Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Les républicains sauvent la France du fléau le Pen !

, par  NEMO , popularité : 2%
NJ-Ile de France
JPEG - 159.9 ko

Photo par Bundesarchiv, N 1576 Bild-007 / Herrmann, Ernst / CC-BY-SA, CC BY-SA 3.0 de, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5441347

Vous vous attendiez à quoi ? A ce que les Fillon, Juppé, Baroin, NKM et autres Wauquier appellent à voter Marine le Pen ? Faut pas rêver. Les moins jésuites des LR ont carrément annoncé qu’ils allaient voter Macron ; les plus sournois, qu’ils ne se résoudraient jamais à voter Front National, mais qu’ils accompliraient leur devoir de citoyen, et assumeraient quoiqu’il leur en coûte leurs responsabilités (comme ça, ils ne l’ont pas dit)… Je vous le prédis, pas un seul candidat battu, pas même Dupont Aignan, que rien, à part l’égo, ne sépare de Marine le Pen, pas un « pipole », pas un intellectuel, pas un syndicat, même de la police, n’appellera à voter le Pen, même du bout des lèvres, même en se pinçant le nez !

Certes, avec leur "adversaire" Emmanuel, ils ont plus de chances de conserver une bonne part du fromage qu’avec leur "ennemie" Marine, mais il n’y a pas que cela. En réalité, ils sont tous tétanisés à l’idée de subir le même sort que Charles Millon.
Charles Millon, c’était il y a 20 ans, en 1998 ! Il avait été ministre de la Défense de Chirac ; la cinquantaine, brillant, efficace, tous les espoirs lui étaient permis... Mais il commet l’irréparable : président de la région Rhône-Alpes, il est réélu à la tête de l’institution grâce au vote des élus FN, à qui il offre alors des vice-présidences, dont celle de la culture. Crime abominable. La gauche morale crie à l’infamie, exige la tête de Millon, elle qui n’aurait pas bronché si elle avait gagné la présidence avec la complicité du groupe FN. Millon est aussitôt exclu de l’UDF. Son élection est invalidée –quand on veut invalider une élection, on trouve toujours un petit vice de procédure quelque part-, et il est remplacé par sa colistière Anne-Marie Comparini.
Sa carrière politique est terminée ! Au point que quand il apparaît cette année dans un vague comité « société civile » de l’équipe Fillon, Libération et le Monde sonnent le tocsin et voient en Millon la preuve de la radicalisation droito-fasciste insupportable du candidat à l’élection présidentielle !

Alors, bien qu’ils ne croient pas un mot de ce qu’ils avancent, c’est-à-qui, à Droite, essaiera de trouver une justification « honorable » à son vote Macron. L’argument le plus entendu, parce que moins sujet à retour de boomerang que la prétendue xénophobie ou le nationalisme du FN – que beaucoup d’électeurs de droite partagent-, c’est que Macron, lui, au moins, est « républicain ». Que je sache, ou alors ça m’a échappé, Mme le Pen n’est pas monarchiste. Elle se présente à une élection démocratique, et je n’ai pas vu dans les bureaux de vote des nervis FN nous intimant de choisir le « bon » bulletin. Marine le Pen n’a apparemment pas prévu non plus, une fois élue, d’organiser un plébiscite pour devenir impératrice. Quant au mot « République », mis à toutes les sauces par nos « résistants » au totalitarisme, je rappelle à toute la gauche que Staline présidait l’Union des Républiques socialistes soviétiques, que l’Allemagne de l’Est s’appelait la République Démocratique Allemande…

Il y a pourtant un leader de droite qui a réussi à surpasser ses collègues dans la tartufferie : Bruno Lemaire expliquait doctement jeudi matin à la radio que si Marine le Pen avait été au pouvoir, quitté l’Europe et « fermé nos frontières », la Chine n’aurait pas pu acheter à nos agriculteurs 1,5 millions de porcs… plus c’est gros, mieux ça passe, mais qu’il fasse attention, quand même, l’honnête Bruno. Avec internet, conneries proférées un jour vous poursuivent pour toujours.

Prenez maintenant les pipole, même punition, même motif. Vous vous souvenez de Faudel, le chanteur de raï ? Empêché de chanter par des « antifas » dans toutes les salles qui l’avaient programmé, il a disparu des écrans radar. Doc Gineco ? Mort au champ d’honneur. Christian Clavier ? Exilé à Londres. Leur point commun : ils avaient eu la mauvaise idée de soutenir Sarkozy en 2007 ! Alors imaginez un artiste qui se revendiquerait Front National ! Ou un journaliste, ou un juge, ou un intellectuel, ou un écrivain, ou un prof de fac, ou même un curé...

Après tout, c’est peut-être vrai, que le Front National ne partage pas les mêmes « valeurs républicaines » que les républicains (de tous bords) !... Cela m’inciterait plutôt à voter Marine le Pen !

Navigation