Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Donald Trump bouscule le terrorisme islamique

, par  Ivan Rioufol , popularité : 2%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Donald Trump, le zozo de service selon le camp du Bien, mène contre le terrorisme islamique une politique aux effets spectaculaires. Ce lundi, l’Arabie saoudite, l’Egypte, Bahrein et les Emirats arabes unis ont, tour à tour, annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Ce partenaire de la France est accusé de "soutien au terrorisme", dont Al-Qaïda, l’Etat islamique et les Frères musulmans. Lors de son discours du 21 mai à Riyad (Arabie saoudite), tenu devant une trentaine de dirigeants de pays musulmans, le président américain avait invité à vaincre "l’extrémisme islamiste", alimenté notamment par l’Iran, selon lui. Trump avait incité à la création d’une "coalition de peuples qui se liguent pour éradiquer le terrorisme". Il avait mis les leaders musulmans devant leur responsabilité. "Chassez (les terroristes) de vos lieux de culte, de vos terres sacrées, de vos communautés et de vos territoires". L’Arabie saoudite, berceau du salafisme, se serait-elle soudainement convertie à la tolérance ? Le doute reste de mise pour l’instant. Néanmoins, cet engagement de quatre pays musulmans à vaincre la violence djihadiste met fin à la négation du lien entre l’islam et le terrorisme mené au nom d’Allah. Ce mensonge sert de prétexte commode en Europe, et surtout en France, à exonérer l’islam de toute responsabilité et de tout effort de réforme. La bonne nouvelle est d’observer un réveil venu de musulmans eux-mêmes. Parions que la trumpophobie médiatique, cette autre pensée unique, aura du mal à admettre que Trump a marqué un point important dans l’incitation à la lucidité face aux dérives de l’islam politique.

Ce matin, sur Europe 1, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a préféré parler "d’assassins et de voyous" pour désigner les trois britanniques islamistes qui ont une nouvelle fois attaqué Londres, samedi soir (7 morts, 50 blessés), au nom de l’Etat islamique. Theresa May, premier ministre, a été plus inspirée en désignant une "idéologie maléfique", une "perversion de l’islam". Les meurtriers, après avoir écrasé des passants avec leur camion sur le London Bridge, ont poignardé des victimes en criant : "C’est pour Allah !". L’enfer a duré huit minutes, avant que des policiers puissent abattre les tueurs. 23.000 personnes seraient suspectées, en Grande-Bretagne, de sympathie avec l’islam radical. En France, les yeux restent clos devant la contre-société qui se consolide dans les cités, au risque de constituer demain une nation dans la nation, si ne n’est déjà le cas. Cette évolution démographique et identitaire devrait être au cœur des préoccupations politiques. Il n’en est rien avec Emmanuel Macron, qui ne voit la France que comme une addition de communautés bienveillantes. Vendredi, après la décision de Trump de se retirer des accords de Paris sur le climat, le président français a déclaré : "La vocation de la France est de mener ces combats qui impliquent l’homme tout entier. C’est pourquoi la France s’est placée à l’avant garde de la lutte contre le changement climatique". La posture consensuelle est facile. En France, les Frères musulmans, jugés terroristes par l’Arabie, l’Egypte, Bahrein et les Emirats, se portent bien, merci.

Voir en ligne : http://blog.lefigaro.fr/rioufol/201...

Navigation