Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INDECENTE UMP ou LA MARE AUX CROCOS…

, popularité : 6%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

images (99)Pour vous faire une idée du fonctionnement ordinaire de l’UMP, je conseille de vous rendre à Pierrelatte, près de ce site nucléaire unique en Europe, le Tricastin, une grande réussite nationale, dont les « écolos » voudraient nous priver. Là, grâce aux eaux chaudes de la centrale EDF, est implantée la Ferme aux Crocodiles, et vous y verrez ces sympathiques bestioles, caïmans, alligators et autres gavials qui sortent des bassins glauques par dizaines en se marchant dessus lors de la distribution des poulets. Bizarres, les associations d’idées ! On est en vacances, on fait une visite pour les enfants, et c’est plus fort que tout, çà remonte à la surface : des crocodiles dans un marigot, çà évoque la politique, et faut avouer qu’à l’UMP, dans le genre crocos et marigot, ils sont forts. Les reptiles, çà a un cerveau reptilien, çà fonctionne à l’instinct, au tropisme. Ou ils sont majoritaires, et c’est l’odeur du pouvoir qui les attire, celle du vieux caïman qui va leur refiler un ministère, et qu’on suit en lui flattant la queue. Ou ils sont dans l’opposition, et alors, là, c’est la bousculade : microtropisme et télétropisme agissent pour que chacun y aille de son coup de gueule pour se faire remarquer. Les dominants sont ceux qui donnent déjà de la voix lorsque leur camp l’a emporté. Ils préparent dès à présent le coup d’après.

En ce moment, comme à l’époque de la ponte ou des vaches maigres, les rives de l’ UMP ne sont plus celles d’un long fleuve tranquille. L’alligator, de Floride, qui a toujours trop aimé l’Amérique, et qui les avait menés à la victoire naguère, est ressorti de son bayou pour faire une quête. Alors çà s’agite sur les berges. Ils veulent tous faire parler d’eux en exigeant l’inventaire de celui dont le retour leur gâcherait l’appétit. Le plus motivé est un vieux crocodile du Nil, qui regrette le bon temps où il passait ses vacances au pays de Moubarak. Pendant cinq ans, il a subi sans broncher le joug de la Terreur des Everglades. Tant d’abnégation, et tant de responsabilité contenue, mais aussi tant de lucidité révélée pendant tout ce temps, par le courage de deux ou peut-être trois phrases, sur la France en faillite, et autres, méritent qu’on lui laisse la priorité. Le problème, c’est que le bilan de l’autre, c’est aussi le sien. Alors, les plus jeunes, ceux qui à peine arrivés montraient les dents les plus aiguisées, se lancent à l’assaut. Le caïman de la Haute-Loire est l’un des plus redoutables : la dent dure, mais le coup en douce, c’est sa spécialité. Paraître ménager la chèvre et le chou, mais avec la capacité d’engloutir la première à la vitesse de l’éclair : né en 2004, dès Décembre 2005, il plante la majorité à laquelle il appartient sur la Loi concernant les Droits d’Auteurs sur Internet, sujet sensible auprès des jeunes, excellent pour se faire repérer. Il crée son propre parti, pour le financement, puis son groupe de réflexion, la Droite Sociale, ce qui ne l’empêche pas de critiquer l’assistanat et de proposer d’astreindre les bénéficiaires du RSA à un travail obligatoire, une sorte de travail d’intérêt général pour les chômeurs. Vous avez dit « social » ? Ministre dès 2007, son bilan, de la Formation Professionnelle à l’après Pécresse à l’Enseignement Supérieur, mérite de figurer au registre des réformettes dont le séjour dans l’opposition vient brusquement de lui révéler la cruelle réalité. Comme d’autres, il était pour l’abrogation des 35 heures, pour la TVA sociale, mais c’est dommage, son sens de la discipline et sa discrétion l’ont empêché d’en parler. C’est évidemment difficile, lorsqu’on a fait campagne pour Sarkozy, et qu’on a surfé sur son nom pour se faire élire soi-même, de venir critiquer son bilan, mais pour une espèce où on n’hésite pas à bouffer son géniteur, c’est une bonne occasion de se faire les dents.

A côté des jeunes crocos, il y a les rancis, ceux qui ont des comptes à régler, ceux qui ont fait un petit tour chez Villepin, ceux qui ont connu le bonheur sous Chirac, ou encore celles qui sont de gauche et se font élire à droite. Tous et toutes prêts pour un petit coup de dent sur le bilan, et il y en a même qui vont jusqu’à dire que le mieux placé pour mordre, c’est l’alligator lui-même : proposition sinueuse et reptilienne en diable. Et puis, il y a ceux qui sont installés au milieu du marécage, qui occupent le nid et qui défendent, de leurs puissantes mâchoires, la mémoire de l’ancien chef. On ne sait jamais, il pourrait revenir, et ça ferait bien leur affaire, parce qu’ils ne sont pas prêts pour la distribution de poulets de 2017.

 

Voir en ligne : http://www.christianvanneste.fr/201...