Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

La prochaine guerre à l’Ouest de l’OTAN ? Le conflit en Serbie et au Kosovo

, par  Réseau International , popularité : 7%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit, les États-Unis sont peut-être en train de créer un nouveau champ de bataille sur le continent européen, avec l’OTAN comme outil.

La situation dans les Balkans semble explosive. Les forces de maintien de la paix dirigées par l’OTAN au Kosovo se sont heurtées à des manifestants serbes en début de semaine. Les tensions ont commencé à se manifester peu après que des Albanais de souche sont devenus maires dans la région à majorité serbe du nord du Kosovo, à la suite d’un boycott des élections par les Serbes.

Comme le savent ceux qui connaissent l’histoire de la région, le Kosovo et la Serbie sont en proie à des tensions de longue date. Le Kosovo était à l’origine une province indépendante de la Serbie dans l’ancienne Yougoslavie. Depuis lors, avec le soutien des États-Unis et de l’Occident, le Kosovo a cherché à obtenir son indépendance, que la Serbie n’a pas reconnue. Cela a délibérément créé un conflit gelé dans la région, comme s’il s’agissait de le réactiver dans le futur.

L’implication de l’OTAN a encore exacerbé le fossé entre le Kosovo et la Serbie, entraînant des conflits militaires entre les parties et compromettant la paix dans les Balkans occidentaux. Ces dernières années, la Serbie a envoyé à plusieurs reprises ses troupes à la frontière du Kosovo en réponse à des troubles.

Des forces multinationales dirigées par l’OTAN ont été déployées dans quatre municipalités du Kosovo pour réprimer les manifestations liées à l’élection du maire. Il s’agit là d’un récit officiel, mais l’histoire ne s’arrête pas là. D’aucuns ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir du début d’une nouvelle guerre.

D’un côté, l’OTAN appelle à une désescalade des tensions, mais de l’autre, elle renforce sa présence militaire dans la région. L’OTAN est-elle en train de gagner du temps pour coopter le Kosovo, comme elle l’a fait avec l’Ukraine ? Les États-Unis peuvent certes prétendre vouloir la paix en concluant des accords, mais les promesses de protéger les Serbes du Kosovo n’ont pas été tenues.

Les troupes de l’OTAN ne sont pas en Serbie et au Kosovo pour « maintenir la paix », mais pour préserver « l’indépendance du Kosovo » et contrôler les Serbes pro-russes (les manifestants serbes ont peint des Z sur les véhicules de l’OTAN lors des manifestations du début de la semaine). Dans cette équation, la Serbie ne doit pas être une puissance souveraine, et encore moins se retrouver du « mauvais côté », c’est-à-dire du côté de l’Eurasie.

La guerre par procuration entre la Russie et l’Occident en Ukraine ne montre aucun signe de conclusion, mais la possibilité d’une reprise du conflit existe également dans les Balkans. « Puisque le conflit en Ukraine n’a pas produit le résultat escompté par les États-Unis, Washington veut créer une nouvelle guerre en Europe », a estimé l’expert militaire chinois Song Zhongping.

Comme je l’ai moi-même affirmé, les États-Unis ne veulent pas que l’Europe soit un acteur géopolitique fort et indépendant, mais cherchent, au nom d’un faux partenariat qualifié de « transatlantisme », à maintenir les pays de l’euro subordonnés à la politique de puissance américaine. C’est la raison d’être de l’« Alliance de l’Atlantique Nord », mais elle tente de masquer ce fait pourtant patent par l’usage d’un jargon évoquant une « politique de sécurité ».

L’instabilité de l’Europe et la dépendance des pays du continent à l’égard des États-Unis conviennent parfaitement à Washington. Les entreprises américaines se sentent en sécurité de l’autre côté de l’Atlantique, où les entreprises européennes sont également incitées à soutenir l’économie américaine aux dépens des pays de la zone euro.

Peut-être Washington pense-t-il que si (et quand) la Russie remporte trop de succès en Ukraine, la défaite humiliante pour l’Occident devra être couverte par le déclenchement immédiat d’un nouveau conflit ailleurs ? De cette manière, l’attention du public sera détournée, tandis que le battage médiatique qui manipule les masses fera le reste. Bien sûr, les points chauds dans le monde créés par l’Occident ne manquent pas et les États-Unis n’hésitent jamais à créer le chaos à leur profit.

Il reste à voir si la situation va dégénérer entre la Serbie et le Kosovo (et si l’Occident va perdre son pari en Ukraine), mais dans tous les cas, l’objectif ultime de Washington est d’essayer de maintenir la Russie et l’Europe (sans parler de la Chine et des autres puissances émergentes) dans un état d’affaiblissement, conformément à la stratégie mondiale de l’Amérique visant à maintenir sa suprématie.

source : Markku Siira via Euro Synergies

Voir en ligne : https://reseauinternational.net/la-...