UN FRANC = UN EURO = UN DOLLAR : MIRAGE ou REALITE ?

, par  Manuel Gomez , popularité : 4%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Lors du tout récent débat télévisé la sortie de l’euro est revenue à l’ordre du jour.

Plusieurs candidats se prononcent pour cette sortie et parmi les principaux Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

J’ai eu récemment l’occasion d’écrire ici-même qu’un fort pourcentage de Français et notamment les retraités et les épargnants, malgré le désir de le faire, hésitait à voter pour Marine Le Pen en raison justement de cette proposition de son programme de quitter la « zone euro ».

Je constatais qu’ils craignaient pour leur épargne et que l’on pouvait les comprendre.

J’ai livré mon analyse sur cette question primordiale et j’ai mis les économistes au défi de me contredire : aucun ne l’a fait ouvertement.
PUBLICITÉ

Je confirme donc ici qu’une sortie de l’euro ne serait nullement la catastrophe annoncée, le cataclysme monétaire, la perte d’une grande partie de l’épargne, et je le prouve :

Nous nous retrouverons très exactement au même point qu’avant 2002 et l’aventure de l’euro.

Comment vivions-nous en France en 2001 ?

Était-ce si catastrophique ? Moi je ne m’en souviens pas et vous ?

Je voyageais en Espagne, en Italie, au Portugal et mon Franc était plus fort que la peseta, la lire ou l’escudo.

Mon épargne était en Francs, elle est passée en Euros et elle redeviendra en Francs.

Est-ce que nous ne commercialisions pas avec les autres pays européens ? Est-ce que nous n’exportions pas davantage qu’aujourd’hui ?

Mais, allez-vous me dire, quand nous irons de nouveau en Espagne, en Italie ou au Portugal avec notre « Franc nouveau » cela nous coûtera plus cher puisque ces pays « bénéficieront » toujours de l’euro, et les produits importés de ces pays coûteront également plus chers !

Croyez-vous un seul instant que si la France quitte l’euro, celui-ci n’éclatera pas ?

Il est évident qu’aussi bien l’Espagne, l’Italie, le Portugal mais également la Grèce, la Hongrie, les Pays-Bas et d’autres pays suivront la France.

Il n’y aura plus d’euro.

**Oui, mais la dette ? Vous inquiétez-vous.

J’ai déjà répondu à cette question : notre dette, comme les dettes de tous les pays, est soumise à la « Lex Monetae » et elle est donc remboursable (la nôtre à 97%) dans la monnaie du pays, aujourd’hui l’euro mais demain le « Franc nouveau ».

Nous la rembourserons donc avec nos « Francs nouveaux ».

**Oui, mais justement ces investisseurs augmenteront les intérêts, si la France sort de l’euro ?

« Non » et je vous explique pourquoi ?

Si la France sort de l’euro, la zone euro éclatera et les investisseurs mondiaux continueront d’investir en France, sans augmentation des intérêts, car la France est la deuxième économie européenne, après l’Allemagne, et qu’elle continuera à l’être et, peut-être même à la dépasser.

Et même si le « Franc nouveau » risque d’entraîner une légère dévaluation, au début, on constatera même que, contre toute attente, sa valeur augmente !

Donc si ce qui vous empêche de voter contre la sortie de l’euro c’est la peur de perdre votre épargne alors n’ayez aucune crainte : la France et son « Franc nouveau » retrouveront la place qu’ils avaient avant 2002, c’est une certitude.

Voir en ligne : http://magoturf.over-blog.com/2017/...

Navigation