Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

GOUMIERS , HARKIS , MOGHAZNIS : soldats de l’Algérie française

, par  lesamisdegg , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Goumiers , Harkis et Moghaznis, gardiens de la paix, au Maroc, en Algérie française.

Siba, en arabe signifie « anarchie » -c’est une forme de contestation- s’oppose au terme Makhzen . Au cours de son histoire le Maroc a connu des périodes d’instabilité. Certaines régions du Maroc ne connaissaient pas l’influence de l’État, notamment au Moyen Atlas au Haut Atlas dans le Rif et dans la Chaouia. Il existait, par ailleurs, des luttes intestines au sein de la famille du Makhzen, l’appareil étatique marocain. L’expression « bled el makhzen », désigne l’espace où l’État exerce son autorité, s’oppose à « bled siba », espace non soumis à l’autorité centrale du pays.

Pour le bled siba les espagnols utilisèrent l’expression « moros de guerra » -maures de guerre-du 16ième au 15ième siècle. Pour rétablir l’autorité de l’état-le makhzen-, en bled siba, le sultan utilisait des harkas composées de harkis-employés temporairement le temps d’une harka- au delà des soldats permanents du makhzen, les mokhaznis. Pour le bled makhzen les espagnols utilisèrent l’expression « moros de paz »-maures de paix- et leurs supplétifs indigènes étaient des almogataces-pluriel d’almogataz, mot dérivé de l’arabe al mokhazni-.

moghaznis 1961

moghaznis 1961

harkis 1959

harkis 1959

goumiers marocains 1955

goumiers marocains 1955

Les officiers des affaires indigènes, héritiers des bureaux arabes, vont créer les goums et leurs goumiers, les moghaznis, et les harkis.

GOUM – ar tribu, groupe-formation militaire indigène -

HARKI Soldat d’Algérie française qui servait dans une harka. L’administration française utilise toujours des harkas, troupes indigènes recrutées sur place (arabe [ḥarka], expédition, opération militaire) dont les soldats sont appelés harkis (Lanly1962, p. 60).

 

 

 

 

Les moghaznis étaient des supplétifs des Sections administratives spécialisées et les sections administratives urbaines de l’armée française durant la bataille d’Algérie française. Au nombre de 20 000, ils étaient chargés de protéger les SAS.

 

 

Voir en ligne : http://lesamisdalgerianie.unblog.fr...

Navigation