Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Les dilemmes du Hezbollah face à la guerre sur Gaza

, par  Alexandre Aoun , popularité : 7%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
JPEG - 39.2 ko

Depuis le 7 octobre 2023, des escarmouches opposent l’armée israélienne au Hezbollah. Alors que la population libanaise craint une nouvelle guerre similaire à celle de 2006, le secrétaire général du mouvement Hassan Nasrallah est sorti de son silence pour définir la stratégie de son organisation face à la guerre contre Gaza.

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a brisé le silence le 3 novembre. Celui dont on attendait la réaction depuis l’opération « Déluge d’Al-Aqsa » conduite par le Hamas le 7 octobre avait jusque-là laissé le cheikh Hachem Safieddine, président du conseil exécutif du Hezbollah et Naïm Qassem, le secrétaire général adjoint, s’exprimer sur la situation à Gaza et dans le sud du Liban. Dans une allocution très attendue, le secrétaire général du Hezbollah a tenu à clarifier son positionnement et sa stratégie. Rejetant les spéculations occidentales sur la participation iranienne, le leader du parti chiite libanais a précisé que l’opération découlait d’une « décision palestinienne à 100 % », dont il n’était lui-même pas au fait.

Sur l’ouverture d’un deuxième front à la frontière libanaise, objet de toutes les attentes, le « Sayyid » est resté assez énigmatique. Il a précisé que la milice était entrée en guerre depuis le 8 octobre pour soutenir son allié gazaoui, attirer vers le nord une partie de l’armée israélienne et ainsi alléger la pression sur Gaza. « Ce qui se passe à la frontière peut paraître modéré pour certains. Mais ce n’est pas le cas », a-t-il affirmé.

Le souvenir douloureux de 2006

Pour l’heure, les combats restent très localisés, avec des escarmouches, des infiltrations, des tirs sur des postes d’observation. Le parti de Nasrallah cible majoritairement les fermes de Chebaa, territoire libanais occupé militairement par les forces israéliennes depuis juin 1967. Malgré les morts recensés des deux côtés de la frontière libano-israélienne (56 du côté du Hezbollah et moins d’une dizaine parmi les Israéliens), les deux belligérants se cantonnent à des réponses très limitées, de manière à maintenir un équilibre de la dissuasion. Les villages frontaliers libanais et israéliens ont tout de même été évacués, tandis qu’Amnesty International accuse l’armée de Tel-Aviv d’utiliser délibérément du phosphore blanc sur des zones civiles et agricoles.

Certes, Nasrallah a prévenu : « Une escalade, sur le front [libanais], dépend de deux choses : l’évolution de la situation à Gaza, et le comportement de l’ennemi sioniste vis-à-vis du Liban ». Malgré les discours belliqueux, les dernières rencontres entre le cheikh Saleh Al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas et Ziad Al-Nakhala, secrétaire général du Mouvement du djihad islamique en Palestine (MJIP), ainsi que les avertissements de la diplomatie iranienne, le Hezbollah doit prendre en compte la situation intérieure libanaise dans son positionnement. Des Forces libanaises de Samir Geagea au Parti socialiste progressiste de Taymour Joumblatt en passant par le Courant patriotique libre de Gebran Bassil et le premier ministre sortant Najib Mikati, toute la classe politique libanaise redoute l’embrasement et appelle ainsi la milice chiite à la responsabilité. Nabih Berri, président du Parlement libanais, dirigeant de Amal et allié du Hezbollah, sert d’intermédiaire entre ce dernier et les émissaires étrangers. Le leader du « Parti de Dieu » a d’ailleurs indiqué que les chancelleries arabes avaient pris contact avec lui depuis le début des hostilités à Gaza pour éviter une escalade régionale.

Indépendamment du consensus politique, le souvenir de la guerre de l’été 2006 est vif pour toute la société libanaise. En réponse à une opération spéciale du Hezbollah visant à prendre en otage des soldats israéliens à la frontière, l’armée israélienne avait bombardé tous les points vitaux du pays (les centrales d’électricité, les ponts, l’aéroport, les industries), paralysant son économie. Israël avait tiré plus de 3 000 obus par jour sur l’ensemble du Liban, y compris à Beyrouth. En plus de vouloir neutraliser les capacités militaires du mouvement chiite, le cabinet de sécurité mené par le premier ministre de l’époque Ehud Olmert entendait mettre en porte à faux le gouvernement libanais de Fouad Siniora, lui reprochant sa neutralité à l’égard du parti chiite.

Au-delà des pertes civiles importantes causées par les raids israéliens — environ 1 200 morts dont une majorité de civils et plus de 4 000 blessés —, le pays a connu l’exode de près d’un million de personnes et la reconstruction des bâtiments s’est élevée à plus de 2,8 milliards de dollars (2,62 milliards d’euros). À l’échelle du Proche-Orient, le Hezbollah est sorti auréolé de cette «  victoire divine » sur les forces israéliennes, mais ce conflit a toutefois ravivé les fractures internes au sein de l’échiquier politique libanais, en particulier sur la question de l’arsenal militaire du groupe.

Aujourd’hui, et particulièrement depuis 2019, le Liban est dans une situation économique catastrophique et n’a plus de président depuis le départ de Michel Aoun il y a un an. Même si la majorité de la population soutient la cause palestinienne, l’ouverture d’un deuxième front contre Israël reste impopulaire, toutes confessions confondues.

Une intervention du Hezbollah rendrait de surcroît caduc l’accord de délimitation des frontières maritimes avec Israël. Signé le 27 octobre 2022, il permet au pays du Cèdre d’espérer des retombées économiques grâce aux forages du gaz offshore dans le champ de Cana au large de ses côtes.

Des relations qui remontent à 1992

Outre l’importance de l’équation libanaise, la relation avec le Hamas permet de comprendre la perception du conflit par le Hezbollah. Bien que faisant partie de « l’axe de la résistance » piloté par Téhéran, les deux partis islamistes ne sont pas pour autant alignés sur le même agenda politique et défendent avant tout des intérêts propres.

Le 10 avril 2023, alors que le chef du bureau politique du mouvement islamiste palestinien Ismaël Haniyeh se trouvait à Beyrouth, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, en grande difficulté sur le plan interne, avait assuré qu’il ne « permettrait pas au Hamas terroriste de s’établir au Liban », et promis de « restaurer la sécurité » dans son pays en agissant « sur tous les fronts ». Hassan Nasrallah avait en effet promu dans un récent discours l’importance d’une « unité de fronts » contre Israël. Objet de tous les fantasmes, cette confédération de milices n’est pas pour autant structurée et ne forme pas de bloc homogène.

Après s’être immiscé activement dans la création du Hezbollah dans les années 1980, Téhéran s’intéresse aux différentes factions palestiniennes. Même si la République islamique ne participe pas à la création du Hamas en 1987, les Gardiens de la révolution vont, dès les années 1990, transmettre des armes et de l’argent au mouvement gazaoui. Une première délégation du mouvement va se rendre à Téhéran, en 1991, et y ouvrira un bureau politique. De surcroît, des combattants gazaouis vont être formés dans des camps en Iran ou au Liban.

Les premiers contacts officiels entre les milices islamistes remontent à 1992 et l’expulsion de centaines de Palestiniens du Hamas et du MJIP, dont Ismaël Haniyeh, vers le camp de Marj El-Zohour au Sud-Liban. Les relations se sont renforcées compte tenu de la fermeture des bureaux du parti islamiste en Jordanie en 1999. Khaled Mechaal, alors chef du Hamas de la bande de Gaza, prend ses quartiers à Damas. En 2000, le mouvement gazaoui ouvre un bureau à Beyrouth. Les différents groupuscules multiplient les contacts et coopèrent sous la houlette de Téhéran.

Une alliance en dents de scie

Mais cette relation va se détériorer avec les « printemps arabes » et, notamment, la révolution en Syrie. Si le MJIP s’aligne sur l’agenda politique de Téhéran dès 2012, Khaled Mechaal, devenu le chef du bureau politique du Hamas à l’étranger, quitte Damas pour Doha, soutien important des soulèvements arabes. Il prend officiellement fait et cause pour les insurgés syriens lors d’un discours en Turquie en septembre 2012. S’adressant personnellement au président turc Recep Tayyip Erdoğan, il le remercie pour son soutien au peuple syrien. L’ascension de Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans en Égypte est venue renforcer leurs espoirs de parvenir à insuffler un vent révolutionnaire islamiste sunnite à l’échelle de la région. La même année, le cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani est le premier chef d’État à se rendre à Gaza depuis que le Hamas en a pris le contrôle en 2007, et promet une aide de 400 millions de dollars (374 millions d’euros). À l’aune des changements régionaux de la nouvelle décennie, le Hamas passe davantage sous le giron qatari pour des raisons pragmatiques et idéologiques.

D’après certaines sources proches du Hezbollah et du gouvernement syrien, les brigades Ezzedine Al-Qassam, branche armée du Hamas, auraient participé de manière active à la guerre en Syrie aux côtés des rebelles et des djihadistes1. Plusieurs miliciens auraient notamment supervisé l’entraînement de l’armée Khalid Ibn Al-Walid et de la brigade Al-Farouq avant des combats contre le Hezbollah et l’armée loyaliste syrienne lors de la bataille d’Al-Qusayr à la frontière libanaise en mai 2013. Ils auraient notamment partagé leur expertise en matière de construction de tunnels. La même année, le prêche de l’imam frériste Youssef Al-Qaradawi à la mosquée Al-Doha en présence de Khaled Mechaal provoque l’ire de Téhéran et du parti chiite libanais. Le cheikh égyptien qualifie la milice libanaise de « parti de Satan » et la République islamique d’« alliée du sionisme ». Résultat, l’Iran divise par deux son aide financière au Hamas et les bureaux du mouvement palestinien à Beyrouth sont fermés.

La radicalisation de l’opposition syrienne et la prise par l’organisation de l’État islamique (OEI) du plus grand camp palestinien de Syrie, Yarmouk, en 2015, poussent le Hamas à renouer avec Téhéran et le Hezbollah. La convergence des intérêts, à savoir la lutte contre Israël, prend le dessus sur les divergences passées. De surcroît, compte tenu de l’échec du camp frériste au Proche-Orient, de la Tunisie à l’Égypte en passant par la Turquie, le mouvement islamiste reprend finalement le chemin de Damas en octobre 2022 , grâce à la médiation du parti d’Hassan Nasrallah. En somme, le parti chiite agit à la fois comme intermédiaire politique pour ressouder les liens de « l’axe de la résistance » et comme conseiller militaire auprès des autres milices.

Les deux groupes sont constamment en lien par le biais du bureau du Hamas de Beyrouth dirigé par Ali Barakeh, en exil dans la capitale libanaise depuis plusieurs années. Les leaders des factions palestiniennes ont leurs entrées à Beyrouth et coordonnent leurs actions. Néanmoins, le Hamas et le Hezbollah ne constituent pas pour autant les deux faces d’une même pièce : l’un opère selon un agenda palestinien bien précis tandis que l’autre fait partie intégrante de l’échiquier politique libanais.

Le scénario de l’ouverture d’un deuxième front par le Hezbollah dépendrait de plusieurs conditions. Par pragmatisme politique, celui-ci n’utilise pas tous ses leviers de pression contre l’armée israélienne, limite l’escalade de la violence et se cantonne, pour le moment, à un rôle d’appui et de conseiller militaire et stratégique auprès des différents groupes gazaouis. L’organisation d’Hassan Nasrallah tient surtout compte de l’opinion libanaise, farouchement opposée à l’extension du conflit. Mais les éventuelles pressions de Téhéran et l’évolution de la situation à Gaza pourraient changer la donne, donnant lieu à une augmentation des accrochages sur le front nord, à l’issue incertaine.

1Voir Leila Seurat, Le Hamas et le monde, CNRS éditions, 2015.

Voir en ligne : https://orientxxi.info/magazine/les...