Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

PANTALON

, par  Ali BouBou , popularité : 1%

"Je hais le mouvement qui déplace les lignes",
Disait Baudelaire, je n’en sais la raison :
Peut-être n’est-il pas sorti de sa maison
Pour aller quelquefois à la pêche à la ligne ?

Je suis une fille sur les Champs Élysées,
Mes yeux restent fixés sur son arrière-train,
Son pantalon serré me mène avec entrain
Jusqu’au gouffre où l’envie se serait enlisée.

"Perpétuel mouvement de fesses dantesques,
Balancier en chansons"* de mesure à deux temps…
Aspiré par le rythme et presque à bout portant
Je cours et tout devant à ses seins romanesques.

Et fondu avec elle en divin mouvement,
L’espace tout autour et comme anéanti,
Nous emporte tous deux et tout comme engloutis
Un rêve étrange et qui pourtant me ment.

D’un même mouvement c’est un beau sortilège
Que le rêve m’a pris alors étrangement…
Et comment donc haïr ce qui est mouvement ?
Baudelaire a commis là un grand sacrilège. (6521 - 6/10/16)

* extrait de mon "Tu es la femme"(1966)

Navigation