Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Seuls les blancs sont racistes !

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France

Et esclavagistes, colonialistes, xénophobes, antisémites, islamophobes, homophobes, fachos, machos, etc…

JPEG - 103.4 ko

Louis-Georges Tin, président du CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires, vient de lancer fort opportunément, dans le sillage des manifestations de Charlottesville et l’intention du maire de New York de déboulonner la statue de Christophe Colomb –coupable d’avoir découvert l’Amérique, un crime contre l’humanité-, le débat dont la France avait manifestement un urgent besoin : faut-il débaptiser les lycées Colbert de France ?
Jean-Baptiste Colbert, dont chacun devrait savoir, sous peine d’amende, qu’il fut un grand esclavagiste, auteur du « code noir », et ignorer, sous peine de lobotisation, qu’il fut accessoirement le maître d’œuvre de la grandeur de la France… Il est d’ailleurs fortement question, pour calmer les susceptibilités communautaires, de gommer le siècle de Louis XIV des manuels d’Histoire, de faire comme si Napoléon, qui avait rétabli l’esclavage dans les colonies, n’avait pas existé, et, parait-il, de raser le château de Versailles pour en faire un parc de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Ainsi va le monde d’aujourd’hui. Des imbéciles enflés de componction se permettent de juger, avec le prisme d’aujourd’hui, des hommes qui vivaient il y a plus de trois siècles, sans que les effleure l’idée que ces mêmes hommes trouveraient loufoques nos extravagances à vouloir marier des hommes entre eux ou des femmes entre elles, par exemple, ou répugnante notre pusillanimité à répondre par des fleurs et des bougies à des ennemis qu’eux se seraient empressés d’envoyer ad patres.
Mais ce monsieur Tin, lui, est loin d’être un imbécile, et il sait parfaitement surfer sur la bonne conscience dégoulinante de nos maîtres à penser. L’occasion était trop belle (avec en plus Irma, comme un cadeau du ciel) de culpabiliser encore un peu plus ces pauvres Français que la mauvaise fortune a fait blancs, hétéros, laïcs ou catholiques. Tout cela au nom de l’exigence d’un vivre ensemble qui ne serait possible que si les « blancs » reconnaissaient leur grande faute dans tout, et payaient leur rédemption jusqu’à la fin des temps. Comme le disait sur BFMTV un habitant « noir » de Saint Martin interviewé après le passage d’Irma, tout ça, c’est la faute de l’État Français, oui monsieur, la faute de l’État Français (et donc des Français « blancs majoritaires », autrement dit les souchiens, les français des « minorités » n’ayant pas vocation à assumer une Histoire de France qui ne les concerne que quand ils en sont bénéficiaires ou prétendument victimes).

Certains avancent (je l’ai entendu, ça) que le comportement de monsieur Tin est bien aussi raciste que celui des « blancs » qu’il dénonce à longueur de médias, et ils mettent en avant que pas un « blanc » ne créerait une association « blanche » sans se faire traîner illico devant les tribunaux, et immanquablement condamner. Mais ils ont tort. Monsieur Tin, le voudrait-il, ne peut pas être raciste. Le racisme, tel qu’admis unanimement aujourd’hui, c’est la croyance par les « blancs » en la supériorité de leur race sur les autres (alors que chacun sait que les races n’existent pas, mais passons). Pour que monsieur Tin soit raciste, il faudrait qu’il soit blanc et qu’il croie en la supériorité de la race « blanche » ! Étonnant, non ?

Navigation