Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Maroc. Manifestations populaires et silence royal

, par  Omar Brouksy , popularité : 7%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
JPEG - 78.9 ko

Tiraillés entre une population majoritairement acquise à la cause palestinienne qui risque de basculer dans un islamisme aux aguets, et l’accord de normalisation signé en 2020 dont ils ne sont pas près de s’affranchir, les dirigeants marocains se réfugient dans un silence de plus en plus pesant.

Plus de quatre mois après le déclenchement de la guerre contre Gaza, la mobilisation anti-Israël n’a pas faibli au Maroc. Des milliers de personnes manifestent quasiment chaque week-end dans les grandes villes du pays, notamment à Rabat et Casablanca. Deux revendications dominent les slogans : la fin des massacres de la population gazaouie par l’armée israélienne et, surtout, la fin de la normalisation des relations diplomatiques entre le royaume chérifien et « l’État sioniste », comme le scandent les manifestants.

Commencé en décembre 2020, le processus de normalisation entre les deux États prend la forme d’une transaction tripartie : en contrepartie de la reconnaissance de la « marocanité » du Sahara occidental par l’ancien président américain Donald Trump, le royaume « normalisera » ses relations avec Israël. Une manœuvre habile puisqu’il s’agit de monnayer une « cause sacrée » pour la majorité des Marocains (l’affaire du Sahara occidental, considéré par le Maroc comme ses « provinces du sud ») par une autre « cause sacrée » (la question palestinienne ).

Depuis, la coopération, notamment militaire, entre les deux pays est devenue officielle après avoir été longtemps officieuse, même si l’État hébreu tient à la cantonner aux armes défensives et légères. L’attaque d’envergure du Hamas au cœur d’Israël, le 7 octobre 2023, ne représente pas une rupture, mais un point de basculement qui affectera profondément la lune de miel israélo-marocaine, louangée tant par les Etats-Unis que par l’Union européenne.

Manoeuvre politique

Au cœur de ce processus, le Palais royal avait eu recours à un stratagème habile et machiavélique visant à porter le coup de grâce au Parti de la justice et du développement (PJD), le parti islamiste au gouvernement à l’époque, et dont la légitimité religieuse concurrençait celle du roi, le Commandeur des croyants. Ce dernier fait alors signer l’accord de normalisation non pas par le ministre des Affaires étrangères mais par le chef du gouvernement, l’islamiste Saad Dine Elotmani (2017-2021), en même temps secrétaire général du PJD. Les conséquences sur l’identité politique et l’image du parti sont désastreuses car la lutte contre la normalisation avec « l’entité sioniste » fait partie de l’ADN des partis islamistes. Laminé électoralement un an plus tard lors des législatives de 2021 où il obtient 12 sièges au Parlement du Maroc qui en compte 395, le PJD est aujourd’hui l’ombre de lui-même, une coquille vide.

Lors des rassemblements propalestiniens qui se déploient depuis le 7 octobre dans les artères principales des grandes villes, ni les dirigeants du PJD ni ses militants n’osent se montrer ou se mêler aux foules en colère. Et pour tenter de réparer ce que l’ancien secrétaire général avait détruit en signant le traité de normalisation, le nouveau dirigeant du PJD, Abdelilah Benkirane, un populiste lui aussi ancien chef du gouvernement (2011- 2016), multiplie désespérément les sorties médiatiques. « Oui, le PJD s’est trompé en signant la normalisation, nous l’admettons. Mais le parti n’a jamais été pour cette normalisation », déclare-t-il en sanglots, le 19 novembre 2023 devant un parterre de militants. Il va même jusqu’à offrir au leader du Hamas Khaled Mechaal, en visite au Maroc, une tribune dans laquelle le responsable palestinien, devant les militants, invite les Marocains « à s’adresser aux dirigeants du pays (…) pour rompre les relations, arrêter la normalisation et chasser l’ambassadeur » – ce qui suscite une colère noire de l’entourage royal qui y voit une «  ingérence intolérable et un appel à peine déguisé au soulèvement »

Pour réhabiliter son parti, Abdelilah Benkirane ira même jusqu’à tenir des propos ouvertement antisémites : « Ils avaient des savants comme Einstein, mais ils ne voient pas loin. C’est pour cela que Dieu les a favorisés au début et maudit il y a 2 000 ans. Parce qu’en réalité, ils sont idiots. Leur idiotie leur fait croire que c’est la force qui résout le problème ». Mais ces tentatives n’ont pas d’effets marquants sur l’image de sa formation ni de ses dirigeants qui restent parmi les moins considérés sur la scène politique marocaine.

Organisation à la romaine

Toutefois, l’absence du PJD va être vite comblée par l’autre composante de l’islamisme marocain : l’association Justice et bienfaisance (Al-Adl wa Al-Ihsan). Interdit mais toléré, ce mouvement, qui ne reconnaît pas le statut religieux du roi et conteste ses larges pouvoirs politiques, est très présent dans les manifestations propalestiniennes à travers la mobilisation, à Rabat et Casablanca notamment, de l’essentiel de ses sympathisants. Connu pour son organisation à la romaine, la discipline de ses membres et les moyens utilisés pour s’assurer un maximum de visibilité dans l’espace public, Justice et bienfaisance ne pouvait pas rater l’occasion du 7 octobre pour s’affirmer comme "l’unique choix islamiste possible", après le fiasco électoral et politique du PJD.

Très présents sur les réseaux sociaux, dès lors que les médias officiels leur sont fermés, les militants n’hésitent pas à utiliser la question palestinienne et celle de la normalisation comme des vecteurs de redéploiement pour rallier ne serait-ce que les déçus du PJD, mais aussi comme des leviers pour contester le régime monarchique et sa légitimité religieuse – le roi Mohammed VI étant à la fois Commandeur des croyants et président du Comité Al-Qods pour la Palestine.

Silence de cathédrale

En ce qui concerne les autres partis politiques, le contraste reste très marqué avec la population qu’ils sont supposés, selon la Constitution, représenter et encadrer. Pour ces partis parfaitement domestiqués par la monarchie, la question palestinienne est devenue, depuis la signature de l’accord de normalisation, une ligne rouge à ne pas franchir, à l’exception du Parti socialiste unifié (PSU) et de la Voie démocratique travailliste (Al-Nahj Al-Dimokrati Al-Amili), deux organisations de gauche ultra-minoritaires.

Si certains osent, en y mettant beaucoup de gants, contester les attaques israéliennes contre Gaza et le nombre effrayant des victimes, ils évitent soigneusement de demander la fin de la normalisation. Cela se traduit sur le terrain par l’absence des partis politiques dans les manifestations propalestiniennes. S’agit-il d’une prudence stratégique et d’une volonté de leurs dirigeants de ne pas susciter l’ire du roi et de son entourage ? Aucune réponse. Un silence de cathédrale. Y compris, le 12 janvier 2024, au moment même où l’Afrique du Sud défend sa plainte pour génocide contre Israël devant la plus haute Cour de l’ONU, la Cour internationale de justice dont l’un des membres, le juriste Mohamed Bennouna, est Marocain. Au même moment, le Bureau de liaison, une délégation marocaine à Tel-Aviv, annonce la reprise de tous les services consulaires à partir du 22 janvier, après leur suspension, le 19 octobre 2023, lorsque le ministère des Affaires étrangères israélien avait décidé d’évacuer son bureau de liaison à Rabat en réponse à la forte mobilisation des Marocains.

Même silence du côté du Palais royal, à l’exception d’un communiqué laconique datant du 17 octobre, au lendemain du bombardement par l’armée israélienne de l’hôpital Al-Maamdani faisant plusieurs centaines de morts et de blessés palestiniens à Gaza : « Le Royaume du Maroc réitère son appel à ce que les civils soient protégés par toutes les parties et qu’ils ne soient pas pris pour cibles. Sa Majesté le roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, président du Comité Al-Qods, souligne l’urgence de fédérer les efforts de la communauté internationale pour mettre fin, au plus vite, aux hostilités, respecter le droit international humanitaire et œuvrer pour éviter que la région ne sombre dans une nouvelle escalade et de nouvelles tensions. »

Un silence qui sera doublé d’une absence physique du roi dès le 4 décembre. Le président du comité Al-Qods entame alors un long périple mi-officiel mi-privé qui le conduit d’abord aux Émirats arabes unis, où il est reçu en grande pompes par le Cheikh Mohammed ben Zayed fraichement investi, avant de s’envoler le 17 décembre vers les Seychelles, l’archipel africain aux 115 îles paradisiaques dans l’océan Indien. Le roi part ensuite pour Singapour, où il fête le Nouvel An, avant de finalement rentrer à Rabat le 11 janvier, jour de la signature du manifeste pour l’indépendance, célébré au Maroc.

Voir en ligne : https://orientxxi.info/magazine/mar...