Avez-vous pris votre abonnement 2019 ? Non ! CLIQUEZ ICI !
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN
A compter du 25 mai 2018, les instructions européennes sur la vie privée et le caractère personnel de vos données s’appliquent. En savoir +..

REFLEXION SUR L’ENRACINEMENT, par Evelyne JOYAUX

, par  Cercle Algérianiste d’Aix en Provence , popularité : 3%

REFLEXION SUR L’ENRACINEMENT, par Evelyne JOYAUX

Depuis la création du Cercle Algérianiste d’Aix-en-Provence il y a plus de 30 ans, nos recherches ne se sont jamais faites à l’écart des grands textes littéraires. Que leurs auteurs s’expriment directement sur l’Algérie Française comme Victor HUGO, TOCQUEVILLE, CAMUS et MONTHERLANT, ou que les écrits nourrissent notre réflexion en éclairant les ressorts de l’âme humaine et de l’histoire comme c’est le cas pour Charles PEGUY.

Nous avons souvent cité l’œuvre de ce dernier qui fut longtemps dédaignée avant d’être redécouverte.
Si chacun connaît désormais son analyse de la mystique qui se dégrade en politique, ce sont ses textes sur l’ENRACINEMENT auxquels nous avons fait référence lors de notre Assemblée Générale du 23 mai dernier. Nous en reproduisons un extrait ici pour compléter notre précédent compte-rendu.

« Tout le temporel est une opération d’une fois. Une opération non inventée, non imaginaire…. Le plus grand génie du monde ne remplace pas d’avoir eu tel berceau, telle patrie, d’être sorti de telle race terrienne.

Le plus grand génie du monde ne remplace pas d’avoir eu telle amitié, à telle date, en ce lieu, tel berceau d’amitié. Tout homme a, par sa naissance temporelle, par sa situation temporelle, par son lieu… une certaine zone d’amitié et nulle autre, une certaine zone où il travaille, où il peut travailler, où l’évènement travaille pour ou contre lui. Une zone étroite, une sorte de coupe….

Il n’est pas donné à l’homme de se faire un autre berceau, ni de se refaire le même, enfin de s’en faire un deuxième de quelque sorte, ni de prolonger outre mesure, au-delà du temps marqué, l’usage de cet osier » - Charles PEGUY (Cahier X 20.6.1909)

Il est inutile d’expliquer en quoi ces lignes nous concernent, en quoi elles coïncident avec notre démarche.
Mais comment, en outre, ne pas les rapprocher des mots écrits par Albert CAMUS dans l’appartement retrouvé de son enfance algérienne : « Il savait qu’il allait repartir, se tromper à nouveau, oublier ce qu’il savait. Mais ce qu’il savait justement c’est que la vérité de sa vie était là dans cette pièce… Il suffit de savoir qu’elle est là, il suffit de la connaître enfin et qu’elle nourrisse en soi une ferveur secrète et silencieuse, face à la mort. - (Le premier homme . Gallimard p 304).

Pour les Français d’Algérie il n’y a pas de meilleur recours contre la criminalisation du passé qui nous est infligée depuis des décennies que la beauté de ces lignes et leur vérité apaisante et permanente.

Evelyne JOYAUX, présidente du Cercle d’Aix

JPEG - 127.9 ko

Voir en ligne : http://congraix.over-blog.com/2019/...

Navigation