Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Les inquiétudes climatiques sont des croyances de luxe non crédibles qui nuisent à la civilisation elle-même

, popularité : 3%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Je vis dans un petit village à l’orée de terres entourées d’une nature très rude. Ceux qui ont occupé ces vallées dans le passé ont vécu des vies impitoyablement dangereuses, où la famine était une préoccupation constante, où la mer nourrissait aussi souvent qu’elle emportait, et où les hivers étaient longs et périlleux. Aujourd’hui, alors que j’arpente les montagnes désolées ou que j’admire les violentes tempêtes depuis mon existence agréable et protégée, j’entends résonner dans ma tête les descriptions de Thomas Hobbes sur la vie précivilisationnelle de l’homme : « Solitaire, pauvre, méchante, brutale et courte ».

Dans les années 2020, mes concitoyens et moi-même menons une vie plutôt confortable. Nos foyers sont chauds, notre maîtrise des biens économiques est excellente. Nous vivons longtemps, en sécurité, sans mourir de faim et sans que la nature se déchaîne. 00 Nous utilisons des machines – construites très, très loin, avec des matériaux que nous n’avons pas, qui fonctionnent avec des combustibles fossiles que ces terres ne contiennent pas – pour évacuer la neige qui tombe fréquemment et de manière prévisible sur nos portes et qui, autrement, aurait rendu nos routes impraticables et nos maisons des prisons. Nous utilisons d’autres machines – construites très loin, avec des matériaux que nous n’avons pas, qui fonctionnent avec des combustibles fossiles que ces terres ne contiennent pas – pour nous sortir de notre vallée et transporter des biens et des services, y compris des fruits et des légumes exotiques qui ne poussent jamais ici (et certainement pas en hiver !).

Il est vraiment fascinant de voir les choses étonnantes que le commerce mondialisé et le capitalisme peuvent accomplir. Prendre du recul et réfléchir aux miracles du commerce moderne, de l’innovation et de la division du travail, c’est faire preuve d’humilité.

Pourtant, nous, modernes nantis, nous inquiétons de notre existence collective au point que les enfants font des cauchemars et que les personnes interrogées dans le cadre de sondages affirment à une écrasante majorité que le changement climatique mettra fin à la race humaine.

Près d’un tiers des jeunes disent ne pas vouloir d’enfants par crainte d’aggraver les conditions climatiques ou de se retrouver dans ce meilleur des mondes. « L’anxiété liée au climat est très répandue chez les jeunes », rapporte le National Geographic. Comment pouvons-nous aider les enfants à faire face à l’ »éco-anxiété » ? demande la British Broadcasting Corporation. La grande majorité des personnes interrogées dans le cadre d’une étude mondiale portant sur 10 000 personnes et publiée dans le Lancet en 2021 ont admis être très ou extrêmement inquiètes. Les auteurs de Vox s’inquiètent de l’éthique de l’éducation des enfants. Une nouvelle étude, rapportée par Phys.org, souligne le nombre de jeunes qui n’auront pas d’enfants à cause du changement climatique : il serait injuste de « mettre au monde un enfant » qui devrait vivre avec le « sentiment constant d’une catastrophe imminente, tous les jours, pendant toute sa vie », déclare un futur parent interrogé.

Nombre de mes compatriotes villageois s’intéressent à toutes ces idées globales – fonte des glaciers et parties par million -, aux nombres, aux inondations et aux dilemmes éthiques concernant les vulgaires humains qui rendent la terre inhospitalière ou inhabitable.

C’est une chose étrange que de s’inquiéter de manière obsessionnelle, alors que la violente tempête qui fait rage à l’extérieur des fenêtres à double vitrage n’affecte en rien notre approvisionnement en nourriture, notre consommation d’électricité, notre chauffage ou notre capacité à participer à la division mondiale du travail, que ce soit dans nos bureaux ou à distance grâce à l’internet à haut débit. Il semble quelque peu contradictoire de s’élever avec passion contre le capitalisme depuis le confort de maisons, d’hôtels et de pubs construits et entretenus de manière très capitaliste, et de s’insurger contre la combustion de combustibles fossiles qui nous maintient littéralement en vie.

Cela me fait penser à l’axiome d’action, le point de départ de la praxéologie de Ludwig von Mises et la pierre angulaire sur laquelle repose l’économie autrichienne. La version familière de cette maxime autrichienne fondamentale est « joindre le geste à la parole » ou « les actes sont plus éloquents que les mots ». Nous montrons par nos actes où se situent nos préférences et nos valeurs ; nous les révélons au monde (nous les faisons exister, en fait) lorsque nous faisons une chose plutôt qu’une autre, lorsque nous achetons un bien plutôt qu’un autre, lorsque nous travaillons plutôt que de nous détendre. Tout cela est enveloppé d’incertitude, d’espoirs et de désirs humains subjectifs qui s’opposent à d’autres désirs de même nature ; rétrospectivement, nous pouvons regretter les choix que nous avons faits. Pourtant, selon Murray Rothbard, les préférences d’un homme « sont déductibles de ce qu’il a choisi dans l’action ».

Peut-être que toutes ces plaintes sur le climat ne sont que des signaux de vertu, dans un monde où les sentiments comptent plus que les faits. Le détachement des processus physiques de la vie de base – l’énergie, les matériaux, le transport et, dans les économies monétaires compliquées, l’argent – a rendu de nombreuses personnes ignorantes, prenant pour acquis les modes de vie et les niveaux de vie que nous avons. Cela nous a permis de commencer à penser que les systèmes fondamentaux et porteurs de civilisation tels que l’argent, les combustibles fossiles ou les institutions commerciales sont facultatifs – une simple question de choix idéologique entre les bonnes et les mauvaises personnes. Ce n’est pas le cas.

Cela me rappelle aussi les croyances de luxe, un concept quelque peu hypocrite inventé par Rob Henderson, psychologue à l’université de Cambridge et auteur du récent livre Troubled. Henderson transfère la « consommation ostentatoire » de Thorstein Veblen – l’achat de biens coûteux, souvent apparemment inutiles, dans le but d’étaler sa richesse – au domaine moral et politique. Une croyance de luxe, comme un bien ostentatoire, est acquise dans le but d’impressionner les autres et est conçue pour « conférer un statut à la classe supérieure à très peu de frais, tout en infligeant des coûts aux classes inférieures ».

Les croyances en matière de luxe n’ont pas beaucoup de sens et ne sont pas durables dans le monde réel des atomes et de la température, de la nature et de la famine. Mais nous sommes tellement détachés du monde qui nous soutient physiquement – si riches, si illusionnés, si bien lotis – que nous sommes prêts à croire (et, par extension, à expérimenter) les systèmes mêmes qui soutiennent notre existence.

D’où les préoccupations environnementales et l’anticapitalisme.

Pris au pied de la lettre, en mettant en place des politiques fondées sur de telles folies, nous nous engageons sur la voie de l’horreur et de la pauvreté, avec des vies brèves et brutales à la clé.

La bonne nouvelle, c’est que ces systèmes sont remarquablement résistants et que ces voix pourraient encore n’être que des « bavardages », comme le dirait Nassim Taleb.

Le populaire sous-titre « énergie-finance » Doomberg a fait une observation similaire en février, énumérant sur deux paragraphes les principaux événements survenus depuis 1971 : crise pétrolière, guerres Iran-Irak, Koweït, conflits au Moyen-Orient, effondrements financiers de l’Asie, du peso et du rouble, attaques terroristes, Libye-Syrie-Ukraine, crise financière mondiale, et bien d’autres.

Tout au long de ces événements, aussi tumultueux qu’ils aient pu paraître à l’époque et aussi pertinents qu’ils restent dans la conscience politique, la consommation totale d’énergie dans le monde est restée en ligne droite.

Voici leur graphique :

PNG - 155.7 ko

BP Statistical Review – Consommation totale d’énergie dans le monde

Source : Doomberg

Des événements socio-économiques aussi radicaux que les droits des femmes ou l’égalité raciale, des dirigeants de gauche ou de droite, des crises et des récessions, des inflations et des années de prospérité, des générations de savants et de scientifiques et des mouvements politiques… et il n’y a aucun impact sur l’élément de base qui alimente notre civilisation.

Quatre-vingt-cinq pour cent de la consommation d’énergie primaire de la planète provient directement des combustibles fossiles, comme c’était le cas il y a plus de trente ans lorsque je suis né. On peut parler de croyances sur le changement climatique, d’objectifs politiques non crédibles et nets zéro (toujours avec des années se terminant de manière suspecte par zéro ou cinq), de réduction de la dépendance aux combustibles fossiles ou de la « propreté » des énergies renouvelables. Vous pouvez y consacrer de l’argent, adopter des lois ou pontifier dans les hautes cours, les auditoriums législatifs ou sur la place publique, mais vous n’y changerez rien. Vous ne pouvez pas changer cela.

Les « cypherpunks » écrivent du code. Les personnes intelligentes ignorent la politique. Vous devriez sortir de chez vous, cesser de vous inquiéter des fous qui dirigent l’asile et admirer la nature.

C’est ce que je fais.

Traduction du Mises Institute par Aube Digitale

Voir en ligne : https://www.aubedigitale.com/les-in...