Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

INFO 639 BELLEVUE

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 2%

AU MENU DU JOUR :
Un PDF : concernant l’INFO 639 relative au centre de BELLEVUE (département Mostaganem).
Dans l’Ouest algérien la commune de BELLEVUE, à 185mètres d’altitude, est située à 3,7 km à l’Ouest d’AÏN TEDELES et à 24 Km à l’Est de MOSTAGANEM, son chef lieu de département.
Plusieurs travaux retracent l’histoire de ces colonies de 1848 et tous témoignent des difficultés d’adaptation des colons, pour beaucoup des artisans parisiens. S’ils relatent le « calvaire » de ces volontaires, dévorés par les fièvres et décimés par le choléra, rares sont ceux qui mentionnent la présence de médecins à leurs côtés. Le contrôle sanitaire des nouveaux villages est en effet essentiellement effectué par des médecins militaires, qui ont laissé des témoignages sur les débuts douloureux de cette opération.

Son nom d’origine SOURK-EL-MITOU a fait l’objet d’une déformation en SOUR-KEL-MITOU (le rempart des massacrés) dont il ne reste que des ruines en 1830. La déformation du nom s’explique par le grand marché (souk) qui s’y tenait, mais on ne sait pas qui en est à l’origine.

Le village-centre est une des colonies agricoles constituées en vertu du décret de l’Assemblée nationale française du 19 septembre 1848. Il est constitué sous le nom de SOUK-EL-MITOU, sur un territoire de 1 747hectares, annexe d’AÏN-TEDELES, et sera renommé BELLEVUE.

Louis THIREAU voit ainsi BELLEVUE en 1900 : « SOUK-EL-MITOU (le rempart des massacrés) est situé sur une plateforme, analogue à celle d’AÏN TEDELES, dominant le Chélif. Sur le talus qui élève le village au-dessus du fleuve on voit s’étager de magnifiques vergers remplis d’arbres fruitiers et admirablement arrosés par les sources qui coulent en abondance en contrebas de la principale place. Sur son emplacement, il existait autrefois une ville arabe importante qui avait été concédée par le sultan à Abou BERK, en l’an 767 de l’Hégire (1365). Depuis une dizaine d’années, on a jeté sur le Chélif le pont dit de l’ACHASTA, qui relie le village à partie occidentale du DAHRA ».

En 1962 vivaient 9 000 habitants dont 186 Européens.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture du document transmis.

BONNE JOURNEE A TOUS.
Jean Claude ROSSO

Navigation