Avez-vous pris votre abonnement 2021 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez à la Cagnotte 2021
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Il est urgent de reconquérir nos libertés !

, par  irioufol , popularité : 11%
Version imprimable de cet article Version imprimable
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Enterré, le libéralisme ? Le requiem est repris avec allégresse par les dévots de l’étatisme, sublimé par le confinement. Les ronds-de-cuir ne manquent pas de soutiens chez les tenants de l’administration planifiée. Ceux-ci se pâment, après un an de Covid, devant la mutation du macronisme en arrosoir d’argent magique. Il est vrai que jamais la puissance publique n’a été aussi omniprésente et intrusive. Nombreux sont les citoyens qui se sont laissé provisoirement fonctionnariser, permettant à l’efficace administration fiscale d’acheter les frustrations par virements bancaires. Le peuple inquiet s’est réfugié dans les bras de l’État-mamma. La « start-up nation », un temps promise par le chef de l’État, n’est plus qu’une bonne blague. Il est même probable que, la présidentielle approchant, le pouvoir prenne goût à la facilité de l’endettement, en distribuant aux électeurs toujours plus d’argent qu’il n’a pas. Mais gare à l’atterrissage !

Marcel Gauchet, commentant l’interventionnisme de l’État, le remarque (L’Opinion, lundi) : « L’illusion serait de penser que le keynésianisme radical a gagné à tout jamais. Je n’en crois rien. » Il n’est pas le seul… Le Covid a, assurément, remis le mondialisme à sa place. L’épidémie a forcé à rehausser les frontières. Elle a permis aux États-nations (la Grande-Bretagne en premier lieu) de démontrer leur réactivité face au virus, contrairement à l’Union européenne. Le souverainisme national a consolidé son assise. Pour sa part, l’industrie de la « Big Pharma », monnayant chèrement ses vaccins, a abîmé l’émulation initiale des recherches. Le néolibéralisme, financiarisé et cupide, n’a rien fait pour corriger son image détestable. Le libre-échange mondialiste et son laisser-faire restent les éléments destructeurs des nations et de leurs industries. Mais ce pseudo-libéralisme est aussi dangereux que la mainmise de l’État tentaculaire.

La débâcle de la puissance publique est ce qui résume ces douze mois de crise sanitaire, ouverte le 17 mars 2020 avec la première mise sous cloche du pays.

Voir en ligne : https://blogrioufol.com/il-est-urge...