche ont immédiatement attaqué les Républicains et Fitch.

Le chef de la majorité sénatoriale, Chuck Schumer (D-NY) a déclaré :

« L’abaissement de la note par Fitch montre que l’attitude irréfléchie des républicains et leur flirt avec le défaut de paiement ont des conséquences négatives pour le pays ».

De son côté, la secrétaire d’État au Trésor, Janet Yellen, a critiqué Fitch, qualifiant la décision de « défectueuse » et de « totalement injustifiée ». Karine Jean-Pierre, attachée de presse, s’est fait l’écho de la secrétaire d’État.

« Il est contraire à la réalité de dégrader la note des États-Unis à un moment où le président Biden est à l’origine de la reprise la plus forte de toutes les grandes économies du monde », a déclaré Mme Jean-Pierre. (CNN a inexplicablement attribué l’abaissement de la note au 6 janvier , alors que Fitch ne mentionne pas cet événement dans son rapport, qui s’est produit il y a deux ans et demi).

Une telle réaction ne devrait peut-être pas nous surprendre.

Pointer du doigt et blâmer les autres, c’est ce que les politiciens font le mieux. Pourtant, pointer du doigt ne changera rien à une réalité troublante : le gouvernement fédéral est confronté à une situation budgétaire difficile.

La plupart des gens ne savent probablement même pas qu’en juin, la dette nationale a atteint 32 000 milliards de dollars. Si vous trouvez cela étrange parce qu’il vous semble que c’était hier que la dette nationale s’élevait à 20 000 milliards de dollars, vous pouvez être pardonné. C’était pratiquement le cas.

C’est en 2017 que la dette nationale a atteint 20 000 milliards de dollars. Vous avez bien lu : le gouvernement américain a accumulé la somme étonnante de 12 000 milliards de dollars en six ans. Malheureusement, cette frénésie dépensière aura de graves conséquences sur l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

Le gouvernement fédéral débourse actuellement une somme sans précédent pour payer les intérêts de sa dette : 476 milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de 35 % par rapport à l’année précédente.

Selon la fondation non partisane Peter G. Peterson, les Américains devraient dépenser 9000 milliards de dollars en intérêts sur la dette au cours de la prochaine décennie, ce qui en fait peut-être la dépense fédérale la plus importante dans les années à venir, au détriment d’autres programmes.

Les législateurs de Washington ne semblent pas conscients de la menace.

Malgré des recettes record, les dépenses fédérales continuent de dépasser les recettes fiscales à un rythme croissant. En mai 2022, le Congressional Budget Office (CBO) estimait que le gouvernement fédéral accumulerait 15 700 milliards de dollars de nouvelle dette au cours de la prochaine décennie ; cette année, le CBO a ajusté ce chiffre à 19 000 milliards de dollars, en grande partie à cause des changements législatifs.

Cela ne veut pas dire que le drame du plafond de la dette n’a pas joué un rôle dans l’abaissement de la note de Fitch ; c’est clairement le cas. Ce que les partisans oublient de dire, c’est que l’impasse découle des autres causes auxquelles Fitch a fait allusion dans sa révision à la baisse : « la détérioration fiscale attendue » du gouvernement fédéral et « le fardeau croissant de la dette des administrations publiques ».

Il s’agit là de menaces sérieuses et, au lieu de pointer du doigt Fitch et les Républicains, la Maison Blanche et M. Schumer devraient s’en préoccuper. Au lieu de cela, les Démocrates réclament l’annulation de la dette étudiante, un système d’assurance-maladie pour tous et un Pentagone plus gros .

Il y a là une déconnexion troublante avec la réalité. Ce n’est pas sans rappeler ceux qui insistent sur le fait que l’inflation historique qui a débuté en 2021 est due à la « cupidité des entreprises », et non aux milliers de milliards de dollars que la Réserve fédérale a imprimés pour inonder l’économie de monnaie.

L’administration Biden n’est bien sûr pas la seule responsable de cette dette. Mais il est temps que les dirigeants fassent preuve d’honnêteté au sujet de cette imprudence fiscale, dont l’histoire montre qu’elle est plus difficile à corriger qu’il n’y paraît en raison des incitations perverses et de la corruption qu’elle engendre.

Les pères fondateurs de l’Amérique ont mis en garde contre ces dangers. James Madison a qualifié la dette publique de « malédiction publique et, dans un gouvernement républicain, de malédiction plus grande que toute autre ». Benjamin Franklin l’a qualifiée de menace pour la liberté.

Pour conserver notre indépendance, « nous ne devons pas laisser nos gouvernants nous charger de dettes perpétuelles », a averti Thomas Jefferson.

Les gens, en particulier les dirigeants de Washington, n’ont pas tenu compte de ces avertissements. Malheureusement, ce sont les générations de demain qui paieront si nous ne tirons pas les leçons de nos erreurs.

— 

Sur le web

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2023/0...