Avez-vous pris votre abonnement 2024 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez avec un DON


Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

La Suède rejoint les pays qui refusent l’immigration clandestine.

, par  Manuel Gomez , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ sans autorisation mais à titre d'information.

Qui mieux qu’un habitant de ce pays souvent cité en exemple, la Suède, peut nous offrir le panorama idyllique qu’est devenu ce pays nordique au cours des dernières décennies.

Notre témoin réside à Helsingborg et il nous informe :

La population de la Suède est passée d’un peu plus de 8 millions à près de 11 millions d´habitants depuis qu’elle a intégré l’Union Européenne, en janvier 1995.

Jusqu’aux années 80, la Suède était un pays avec une population stable et homogène.

Les changements se font sentir rapidement à partir de 1992, avec l´apport important de

migrants venus des Balkans et de la Turquie.

Le pays avait un urgent besoin de main-d’œuvre.

Migration fortement encouragée par la majorité socialiste, qui espérait obtenir des avantages électoraux, comme c’est le cas notamment en France avec les partis de gauche, comme La France insoumise, et également les écologistes.

Le rêve socialiste s´était réalisé : que la Suède devienne “la plus grande nation humaniste du monde”

Mais la situation leur a complètement échappée et elle a commencé à s’affoler quand la Suède est rentrée dans la CE en 1994 et davantage encore avec l´entrée des pays de l´est, au début des années 2000.

En une vingtaine d’années, la population d’origine étrangère a composé entre 20 et 25% de l’ensemble de la population.

En voici l’explication chiffrée. Les titres de séjour accordés en moyenne étaient :

Dans les années 80 = 20.000 par an.

Dans les années 90 = 43.000 par an.

Dans les années 2000 = 71.000 par an.

Et, dans les années 2010, 120.000 annuellement.

Au total, entre 2000 et 2020, environ 2 millions de titres de séjour ont été accordés, et ces deux dernières années, 2018 à 2020 : 127.000 demandes d’asile, 145.000 au titre de regroupement familial et 262.000 entrées d’origines diverses.

De leur côté, environ 145.000 Suédois de souche ont quitté leur pays, en majorité vers l’Espagne et le Portugal.

Au cours de ces dernières années, c’est une immigration massive d’Africains et d’Arabes, en très grande majorité de religion musulmane. Ce qui explique la multiplication des mosquées : Exemple, dans la ville d’Helsingborg, les musulmans ont obtenu l´achat d´un terrain de 10000 m2 afin d’y construire une nouvelle et grandiose mosquée.

Certaines villes du pays sont composées de plus de 50% d’habitants d’origine étrangère :

Botkyrka 72%, Södertälje 66,9%, Malmö 56,2%, Huddinge 53,5 %, et d’autres ne sont pas très éloignées de ce pourcentage : Helsingborg 46,4 %, Göteborg 45,7 %, Stockholm 44,2 %.

Aujourd’hui, la Suède n’a plus besoin de main-d’œuvre, avec notamment plus de 300.000 chômeurs, dont la majorité sont des immigrés d’origine étrangère.

Les chiffres de la criminalité sont également un constat de cette immigration massive : entre 2000 et 2010, ils se situaient à environ 50/50 entre suédois et non suédois, de 2011 à 2017 environ 42/58 et ces dernières années ils ont explosés au point tel qu’il est préférable de garder le silence.

Cette explosion peut s’expliquer par la forte politisation de la direction de la police. Profession qui d’ailleurs n’attire plus la jeunesse. Les policiers qui partent sont plus nombreux que ceux qui s’engagent.

La majorité de la population suédoise ne veut plus de cette immigration et, surtout, de la criminalité qu’elle a importée. Le gouvernement a donc pris les mesures radicales afin de résoudre ce problème migratoire et le Danemark a pris le même chemin tout comme la très proche Italie, dirigée enfin d’une manière « souveraine ».

Ces pays nordiques ont vu progresser le « Grand remplacement », comme bien d’autres pays européens. La France n’a pas encore compris. Les élites qui nous gouvernent subissent les directives d’une Union Européenne qui le favorise et l’influence d’une gauche et d’une extrême gauche qui trouve dans ces « envahisseurs » un électorat « soumis » dans les urnes et très « insoumis » pour manifester dans la violence contre les forces de l’ordre.

Voir en ligne : http://magoturf.over-blog.com/2023/...