Avez-vous pris votre abonnement 2021 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Ou alors participez à la Cagnotte 2021
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

INFO 818 BLANDAN

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 14%
Version imprimable de cet article Version imprimable
Après la prise de BÔNE, le 27 mars 1832, la colonisation progressivement s’étendit et 6 ans plus tard, en 1838, sa banlieue avait déjà un certain nombre de colons agricoles (671 en 1851). En 1847, on créa le village de PENTHIEVRE, en 1848 ceux de MONDOVI et de BARRAL près de l’oued Seybouse ; en 1851 BUGEAUD et DUZERVILLE ; en 1857 NECHMAYA sur la route de GUELMA. Beaucoup plus tard furent fondés, en 1876, SAINT-JOSEPH ; en 1878 MORRIS et ZERIZER ; en 1881 COMBES. Puis l’on jalonna la route qui mène de BÔNE à LA-CALLE : en 1884 fut créé BLANDAN ; en 1887 YUSUF et en 1890 LE-TARF.

Le centre de population d’EL-BIAR (les puits), installé en 1883 dans la commune mixte de ZERIZER (future BENI- SALAH), prend le nom de BLANDAN* par décret du 24 octobre 1884. Il est rattaché à la commune mixte de LA-CALLE par arrêté du 26 janvier 1909. Il est érigé en commune par arrêté du 12 janvier 1957.

*Le nom du village pour honorer la mémoire du Sergent Jean Pierre Hippolyte BLANDAN, mort au champ d’honneur le 12 avril 1842 à BOUFARIK : Le 11 avril 1842, alors qu’il conduit un détachement d’une vingtaine d’hommes pour porter le courrier du camp d’ERLON à BOUFARIK à la redoute de BENI-MERED (Camp de BLIDA), sa troupe est attaquée par un groupe de trois cents cavaliers arabes. Refusant de déposer les armes devant cet ennemi supérieur en nombre et bien que grièvement blessé, il exhorte ses soldats à résister, s’écriant : « Courage, mes amis ! Défendez-vous jusqu’à la mort ! ». Les secours, alertés par le bruit de la bataille entendu depuis BOUFARIK, n’y trouveront que cinq fusiliers survivants. Le sergent BLANDAN meurt de ses blessures à l’hôpital de BOUFARIK le 12 avril 1842, à l’âge de 23 ans.

C’est une région forestière propice à la chasse, notamment du sanglier, avec une source thermale de hammam DJABALLAH.

Je vous invite à découvrir l’Histoire de cette localité à vocation agricole avec 5 717 habitants en 1960 et dont l’un, CHADLI Bendjedid, deviendra Président de la République algérienne de 1979 à 1992 .

Bonne journée à tous
Jean-Claude ROSSO

Navigation