Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

Pétainisme : la macronie, à l’épreuve de la résistance

, popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.
Article publié le 31 mai 2023

Panique chez les excommunicateurs : la démonétisation de la moraline a été actée par Emmanuel Macron lui-même. Il est rare d’avoir à se féliciter d’une originalité chez le chef de l’Etat, adepte du confort intellectuel. Son recadrage d’Elisabeth Borne, en plein Conseil des ministres, n’en reste pas moins un acte politique à saluer. Sur Radio J, dimanche, le premier ministre, fille de Joseph Bornstein, résistant déporté à Auschwitz puis Buchenwald, avait estimé que le RN était « l’héritier de Pétain » et porteur d’une « idéologie dangereuse ». Elle avait également expliqué : « Il ne faut pas banaliser ses idées (qui) sont toujours les mêmes ». Au total, des propos convenus relevant de la pensée automatique répétée depuis toujours par la gauche et ses clercs. C’est pourquoi la surprise a été totale, mardi, lorsque Macron s’est agacé de ces poncifs, en déclarant devant Borne, sans la nommer : « Le combat contre l’extrême droite ne passe plus par des arguments moraux. Vous n’arriverez pas à faire croire à des millions de Français qui ont voté pour l’extrême droite que ce sont des fascistes (…) Il faut arrêter avec ces mots des années 90 ». Le président continue néanmoins à qualifier le RN de parti d’extrême droite, ce qui est une autre manière de le marginaliser moralement. Pour autant, les arguments justifiant naguère le cordon sanitaire ne tiennent plus.

La macronie trouvera-t-elle, hors de ses mises au ban paresseuses, les arguments convaincants pour contrer la montée du parti de Marine Le Pen ? C’est le défi lancé par Macron qui enjoint à sa formation, et à son premier ministre en sursis, de « parler du réel ». Là encore, le président a raison : la Révolution des oeillières oblige les dirigeants à redescendre sur terre. Mais si Macron est prêt à s’ouvrir à l’épreuve de lucidité, il pourrait alors utilement poursuivre la réflexion d’Elisabeth Borne, en se demandant où est aujourd’hui la dérive pétainiste. Or, si l’on admet que le régime de Vichy s’est avant tout caractérisé par sa collaboration avec l’occupant nazi et son antisémitisme assumé, on chercherait en vain, au coeur du gouvernement, l’esprit de résistance face aux deux nouveaux totalitarismes que sont l’islamisme judéophobe et le wokisme anti-occidental. Macron, qui a guerroyé contre le Covid, se garde de lancer des offensives contre ces deux ennemis intérieurs, qui sont légitimement dénoncés par la droite. L’apaisement reste le maître mot. La collaboration de Pap NDiaye avec le wokisme est une aberration choisie par Macron. Pour sa part, l’alliance entre l’extrême gauche et l’islam politique n’inspire pas au premier ministre les mêmes alertes qu’elle réserve au RN. « La France était à Londres en 40 au côté du Général de Gaulle », a expliqué ce mercredi Jordan Bardella, 27 ans, président du RN, sur RTL. C’est sur ce terrain de la résistance que la macronie doit désormais faire ses preuves. Pour l’instant, c’est loin d’être brillant…

Voir en ligne : https://blogrioufol.com/petainisme-...