Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Le prix de l’or augmente tandis que le dollar meurt lentement

, par  Mises Institute , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l’inflation des prix n’est pas une surprise. L’inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d’investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d’achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru sur Mises Institute.

Certains lecteurs me demandent pourquoi les gouvernements ont intérêt à éroder le pouvoir d’achat de la monnaie qu’ils émettent. C’est remarquablement simple.

L’inflation monétaire est l’équivalent d’un défaut de paiement implicite. C’est une manifestation du manque de solvabilité et de crédibilité de l’émetteur de la monnaie.

Les gouvernements savent qu’ils peuvent masquer leurs déséquilibres budgétaires en réduisant progressivement le pouvoir d’achat de la monnaie et, grâce à cette politique, ils obtiennent deux résultats : l’inflation est un transfert caché de richesse des épargnants et des salaires réels vers le gouvernement ; c’est un impôt déguisé.

En outre, le gouvernement exproprie la richesse du secteur privé, en faisant en sorte que la partie productive de l’économie assume la défaillance de l’émetteur de la monnaie en imposant l’utilisation de sa monnaie par la loi, ainsi qu’en forçant les agents économiques à acheter ses obligations par le biais de la réglementation. La réglementation de l’ensemble du système financier repose sur le postulat erroné selon lequel l’actif le moins risqué est l’obligation souveraine. Cela oblige les banques à accumuler de la monnaie – des obligations souveraines – et la réglementation encourage l’intervention de l’État et l’éviction du secteur privé en forçant, par le biais de la réglementation, à utiliser zéro ou peu de capital pour financer les entités gouvernementales et le secteur public.

Une fois que nous avons compris que l’inflation est une politique et qu’il s’agit d’un défaut implicite de l’émetteur, nous pouvons comprendre pourquoi le portefeuille traditionnel 60/40 ne fonctionne pas.

La monnaie est une dette, et les obligations souveraines sont une monnaie. Lorsque les gouvernements ont épuisé leur marge de manœuvre budgétaire, l’effet d’éviction de l’État sur le crédit s’ajoute à l’augmentation des niveaux d’imposition pour paralyser le potentiel de l’économie productive, le secteur privé, au profit d’un passif non capitalisé de l’État en constante augmentation.

Les économistes mettent en garde contre l’augmentation de la dette, ce qui est exact, mais nous ignorons parfois l’impact des engagements non financés sur le pouvoir d’achat de la monnaie. La dette des États-Unis est énorme (34 000 milliards de dollars) et le déficit public intolérable (près de 2000 milliards de dollars par an), mais ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux engagements non financés qui paralyseront l’économie et éroderont la monnaie à l’avenir.

Le passif non capitalisé de la sécurité sociale et de Medicare est estimé à 175 300 milliards de dollars (Financial Report of the United States Government, février 2024). Oui, cela représente 6,4 fois le PIB des États-Unis. Si vous pensez que ce sera financé par des impôts « sur les riches », vous avez un problème avec les mathématiques.

La situation des États-Unis n’est pas une exception. Dans des pays comme l’Espagne, les engagements non financés au titre des retraites publiques dépassent 500 % du PIB. Dans l’Union européenne, selon Eurostat, la moyenne est proche de 200 % du PIB. Et il ne s’agit là que des engagements de retraite non financés. Eurostat n’analyse pas les engagements non financés des programmes de droits.

Cela signifie que les gouvernements continueront à utiliser le faux discours « taxer les riches » pour augmenter les impôts de la classe moyenne et imposer l’impôt le plus régressif qui soit, l’inflation.

Ce n’est pas une coïncidence si les banques centrales veulent mettre en œuvre les monnaies numériques le plus rapidement possible. Les monnaies numériques des banques centrales sont une surveillance déguisée en argent et un moyen d’éliminer les limites des politiques inflationnistes des programmes actuels d’assouplissement quantitatif . Les banquiers centraux sont de plus en plus frustrés parce que les mécanismes de transmission de la politique monétaire ne sont pas entièrement sous leur contrôle. En éliminant le canal bancaire et donc le soutien à l’inflation de la demande de crédit, les banques centrales et les gouvernements peuvent essayer d’éliminer la concurrence des formes indépendantes de monnaie par la coercition et dévaluer la monnaie à volonté pour maintenir et accroître la taille de l’État dans l’économie.

La comparaison entre l’or et les obligations illustre parfaitement ce phénomène. L’or a progressé de 89 % au cours des cinq dernières années, contre 85 % pour le S&P 500, et un décevant 0,7 % pour l’indice obligataire global américain (au 17 mai 2024, selon Bloomberg).

Les actifs financiers reflètent la destruction de la monnaie. Les actions et l’or s’envolent ; les obligations ne font rien. C’est l’image de gouvernements qui utilisent la monnaie fiduciaire pour masquer la solvabilité de l’émetteur.

Compte tenu de tout cela, l’or n’est pas cher du tout. Il est même extrêmement bon marché. Les banques centrales et les décideurs politiques savent qu’il n’y a qu’une seule façon de solder les comptes publics avec des milliers de milliards de dollars d’engagements non financés : rembourser ces obligations avec une monnaie sans valeur. Rester en liquide est dangereux ; accumuler des obligations d’État est imprudent ; mais rejeter l’or, c’est nier la réalité de l’argent.

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2024/0...