Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

2016 - LA GUYANE : championne de France du crime

, par  Manuel Gomez , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Bravo la Guyane, elle vient de battre la Guadeloupe au goal average, compte tenu du nombre d’habitants, et prend, momentanément, la tête du championnat, loin devant Marseille, pourtant longtemps favorite.

42 homicides pour 280.000 habitants, record de France battu.

Score homologué par Éric Vaillant, procureur de Guyane, qui affirme que les armes à feu sont pratiquement en vente libre à Cayenne.

La Guadeloupe s’est inclinée malgré son magnifique score de 45 meurtres mais pour 402.000 habitants et les efforts consentis par l’Ile de Saint-Martin, et ses 36.000 habitants, pour améliorer cette performance. Ces deux îles jointes détenaient le record de France en 2015, qu’elles viennent de céder.

Derrière, Marseille fait pitié avec ses 24 morts pour 850.000 habitants.

Dans l’autre championnat, celui des vols avec violences par arme à feu ou arme blanche, c’est Saint-Martin, côté français, qui conserve la tête avec 3,5 (1260) pour 1000 habitants, devançant la Guyane, 2,7 (666), la Guadeloupe, 1,8 (704) et Mayotte, 1,2 (249), en progression constante ! Puis vient la Martinique, avec 299 pour 380.000 habitants.

Ce championnat est très peu commenté dans les médias nationaux (presse et télévision) et l’on souhaiterait des explications plus détaillées de la nouvelle ministre de la France d’Outre-Mer, Ericka Bareights, que celles que nous n’avons jamais obtenues de la part de ses prédécesseurs, George Pau-Langevin et Victorin Lurel.

Et, surtout, connaître l’opinion et avoir l’avis de l’ex Garde des Sceaux, Christiane Taubira, elle qui a tant œuvré pour une répression plus conciliante, il n’y a pas si longtemps, souvenez-vous !

Ces performances n’expliquent-elles pas, en partie, la régression constante du tourisme dans ces îles et cela malgré de nombreuses destinations écartées comme la Tunisie, l’Egypte, la Turquie et quelques autres de part le monde pour causes de guerres, de terrorisme ou de troubles ? Régression qui vient s’ajouter à celle provoquée par le racisme anti-blancs, constaté quotidiennement dans ces territoires et affirmé, si cela était nécessaire, par les propos tenus par le syndicaliste, Elie Domota, leader de l’UGTE (Union Générale des Travailleurs Guadeloupéen) lors de « l’émission politique » consacrée à François Fillon, en octobre 2016.

Il estimait que « d’avoir fait partager la culture française, notamment à son pays, devait être considéré comme du racisme ! ».

Voir en ligne : http://magoturf.over-blog.com/2017/...

Navigation