URGENT - Aidez NJ à passer l’été - Cliquez !

INFO 642 PHILIPPEVILLE

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 11%

AU MENU DU JOUR VOUS PROPOSE :

Un PDF concernant l’INFO 642 relative à la ville de PHILLIPPEVILLE (département de Constantine).

Cette localité du Nord-est algérien, est située à 345 km à l’Est d’ALGER et à 72 km à l’Ouest de BÔNE (sa rivale) et à 65 Km au Nord-est de CONSTANTINE, son chef lieu départemental.

A l’époque Phénicienne, la ville se nomme TAPSUS du nom du fleuve dont elle était voisine et qui coulait entre les deux collines du BENI-MELEK et du SKIKDA. Dans l’antiquité Punique, RUSICADA « Le Cap du Phare » succède à TAPSUS. La Colonie Romaine laissa une profonde empreinte. La Voie des Tombeaux de RUSICADIA à STORA, dit bien l’importance du rôle que joua RUSICADA à cette époque.

Les citernes construites par les Romains ont servi encore au milieu du 20e siècle, à l’alimentation en eau potable de la ville de PHILIPPEVILLE. A l’endroit même de la place MARQUE s’élevait un jet d’eau de 4 mètres de haut produit par la pression des eaux qui s’écoulaient des citernes construites sur les collines du BENI-MELEK, 18 gradins les déversaient à la mer. Du Théâtre -le plus grand découvert en Algérie- partait un souterrain qui aboutissait au port.

De la belle romaine devenue ruine, le général VALLEE ne trouva que de misérables gourbis en 1838. Le Génie militaire dresse les plans de la future cité. A l’Est, l’armée aura ses bâtiments, casernes, arsenal, écuries. A l’Ouest s’étageront les résidences civiles. Le ravin séparant les deux portions deviendra son axe central et débouchera face à la darse. La ville devint, en 1838, PHILIPPEVILLE issu du nom du Roi des français d’alors.

Un état sanitaire épouvantable régnait, provenant des marais qui infestaient toute la plaine du SAF-SAF jusqu’à EL-ARROUCH. Dans les premiers mois de 1839, huit cents émigrants s’installèrent dans des baraquements. Ces condamnés à mort, héroïques, méritent mieux que l’oubli, car c’est grâce à leur sacrifice anonyme que cette région que les Turcs « N’ONT JAMAIS PU FRANCHIR » est devenue l’une des plus belles et des plus fécondes de l’Algérie..

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture du document transmis.

BONNE JOURNEE A TOUS.
Jean Claude ROSSO

Navigation