Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Quel est le véritable but derrière la propagande autour des fausses nouvelles ?

, par  hervek , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

NotreJournal partage tout à fait cette analyse ...


Par Brandon Smith – Le 15 Décembre 2016 – Source alt-market.com


Voici le premier problème avec le discours politique moderne – trop de gens veulent « gagner » la bataille des arguments au lieu d’en arriver à une plus grande vérité sur une question donnée. Les discussions deviennent acrobatiques. Les opposants se lancent dans des attaques frontales au lieu de simplement poser des questions constructives. Ils affirment immédiatement que leur position est la seule valable sans vérification. Lorsqu’ils sont confrontés à des réponses rationnelles et à des preuves suffisantes, ils rejettent tout au lieu de réfléchir à ce que vous leur avez remis. Après avoir franchi cette ligne, il est inutile de poursuivre le débat. Il sera sans fin.

C’est l’une des grandes tragédies de la méthode de confrontation politique de Saul Alinsky. Elle a engendré des générations entières de gens qui croient maintenant qu’il n’y a pas de vérité objective. Ils pensent que tout est relatif. En raison de cette croyance, ils supposent qu’il n’y a pas de mal ou de droiture, pas de but erroné ou fallacieux. Au lieu de cela, il y a seulement des buts qui sont plus utiles que les objectifs des autres. Tout se résume à une mentalité du « moindre des deux maux », et à des fins qui justifient donc les moyens. L’utilisation de méthodes malhonnêtes pour gagner la lutte devient acceptable.

En fin de compte, le combat idéologique empêche effectivement les gens d’apprendre plutôt que de les aider à atteindre la racine du problème. Nous vivons dans un monde où la vérité est superflue par rapport au récit global. La seule chose importante est de détruire vos rivaux.

Une stratégie classique de débat malhonnête et de désinformation est d’utiliser toutes les méthodes possibles pour éviter de confronter vos adversaires idéologiques à des arguments légitimes, et de les attaquer personnellement. Si vous ne pouvez pas les battre sur un terrain équitable en utilisant la raison et la preuve, pourquoi ne pas saper leur image de sorte que le public sera influencé pour éviter de les écouter sur le fond ? C’est ce qu’on appelle parfois l’inoculation.

À première vue, c’est ce que semble être le mème de toutes ces «  fausses nouvelles » soutenues par les médias grand public.

Les médias mainstream se sont révélés tout à fait inefficaces contre la montée des médias alternatifs. Et comme je l’ai expliqué dans des articles récents, il y a une raison très bonne et évidente pour cela. Les médias alternatifs sont ce qu’il y a de plus proche d’un «  libre marché » d’idées que le monde a eu depuis très longtemps. Avant les médias Web, le public était strictement limité à une poignée d’opinions contrôlées par des entreprises qui dirigeaient le flux d’information avec une poigne de fer. Si vous vouliez apprendre quoi que ce soit au-delà du récit dominant, vous deviez faire des recherches dans des bibliothèques d’une manière infiniment plus lente, ou essayer de chercher personnellement des personnes qui représentaient des sources et des témoins.

Aujourd’hui, l’exploration des données se produit à la vitesse de la lumière. Les faits et les preuves sont découverts en temps réel. Les interviews vidéo et les transcriptions peuvent être réalisées aussi rapidement qu’un appel téléphonique. Ils peuvent être examinés et les témoins peuvent être cités sans avoir à voyager à travers le pays. La prévalence des médias filmés rend également difficile pour les témoins de mentir sur leurs revendications originales plus tard dans la vraie vie.

Au-delà de cela, les médias alternatifs offrent quelque chose que les masses ont rarement voire jamais eu – le choix. Les gens peuvent maintenant examiner tous les aspects d’une question et toutes les preuves disponibles et décider par eux-mêmes quelles conclusions donnent le plus de sens. Les médias traditionnels n’ont jamais offert ce côté, avec des informations hautement réglementées et des preuves déformées.

Le but des médias traditionnels n’a jamais été de véhiculer les «  nouvelles » sans entraves. Au contraire, leur but a toujours été de manipuler l’opinion publique, et nous avons vu cela révélé indéniablement lors de l’élection de 2016, alors que Wikileaks a exposé comment, journaliste après journaliste, ils utilisent leur position de confiance devant le public comme arme pour influencer le résultat de l’élection.

Au lieu d’admettre des actes répréhensibles après cet embarras, les médias ont décidé de doubler et d’intensifier l’accusation selon laquelle les médias alternatifs fournissent des «  fausses nouvelles ». Autrement dit, les médias veulent que les gens croient que nous sommes des menteurs et des amateurs, que eux sont des «  professionnels », et que le public devrait ignorer tout ce que les médias alternatifs ont à dire dès maintenant. Je dois souligner, cependant, que le récit des médias grand public contre ces «  fausses nouvelles » semble un peu mince pour moi.

Ce qui veut dire, je crois, qu’il y a plus de choses ici que simplement sauver les médias mainstream.

Appelez-moi «  théoricien du complot », mais les médias traditionnels dominés par les élites ne font pas grand-chose pour s’aider dans cette stratégie. Pensez-y. Ils sont déjà clairement en train de mourir si l’on regarde la taille en continuel déclin de leur public et la perte des jeunes téléspectateurs et lecteurs. Leur situation se détériore depuis des années, tandis que les médias alternatifs ont explosé en influence. La promotion du mème des «  fausses nouvelles » a besoin de ces médias pour réellement LISTER les sources qui, selon eux, représentent ces «  fausses nouvelles ». C’est ce que le Washington Post a fait avec la promotion de la liste du professeur libéral Melissa Zimdar.

Donc, pardonnez-moi si je fais un saut trop grand ici, mais il semble que cette tactique apportera seulement plus de trafic Web pour les sites répertoriés, car la liste ne comprend pas vraiment d’exemples spécifiques d’infractions aux «  fausses nouvelles  ». Les gens curieux seront obligés de visiter les sites alternatifs pour voir de quoi il retourne avec tout ce scandale. Peut-être que beaucoup d’entre eux y trouveront quelque chose qu’ils aiment, plutôt que quelque chose qu’ils haïssent. Pour moi, l’intégralité de la manipulation autour du mème des «  fausses nouvelles » va abimer l’image des médias grands public plutôt que de la restaurer.

La grande histoire suivante liée à ses «  fausses nouvelles » a été l’affirmation par certains dans le gouvernement (y compris la CIA) que les médias alternatifs sont en fait un front pour le piratage et la propagande russes. J’ai prédit ce développement il y a deux ans dans mon article Lorsque la guerre éclatera, les patriotes seront accusé d’avoir aidé l’ennemi.

Dans cet article, j’ai soutenu qu’une guerre est en train d’être mise au point entre les puissances occidentales et orientales (Russie et Chine contre les États-Unis et certaines parties de l’Europe) et que cette guerre sera probablement une guerre économique. J’ai également souligné qu’un tel conflit pourrait être utilisé par les élites de l’Ouest pour décrier les médias alternatifs en tant qu’agents de la propagande russe. Voici un extrait :

Un autre aspect de ce plan, je crois, implique le détournement de l’image du mouvement de la liberté. Le mouvement de la liberté est essentiellement l’élément inconnu le plus dangereux sur l’échiquier mondial de l’élite. En fait, parce que nous comprenons que les financiers internationaux et les banquiers centraux sont le véritable ennemi, nous avons la possibilité de délaisser entièrement l’échiquier et de jouer selon nos propres règles. Les conflits économiques ou militaires généralisés offrent la possibilité de neutraliser les militants de la liberté qui pourraient se transformer en révolutionnaires.

Récemment, je suis tombé sur un article de The Atlantic intitulé La Russie et la menace d’irréalité. Maintenant, certains analystes alternatifs pourraient lire cet article et immédiatement hausser les épaules comme une autre tentative de propagande contre la Russie par la machine médiatique occidentale. Bien que leurs motivations soient authentiques, ces analystes cimentent l’illusion que la Russie est le « bon gars » et les États-Unis sont à jamais le «  méchant ». La pièce de The Atlantic est une manipulation beaucoup plus complexe que ce qu’ils sont capables de percevoir.

Ce n’était pas un problème aussi pressant il y a deux ans, lorsque le conflit avec la Russie était une notion ridicule pour beaucoup de gens. Mais aujourd’hui, le conflit avec la Russie, au moins à l’échelle économique, est une fatalité. Si vous lisez à fond l’article ci-joint de The Atlantic, le récit qui se construit est clair – l’establishment espère réécrire l’histoire et l’image du mouvement des libertés en nous dépeignant comme des idiots utiles radicalisés par la propagande russe, plutôt que d’être à l’origine de notre propre mouvement populaire avec notre propre philosophie et méthodologie. Par ce biais, il nous enlève notre droit de propriété sur notre propre cause.

Il semblerait que tout ce que j’ai prévu il y a deux ans se produise maintenant. Cela dit, je modifierais mon point de vue original pour inclure une nouvelle dynamique.

La prochaine guerre économique sera basée sur le faux paradigme Est / Ouest. Au cours des années, j’ai souligné en détail que les nations orientales sont tout aussi contrôlées par les élites des banques centrales et les intérêts mondialistes que les nations occidentales, y compris la preuve que Vladimir Poutine est un fervent partisan de la montée en puissance du Fond monétaire international pour un seul système monétaire mondial en utilisant le panier des droits de tirage spéciaux comme pont. Il est aussi soudainement un partisan de l’agenda de l’ONU sur le changement climatique et la taxation du carbone.

J’ai systématiquement mis en garde les analystes du mouvement de la liberté de faire attention à trop soutenir la Russie et Poutine, non seulement parce que ce n’est qu’une opposition contrôlée, mais parce que nous serions finalement pris dans une guerre des médias qui nous étiquette comme des conspirateurs ennemis. Rester (à juste titre) critique de Poutine est le meilleur moyen d’éviter d’être étiqueté comme membre des propagateurs de «  fausses nouvelles », ou un pourvoyeur de propagande russe.

C’était ma croyance originelle, que les médias élitistes utiliseraient l’amour de médias alternatifs pour Poutine comme un moyen de saper notre crédibilité. Cependant, aujourd’hui, je dirais que d’une façon étrange, le contraire se produit.

Déroutant ? Oui. Voyez-le de cette façon. Avec les médias dominants majoritairement de gauche mourant d’une manière irréversible, aucune quantité de pleurnicherie sur les «  fausses nouvelles » ne va les sauver. La montée des «  populistes » est à portée de main, et comme j’ai mis en garde durant l’année écoulée, c’est fait pour. Tout comme les mouvements anti-establishment conservateurs sont en augmentation dans l’influence géopolitique, il en est de même pour les médias anti-establishment. Nous sommes une sorte de forfait tout compris.

Je crois que les mouvements conservateurs et les médias alternatifs sont en train d’obtenir une position d’autorité culturelle. Les globalistes se retirent (pour l’instant) au fur et à mesure que nous grandissons vers le pouvoir. Ils le font en prévision de la phase finale d’un effondrement économique qu’ils gèrent depuis au moins 2008. Ils le font parce que leur objectif est de faire de nous les boucs émissaires d’une catastrophe mondiale dont on se souviendra pendant des siècles. J’ai pu prédire le succès du référendum Brexit, la victoire électorale de Donald Trump et la dernière hausse des taux de la Réserve fédérale en me basant sur cette théorie et je crois qu’elle continuera à faire ses preuves.

Les globalistes savent qu’à ce stade, le mème des fausses nouvelles ne va faire que nous aider au lieu de nous nuire. C’est-à-dire que les élites jetteront les médias de gauche aux loups et que les affirmations au sujet de la propagande russe ne feront que les rendre plus ridicules. Les globalistes voient clair dans ce jeu – de fait, avec leur niveau analytique de la toile à leur disposition, ils peuvent lire et prédire les changements dans la conscience sociale avant que quasiment personne d’autre ne soit au courant.

Au lieu d’essayer de nous entraver ou de nous combattre directement, je crois que les élites projettent de nous coopter directement, nous ou notre image. C’est-à-dire qu’ils laisseront croître notre influence en apparence, puis déclencheront une crise et utiliseront certains de ces médias alternatifs comme les nouveaux médias importants, ou tout simplement nous peindront tous comme complices des échecs des gouvernements conservateurs et du nationalisme.

Le jeu final ici est de détruire les principes sous-jacents des mouvements de la liberté ; De faire en sorte que les générations futures se sentent horrifiées à la seule mention des conservateurs et de la souveraineté nationale. Les élites jouent une stratégie très complexe de guerre de quatrième génération. Rien de ce que vous voyez n’est exactement ce qu’il semble. L’étiquette des «  fausses nouvelles » n’est pas censée gêner les médias alternatifs. En fait, cela nous aidera à prendre une position où nous pourrons être blâmés pour notre influence globale négative.

Certaines personnes diront que je creuse trop loin les perspectives, ou que je donne aux élites «  trop de crédit », ou que j’attribue trop d’«  omnipotence » à leur position. Elles feront sans doute référence au passage récent de la Loi sur la désinformation et la propagande en matière de lutte contre la désinformation et prétendront que cela vise clairement à supprimer les médias alternatifs.

Je demande toutefois à ces gens d’examiner une question : qui aura vraiment le contrôle de cette mesure législative dans un proche avenir ? Si j’ai raison, et que Trump entre à la Maison Blanche en janvier avec une majorité républicaine au Congrès et au Sénat, n’est-ce pas Trump qui va profiter le plus du cadre juridique ? Comment cela pourrait-il servir à saper les médias alternatifs et conservateurs ?

Je prédis, en fait, que les conservateurs vont recevoir assez de corde pour se pendre. Je prédis que Trump utilisera cette loi pour aller à la poursuite des médias traditionnels, pas les médias alternatifs, et que de nombreux conservateurs vont l’appuyer, même si les questions de constitutionnalité vont augmenter. Je crois que le mème des fausses nouvelles se retournera et que les médias mainstream actuels vont mourir en conséquence.

Je crois que tout cela fait partie d’un récit soigneusement conçu dans lequel l’alt-right gagne une influence politique sans précédent, seulement pour entrer en collision avec la trajectoire du désastre économique et social à venir. Je crois que le jeu est loin d’être terminé dans la lutte entre les mondialistes et les militants de la souveraineté. Je crois qu’ils ne peuvent pas nous vaincre directement, alors ils espèrent maintenant nous vaincre indirectement, ou nous tromper nous-mêmes dans la défaite. En réalité, le jeu ne fait que commencer.

Brandon Smith

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Voir en ligne : http://lesakerfrancophone.fr/quel-e...

Navigation