Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Y en a marre de se coucher !

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France

Y en marre ! Vous ne pouvez pas savoir comme j’en ai marre (à moins que vous aussi) ! Marre des hommages aux victimes, marre des déclarations compassionnelo-martiales après chaque attentat, chaque traquenard, chaque voiture brûlée, chaque pompier caillassé, chaque flic cocktail molotovisé, chaque enseignant bastonné.

JPEG - 86.6 ko

Ohé ! les « sauvageons », c’est pas bien, ce que vous faites, si vous continuez, ce sera pampan cucul (menace, on le sait, tout à fait gratuite, la fessée étant de fait interdite en France). « Ces barbares seront poursuivis, arrêtés et punis avec toute la rigueur de la loi (rien que de les menacer d’un rappel à la loi en question, ces chéris sont déjà morts de trouille). Il n’y a pas de zone de non droit en France (ah bon ?). Et les solutions : médaille commémorative aux victimes ( !!!!!!!!!), dialogue (avec qui ?), concertation, lutte contre le FN (le combat de sa vie pour Valls), « il faut que nous travaillions tous ensemble », ce sont de jeunes désœuvrés qui se radicalisent, si on leur donnait du travail...

Tout, ils nous disent tout, et ils ne font rien. La trouille d’une bavure, d’un amalgame, d’une stigmatisation, d’un odieux acte raciste, les paralyse. Mais quand je dis qu’ils ne font rien, ce n’est pas exact : ils font tout, au contraire, ils sont prêts à tout pour conserver leur fromage, leur voiture de fonction, leurs passe-droits, le salut de la garde républicaine, les avions du Glam, les dîners fins dans des restos discrets, l’entre soi qui tient bien à l’écart, derrière le cordon sanitaire de la bienpensance, tous les autres, sans-dents, péquenods, banlieusards, villageois, ouvriers (beurk, quelle horreur), bref, le populo qui sent la sueur, l’ail, et qui en plus roule au diésel dans des épaves qui empoisonnent l’atmosphère. Salauds de pauvres !

Marre, marre. Marre, des Hollande, commemorator aux yeux de cocker triste, marre des Cazeneuve, plus croque-mort que nature, qui se félicitent quand aucun casseur n’est blessé dans une émeute, marre que les flics n’osent pas se défendre, de peur d’avoir à remplir des kilomètres de paperasse, à répondre aux accusations de l’IGPN, ou d’aller eux-mêmes en tôle. Marre des DAL, LDH, SOS et autres associations qui nous poignardent dans le dos, financées par nos impôts, marre des zadistes, des black-blocs, des racailles des cités qui détruisent, brûlent, violent, en toute impunité.

La France est foutue, non pas seulement, comme le dit Zemmour, (voir ma tribune de la semaine dernière), parce que les Français ne veulent plus mourir pour elle. La France est morte parce que les Français ne sont plus capables de tuer pour la défendre. Et quand on ne veut pas tuer son ennemi, et qu’on a peur qu’il nous tue, on se couche et on rampe.
Si la France n’était pas morte, pas un seul prof de France ne serait molesté par un élève, il y aurait eu quelques dizaines de morts autour des manifs contre la loi travail, les manouches n’auraient pas mis Moirans à feu et à sang, la centaine d’ « émeutiers » du Val Fourré à Mantes la Jolie ne s’en serait pas tirée sans laisser quelques « djeunes » sur le carreau, et les assassins de Viry-Chatillon mangeraient les pissenlits par la racine.
Si la France n’était pas morte (et l’Occident avec), nous n’aurions pas aboli la peine de mort pour ceux qui l’appliquent sans état d’âme sur nous.

Nous sommes morts, nous allons élire Juppé, c’est tout ce que nous méritons.

Navigation