Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Algérie. Révolution silencieuse dans les familles

, par  Jean-Pierre Sereni , popularité : 7%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
JPEG - 60.6 ko

Une enquête sur les familles urbaines d’Alger, d’Oran et d’Annaba, leurs dynamiques sociales et les ajustements opérés dans un environnement urbain moderne, met en lumière les nouvelles relations, les valeurs et les aspirations des familles citadines d’aujourd’hui.

La famille est le plus souvent présentée comme la cellule de base de la société algérienne, celle qui assure sa pérennité et son dynamisme. Beaucoup la voient immuable, à l’abri du temps et des changements. Le conservatisme social, la répression policière, l’autoritarisme politique, l’atonie économique cimenteraient le statu quo et interdiraient toute évolution en profondeur de l’institution familiale. Fatma Oussedik, professeure d’université, sociologue de profession et analyste confirmée, s’inscrit en faux contre cette vision fixiste et décrit avec finesse les ajustements qui s’opèrent en silence dans les familles algériennes après une enquête minutieuse sur le terrain auprès de familles urbaines d’Alger, d’Oran et d’Annaba.

Le père dépouillé de son autorité traditionnelle

L’urbanisation a été spectaculaire, avant comme après l’indépendance en 1962 . Quatre ans plus tard, 3,7 millions d’Algériens résidaient en ville. Ils seront près de 17 millions à la génération suivante en 1998 et plus de 30 millions aujourd’hui. L’explosion urbaine a tout changé. La « grande maison » de jadis censée accueillir les parents, les familles de fils mariés et les filles célibataires a été remplacée par le logement, un modèle emprunté à la France d’après-guerre, voire à la Suède, construit sur place par Bouygues, puis par des entreprises chinoises ou turques.

En quelques décennies, le logement « vertical » a disparu au profit du logement « horizontal » qui abrite les deux parents et leurs enfants. Le décor a changé et le mariage arrangé entre les parents des promis a été subtilement corrigé : ils ont toujours en apparence le pouvoir de décision, mais en réalité ils ne font que ratifier le choix des mères. Elles-mêmes négocient avec leurs enfants qui sont à l’origine de leur rencontre et souhaitent en commun s’unir. Le marché du mariage s’est libéré, le marché traditionnel a vécu au moins dans les mégavilles que compte l’Algérie. Au passage, cette révolution matrimoniale a fait une victime : le père de famille, dépouillé de sa traditionnelle autorité de pater familias,, omniprésent et omnipotent. Sa femme est discrètement devenue l’actrice principale, aidée en cela par le recul de l’âge du mariage des filles à la suite des progrès de leur scolarisation. « La fille avait pour seul destin de quitter la cellule familiale […]. Aujourd’hui la probabilité de contracter un mariage à un âge précoce s’est réduite […]. », écrit l’autrice. C’est « la remise en question du rôle, quasi exclusif, de "génitrice" que leur avait assigné la société ».

Comment se vit, notamment dans les milieux universitaires — il y a plus de deux millions d’étudiants et d’étudiantes en Algérie —, l’allongement du délai entre l’âge de la puberté et celui du mariage ? Certes, le mariage reste une aspiration universelle dans un pays où la population est toujours fortement attachée à la virginité des femmes, mais à 30-34 ans 18 à 20 % des femmes sont célibataires et les mères célibataires, un phénomène exceptionnel en 1988, se comptent désormais par milliers. Les filles sortent en masse du cocon familial qui n’est plus un horizon indépassable, épousent des garçons qui viennent d’autres régions d’Algérie et ont un taux de fécondité proche des standards européens, autant de ruptures avec un passé récent.

L’étranger n’est plus un rêve interdit, et un Algérien sur deux qui émigre est une femme. En 2018, une enquête auprès des écoles de formation d’ingénieurs révèle que sur 94 filles, 83 sont déterminées à partir, un taux comparable à celui des garçons (103 partants sur un effectif de 116) quitte à se débrouiller : candidates à l’émigration clandestine, la harga , mariages blancs, regroupement familial, visas touristiques ou d’études et autres, et à affirmer au passage un accès douloureux à l’individualisation, quitte à s’opposer à leurs proches.

De l’avantage d’avoir « un ami puissant »

Les familles déracinées par l’exode rural n’oublient pas d’où elles viennent. La généalogie fait recette dans un pays accablé d’histoire. Les Turcs, les Français, les Espagnols, les voisins de la rive européenne de la Méditerranée constituent autant de buttes-témoins qui permettent aux déracinés d’aujourd’hui de se repérer dans la continuité des temps. Si la mémoire n’est pas l’histoire, elle y aide fortement, mais toutes les familles ne réussissent pas également, victimes d’une économie dévitalisée faute d’accumulation sur place du capital depuis au moins un siècle. Celles qui y parviennent ont un avantage décisif, « un ami puissant » — titre du livre — qui leur assure un patronage indispensable dans une société dominée par un clientélisme sans limites. Il porte le plus souvent un képi.

L’embourgeoisement des élites islamistes en est un bon exemple. En une génération, leurs disciples ont troqué la mitraillette pour le tiroir-caisse. L’autrice note, non sans humour :

[…] Une petite bourgeoisie qui a voyagé, qui n’a plus l’Arabie saoudite comme horizon. Ils ont développé de grands centres commerciaux informels dans les grandes villes, ils ont des intérêts matériels sur les marchés informels d’El Eulma, de Jolie Vue à Alger. Ils ont créé des partis politiques devenant députés ou sénateurs à l’occasion d’élections négociées avec le pouvoir en place […] Leurs épouses conduisent, elles ont souvent fréquenté l’université. Ils craignent à présent des ruptures trop brutales […].

Ses thèses ne font certainement pas l’unanimité dans son pays, car une grande partie des Algériens défend une vision plus traditionnelle de leur société, au moins en public. Mais ce livre souligne sa distance avec le livre classique de Germaine Tillon Le harem et les cousins publié en 1966, qui décrivait des sociétés méditerranéennes figées où les filles, enfermées, étaient promises à leur cousin germain.

L’ouvrage, touffu et quelquefois confus, renferme une multitude d’observations, de réflexions et d’expériences sur un sujet qui n’attire pas la foule des écrivains. Édité par une jeune et courageuse maison d’édition algérienne , il exprime avec une grande liberté une vision originale de l’Algérie qui fait oublier ses prudences sur des sujets brûlants comme les pratiques religieuses ou la persistance de l’endogamie.

#

Fatma Oussedik

Avoir un ami puissant… Enquête sur les familles urbaines Alger — Oran — Annaba

Éditions Koukou, Alger

2022

400 pages

2 000 dinars

Voir en ligne : https://orientxxi.info/lu-vu-entend...