Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Comment le christianisme a créé le capitalisme

, par  Acton Institute , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

On suppose généralement que le capitalisme a fleuri à la même époque que les Lumières, c’est-à-dire au XVIIIe siècle, et que, tout comme les Lumières, il a entraîné une diminution de la religion organisée. En fait, l’Église catholique du Moyen Âge a été le principal foyer des premières manifestations du capitalisme. Max Weber a situé l’origine du capitalisme dans les villes protestantes modernes, mais les historiens d’aujourd’hui trouvent le capitalisme bien plus tôt que cela dans les zones rurales, où les monastères, en particulier ceux des cisterciens, ont commencé à rationaliser la vie économique.

Article original paru dans Acton Institute.

Plus que tout autre organisme, écrit l’historien Randall Collins , c’est l’Église qui a mis en place ce que Weber a appelé les conditions préalables au capitalisme : l’État de droit et une bureaucratie pour résoudre les conflits de manière rationnelle ; une main-d’œuvre spécialisée et mobile ; la permanence institutionnelle qui permet l’investissement transgénérationnel et des efforts intellectuels et physiques soutenus, ainsi que l’accumulation de capital à long terme ; et le goût de la découverte, de l’entreprise, de la création de richesses et de nouveaux projets.

L’éthique protestante sans le protestantisme

Les gens du haut Moyen Âge (1100-1300) étaient émerveillés par les grandes horloges mécaniques, les nouvelles formes d’engrenages pour les moulins à vent et à eau, les améliorations apportées aux chariots et aux charrettes, les harnais pour les bêtes de somme, le gouvernail des navires de haute mer, les lunettes et les loupes, la fonte et le travail du fer, la taille de la pierre et les nouveaux principes architecturaux. Tant de nouveaux types de machines ont été inventés et mis en œuvre vers 1300 que l’historien Jean Gimpel a écrit en 1976 un livre intitulé La révolution industrielle du Moyen Âge .

Sans le développement du capitalisme, ces découvertes technologiques n’auraient été que des nouveautés inutiles. Elles auraient rarement été mises entre les mains d’êtres humains ordinaires par le biais d’échanges rapides et faciles. Elles n’auraient pas été étudiées et rapidement copiées et améliorées par des concurrents enthousiastes. Tout cela a été rendu possible grâce à la liberté d’entreprendre, aux marchés et à la concurrence – et cela, à son tour, a été rendu possible par l’Église catholique.

L’Église possédait près d’un tiers de toutes les terres d’Europe. Pour administrer ces vastes possessions, elle a mis en place un système de droit canonique à l’échelle du continent qui reliait les multiples juridictions de l’empire, de la nation, de la baronnie, de l’évêché, de l’ordre religieux, de la ville à charte, de la guilde, de la confrérie, des marchands, des entrepreneurs, des négociants, et ainsi de suite. Il fournissait également des bureaucraties administratives locales et régionales composées d’arbitres, de juristes, de négociateurs et de juges, ainsi qu’une langue internationale, le « latin du droit canon ».

Même le nouvel accent mis sur le célibat des clercs a joué un rôle capitaliste important. La séparation nette entre la fonction et la personne dans l’Église a rompu le lien traditionnel entre la famille et la propriété qui avait été encouragé par le féodalisme et ses mariages soigneusement préparés. Elle a également fourni à l’Europe une main-d’œuvre extraordinairement motivée, alphabétisée, spécialisée et mobile.

Les cisterciens, qui ont renoncé aux méthodes aristocratiques et sédentaires des bénédictins et, par conséquent, se sont éloignés du féodalisme, sont devenus célèbres en tant qu’entrepreneurs. Ils maîtrisaient la comptabilité analytique rationnelle, réinvestissaient tous les bénéfices dans de nouvelles entreprises et déplaçaient les capitaux d’un endroit à l’autre, en réduisant les pertes si nécessaire et en recherchant de nouvelles opportunités lorsque c’était possible. Ils ont dominé la production de fer dans le centre de la France et la production de laine (pour l’exportation) en Angleterre. Ils étaient joyeux et énergiques. « Ils avaient, écrit Collins, l’éthique protestante sans le protestantisme » .

Peu nombreux, les cisterciens avaient besoin de dispositifs permettant d’économiser la main-d’œuvre. Ils ont été un formidable stimulant pour le développement technologique. Leurs monastères « étaient les unités les plus efficaces économiquement qui aient jamais existé en Europe, et peut-être dans le monde, avant cette époque », écrit Gimpel.

Ainsi, l’église du haut Moyen Âge a fourni les conditions nécessaires à l’émergence du fameux « ordre spontané » du marché de F. A. Hayek. Pour fonctionner, le capitalisme a besoin de règles qui permettent une activité économique prévisible. En vertu de ces règles, si la France a besoin de laine, la prospérité peut revenir au berger anglais qui commence par augmenter son troupeau, systématise ses tondeuses et ses peigneurs et améliore l’efficacité de ses expéditions.

Dans son encyclique Centesimus Annus de 1991, le pape Jean-Paul II souligne que la principale cause de la richesse des nations est la connaissance, la science, le savoir-faire, la découverte – dans le jargon d’aujourd’hui, le « capital humain ». L’alphabétisation et l’étude étaient les principaux moteurs de ces monastères médiévaux ; le capital humain, moral et intellectuel, était leur principal avantage économique.

Le pape fait également l’éloge de l’entreprise moderne, qui a développé en son sein un modèle permettant de relier les dons de l’individu aux tâches communes de l’entreprise. Cet idéal, nous le devons également aux ordres religieux du haut Moyen Âge, non seulement les bénédictins et les cisterciens, mais aussi les dominicains et les franciscains du début du XIIIe siècle.

À lire aussi :

L’ordre spontané : la Liberté crée l’ordre dans la société

Le coup d’envoi d’un millénaire de progrès

Le nouveau code de droit canonique de l’époque a pris soin d’inscrire comme principe juridique que ces communautés, comme les chapitres cathédraux et les monastères avant eux, pouvaient agir en tant qu’individus légaux. Comme le souligne Collins, le pape Innocent IV s’est ainsi vu attribuer le sobriquet de « père de l’apprentissage moderne des corporations ». En défendant les droits des nouvelles communautés franciscaines et dominicaines contre le clergé séculier et les professeurs laïcs de l’université de Paris, Thomas d’Aquin a écrit l’une des premières défenses du rôle des associations libres dans la « société civile » et du droit inhérent des personnes à former des sociétés.

Le rôle de l’Église catholique a contribué à lancer un millénaire de progrès économique impressionnant. En l’an 1000, le monde comptait à peine deux cents millions d’habitants, dont la plupart vivaient dans une pauvreté désespérée, sous diverses tyrannies, soumis aux ravages incontrôlés de la maladie et à de nombreux désordres civiques. Le développement économique a permis à plus de six milliards de personnes de survivre, à un niveau bien plus élevé qu’il y a mille ans, et avec une durée de vie moyenne presque trois fois plus longue.

Aucune autre partie du monde, en dehors de l’Europe (et de ses descendants d’outre-mer), n’a réalisé des performances économiques aussi puissantes et aussi soutenues, n’a élevé autant de pauvres dans la classe moyenne, n’a inspiré autant d’inventions, de découvertes et d’améliorations pour faciliter la vie quotidienne, et n’a entraîné une diminution aussi importante des fléaux, des maladies et des affections séculaires.

L’historien économique David Landes , qui se décrit lui-même comme un non-croyant, souligne que les principaux facteurs de cette grande réussite économique de la civilisation occidentale sont principalement d’ordre religieux : la joie de la découverte qui découle du fait que chaque individu est une imago Dei appelée à être créatrice la valeur religieuse attachée au travail manuel dur et bon la séparation théologique entre le Créateur et la créature, de sorte que la nature est subordonnée à l’Homme et non entourée de tabous le sens juif et chrétien du temps linéaire, et non cyclique, et donc du progrès le respect du marché

À lire aussi :

Naissance du capitalisme : une loco à Manchester

Le capitalisme imprégné de Caritas

Alors que le monde entre dans le troisième millénaire, nous pouvons espérer qu’après avoir perdu son sang froid pendant plusieurs générations, l’Église retrouve son ancienne confiance dans l’ordre économique. Peu de choses aideraient davantage à sortir tous les pauvres du monde de la pauvreté. L’Église pourrait montrer la voie en proposant une vision religieuse et morale digne d’un monde global, dans lequel tous vivraient sous un État de droit universellement reconnu, et où les dons de chaque individu seraient nourris pour le bien de tous.

Je crois que c’est ce que le pape a à l’esprit lorsqu’il parle d’une « civilisation de l’amour ». Le capitalisme doit être imprégné de cet humble don d’amour appelé caritas, décrit par Dante comme « l’Amour qui anime le Soleil et toutes les étoiles ». C’est l’amour qui unit les familles, les associations et les nations. La tendance actuelle de beaucoup à fonder l’esprit du capitalisme sur le pur matérialisme est une voie certaine vers le déclin économique. L’honnêteté, la confiance, le travail d’équipe et le respect de la loi sont des dons de l’esprit. Ils ne s’achètent pas.

À lire aussi :

Les 3 moteurs du capitalisme, les 3 principes de la liberté

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2024/0...