Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Le FT demande : Est-ce que c’est le moment Marie-Antoinette des Élites ?

, par  hervek , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Par Wolfgang Munchau – Le 29 novembre 2016 – Financial Times via ZeroHedge

Résultats de recherche d'images pour « images marie antoinette brioche »
Source : Kirsten Dunst dans Marie Antoinette, film réalisé par Sofia Coppola, NYT

Certaines révolutions auraient pu être évitées, si la vieille garde s’était abstenue de toute provocation. Il n’y a aucune preuve du fameux « Qu’ils mangent de la brioche ». Mais c’est le genre de chose que Marie-Antoinette aurait pu dire. Cela sonne vrai. Les Bourbons représentaient indubitablement la quintessence d’un establishment intouchable.

Ils ont de la concurrence maintenant.

Notre establishment libéral démocratique mondial se comporte de la même façon. Au moment où la Grande-Bretagne a voté pour quitter l’UE, quand Donald Trump a été élu président des États-Unis, et avec Marine Le Pen qui marche vers l’Élysée, nous – les gardiens de l’ordre libéral mondial – continuons de mettre les bouchées doubles.

La campagne de Tony Blair, ancien Premier ministre britannique, pour empêcher le Brexit est probablement l’exemple le plus curieux de tous. Un incident plus grave a été la prévision par le Bureau de la responsabilité budgétaire au Royaume-Uni, qui a déclaré la semaine dernière que le Brexit aurait de graves conséquences économiques. Venant à peine quelques mois après que la profession économique s’est discréditée avec une prévision douloureuse sur les conséquences du Brexit, c’est un rappel étonnant de l’inadéquation des modèles de prévision économique.

La vérité au sujet de l’impact du Brexit est qu’il est incertain, au-delà de la capacité de prévision de tout être humain et presque entièrement dépendant de la façon dont le processus sera géré. « Ne sais pas » est la réponse techniquement correcte. Avant le référendum, La tactique de la peur n’était qu’une erreur monumentale. Aujourd’hui c’est stupide. L’un des débats était de savoir si les gens devraient écouter les experts. Nous avons dépassé cela. En raison d’une tendance à l’exagération, les macroéconomistes ne sont plus considérés comme des experts de la macroéconomie.

Les ex-dirigeants déconnectés et l’establishment économique ne sont pas uniques. En Italie, l’establishment politique envisage de modifier la loi électorale récemment modifiée, afin d’empêcher l’accès au pouvoir du mouvement rebelle Cinq étoiles de Beppe Grillo. C’est étroitement lié au référendum sur la réforme constitutionnelle qui aura lieu dimanche prochain.

La loi électorale qui est entrée en vigueur en juillet donne au parti le plus puissant des pouvoirs quasi-dictatoriaux. Il s’agissait d’une magouille convenue en 2014 entre le Parti démocrate du Premier ministre Matteo Renzi et l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi de Forza Italia. Ni l’un ni l’autre ne croyaient alors que le Mouvement Cinq Étoiles serait jamais en mesure de secouer le duopole confortable. Peu importe comment le référendum sur les réformes constitutionnelles se termine, attendez-vous à voir l’un des efforts les plus flagrants de manipulation de la politique moderne. Mais le problème de M. Renzi n’est pas le Mouvement Cinq Étoiles. Ce sont les électeurs.

L’UE elle-même, elle aussi, met les bouchées doubles partout. L’accord commercial avec le Canada et le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement, qui n’est pas encore conclu, sont aujourd’hui aussi populaires que le stationnement de missiles nucléaires à moyenne portée dans les années 1980. Une insurrection populaire est en cours contre eux, parce que les gens craignent une réduction de la protection des consommateurs et une prise de pouvoir par les multinationales.

Pourquoi cela arrive-t-il ? Les macroéconomistes pensaient que personne n’oserait contester leur autorité. Les politiciens italiens jouent depuis toujours des jeux de pouvoir. Et le travail des fonctionnaires de l’UE est de trouver des façons ingénieuses pour faire passer des législations et des traités politiquement délicats par dessus les législatures nationales. Même si des personnalités comme Mme Le Pen, M. Grillo et Geert Wilders, du parti d’extrême-droite néerlandais de la liberté, se dirigent vers le pouvoir, l’establishment continue à agir de la même façon. Un régent Bourbon, dans un moment de lucidité, aurait reculé. Notre ordre capitaliste libéral, avec ses institutions concurrentes, est constitutionnellement incapable de le faire. Mettre les bouchées doubles est ce qu’il est programmé à faire.

La bonne solution consisterait à ne plus insulter les électeurs et, plus important encore, à résoudre les problèmes dus à un secteur financier incontrôlable, à des flux non contrôlés de personnes et de capitaux et à une répartition inégale des revenus. Dans la zone euro, les dirigeants politiques ont jugé opportun de se débarrasser de la crise bancaire puis d’une crise de la dette souveraine – seulement pour découvrir que la dette grecque est insoutenable et que le système bancaire italien est en sérieuses difficultés. Huit ans plus tard, il y a encore des investisseurs qui parient sur un effondrement de la zone euro, comme nous le savons.

M. Renzi aurait pu utiliser son ample capital politique pour réformer l’économie italienne, au lieu d’essayer de consolider son pouvoir. Et imaginez ce qui aurait été possible si la chancelière Angela Merkel avait dépensé son capital politique encore plus important, pour trouver une solution aux multiples crises de la zone euro, ou pour réduire les surplus excédentaires de la balance courante de l’Allemagne. Si vous voulez combattre l’extrémisme, résolvez les problèmes.

Mais ce n’est pas le cas, pour la même raison que cela n’a pas eu lieu dans la France révolutionnaire. Les gardiens du capitalisme occidental, comme les Bourbons avant eux, n’ont rien appris et n’ont rien oublié.

Wolfgang Munchau

Note du Saker Francophone

Cet article a aussi été vu par le blog Observatus geopoliticus dans un article récent. On devrait voir beaucoup de signes apparaître, sur l’émoi des élites, leur tentatives de retournement de veste, pas trop tôt mais pas trop tard.

Le fait que le FT commence à s’interroger publiquement, après les excuses du New York Times, est sans doute un signe que les lignes craquent. Il faut donc continuer à les pilonner. Comme pour les djihadistes à Alep, l’effondrement suit très vite les premiers signes de faiblesses.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Voir en ligne : http://lesakerfrancophone.fr/le-ft-...

Navigation