Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Mme Borne, au lieu de créer (encore) un Haut Conseil des rémunérations, laissez aux Français leur salaire complet !

, par  Nicolas Lecaussin , popularité : 6%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
Article publié le 16 octobre 23

Les vieilles habitudes ne se perdent pas. A chaque gouvernement, son Haut Conseil. Dans une interview accordée à La Tribune Dimanche, Elisabeth Borne a annoncé la création d’un Haut Conseil des rémunérations. Selon elle, pour « résorber les trappes à bas salaire », il faut « réfléchir dans la durée ». C’est pourquoi il faut créer ce Haut Conseil. Il n’y a pas le moindre doute que ses membres vont beaucoup réfléchir. On le sait, il existe déjà en France, des dizaines de comités, commissions et autres hauts conseils qui, tous, réfléchissent. Dans le Jaune budgétaire, on en trouve plusieurs consacrés à l’emploi et aux salaires dont un Haut Conseil du dialogue social. Mais pourquoi ne pas en créer un nouveau ? Mme Borne souhaite que celui-ci règle le problème des bas salaires en France. Oui, ce problème existe. Mais il a d’autres causes que les politiques ne veulent pas voir. Il y a d’abord le SMIC qui est très élevé (1747.20 euros brut), en hausse permanente depuis 1970. Il représente plus de 60 % du salaire médian. En 2022, dans aucun autre pays européen, le salaire minimum ne représentait autant. Ensuite, comme l’IREF l’a montré, la France est le pays qui cumule le plus d’aides aux salaires modestes. Ce système a permis aux entreprises de payer moins leurs salariés car une partie de la rémunération est prise en charge par l’Etat. Et ces mesures d’assistance ont réduit les salaires des travailleurs et les ont rendus encore plus dépendants de l’Etat.

Pur que les salaires augmentent, il vaudrait mieux que l’Etat laisse faire les entreprises. Tant pour ce qui est du temps de travail (aux employés de travailler plus s’ils le souhaitent) que pour les cotisations et autres charges. Au salarié la liberté de son salaire complet pour pouvoir s’assurer librement. A l’Etat de baisser les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires. On n’a pas besoin d’un Haut Conseil pour cela.

Voir en ligne : https://fr.irefeurope.org/publicati...