Maroc. Le roi, le coronavirus et «  la volonté divine  » - commentaires