Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Piégée, Angela Merkel admet que les accords de Minsk ont permis à l’Ukraine de préparer la guerre contre la Russie

, par  wikistrike.com , popularité : 6%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Alors que les accords de Minsk étaient destinés à résoudre pacifiquement le conflit dans la région du Donbass en Ukraine, Angela Merkel a récemment admis qu’ils ont surtout permis à l’Ukraine de se préparer pour la guerre contre la Russie en gagnant du temps afin de renforcer ses capacités militaires.

Des extraits d’une conversation téléphonique (voir vidéo ci-dessous) entre l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel et deux russes se faisant passer pour l’ancien président ukrainien Petro Porochenko ont été publiés. Le faux Petro Porochenko a interrogé Merkel sur la guerre en Ukraine, l’accord de Minsk, le président bélarusse Alexander Lukashenko et les demandes de réparations polonaises pour les crimes de l’Allemagne nazie.

Au cours de l’appel, qui révèle des informations d’une extrême gravité, l’ex chancelière a tout d’abord exprimé son souhait que cette conversation reste privée et ne soit pas diffusée dans les médias puis a avoué que les accords de Minsk, signés en 2014 (Minsk I) et 2015 (Minsk II), pour mettre fin au conflit dans le Donbass, avaient en réalité permis à l’Ukraine de renforcer ses capacités militaires et d’obtenir le soutien de l’Occident pour préparer la guerre contre la Russie.

PNG - 169.6 ko

vous pouvez consulter le document source sur le site d’origine.

Initialement, ces accords, signés avec l’aide de l’Allemagne, de la France, de la Russie et de l’OSCE, ont été conclus pour résoudre pacifiquement le conflit dans le Donbass qui a éclaté à la suite du coup d’État Euromaidan soutenu par les États-Unis en 2014 en Ukraine. Bien que les accords aient été officiellement présentés comme visant à réintégrer pacifiquement la région dans l’Ukraine tout en tenant compte des revendications des habitants du Donbass, Merkel et l’ex-président français François Hollande avaient précédemment admis que les accords étaient nécessaires pour renforcer les capacités militaires de Kiev.

La conversation a eu lieu le 12 janvier et diffusée par les farceurs russes, Alexei Stolyarov et Vladimir Kuznetsov, connus sous les noms de Lexus et Vovan.

La version longue du canular :

Cette conversation donne raison aux propos du Président russe Vladimir Poutine lors de son discours prononcé devant l’Assemblée fédérale dans le Vieux Gostiny Dvor à Moscou :

« Nous avons fait tout notre possible pour résoudre ce problème par des moyens pacifiques. Mais un tout autre scénario se préparait dans notre dos. Les promesses des dirigeants occidentaux, leurs assurances sur le désir de paix dans le Donbass se sont avérées être un mensonge cruel. Ils ont simplement joué la montre. Et aujourd’hui, ils l’admettent, se délectant de leur trahison, qualifiant à la fois les accords de Minsk et le « format Normandie », de bluff. Il s’avère que tout le temps où le Donbass était en feu, quand le sang coulait, quand la Russie s’efforçait sincèrement de trouver une solution pacifique, ils jouaient avec la vie des gens, en fait, comme on dit dans les cercles bien connus, avec des cartes marquées [NDLR : le jeu était truqué]. Cette méthode de tromperie dégoûtante a déjà été essayée à plusieurs reprises. Ils se sont comportés tout aussi sans vergogne, avec duplicité, détruisant la Yougoslavie, l’Irak, la Libye, la Syrie… »

Le Média en 4-4-2.

Voir en ligne : https://www.wikistrike.com/2023/02/...