Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Xavier Bertrand atteint par le mimétisme macronien

, par  Ivan Rioufol , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Et c’est reparti dans l’hystérie pavlovienne contre le FN ! Xavier Bertrand, président (LR) des Hauts-de-France, n’en finit pas d’être obnubilé par le Front national. En mai, il avait assimilé le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan à Pierre Laval, numéro 2 de Vichy, après le ralliement du président de Debout la France à Marine Le Pen. Cette fois, dans le JDD paru dimanche, Bertrand fait procès à Laurent Wauquiez, président (PR) d’Auvergne-Rhône-Alpes, de "courir après l’extrême droite" dans son objectif de prendre la tête du parti. Si l’accusateur fait savoir qu’il ne sera pas candidat à cette compétition, il se dit prêt à apporter son soutien à Valérie Pécresse. Mais que signifie "courir après l’extrême droite", expression toute faite qui s’allie le plus souvent avec l’impératif de "ne pas faire le jeu du FN " ? Bertrand laisse comprendre ses réticences quand il préfère parler de France "inégalitaire" plutôt qu’"identitaire", Il explique aussi : "En 2012 comme en 2017 ce n’était pas la droite "décomplexée" mais radicalisée". Bref, courir après l’extrême droite revient, pour Bertrand, à aborder les sujets préemptés par Le Pen (la laïcité, la nation, la souveraineté, la cohésion nationale, l’immigration, la place de l’islam, etc). En d’autres termes, Bertrand s’interdit apparemment de traiter ces questions déjà contaminées. Il préfère, si on suit bien, les laisser au monopole du FN ou à Wauquiez, soupçonné de vouloir faire alliance avec Marion Maréchal Le Pen. Mais Bertrand, homme de terrain qui dit avoir rompu avec la pensée obligée, ne voit-il rien du malaise existentiel des Français ?

En rejetant la question identitaire, au prétexte de se distinguer du FN et de la droite "radicalisée", Bertrand tombe dans le vieux piège du sectarisme et de l’intolérance. Sa posture mimétique du donneur de leçons, qu’il emprunte au camp du Bien qui l’a fait gagner face au FN dans sa région, est anachronique alors que la droite a une obligation de resserrer les rangs. D’autant que le patron des Hauts-de-France parle comme Marine Le Pen quand il dit vouloir s’adresser à la "France des oubliés", expression initiée sur ce blog il me semble. Quand il dit vouloir "parler à la fois à l’ouvrier et au chef d’entreprise (…) au rural et à l’urbain", il ne dit pas autre chose que Marion Maréchal Le Pen lorsqu’elle déclare, dans un entretien récent à Valeurs Actuelles : "La stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoise conservatrice et des classes populaires". Ce que Bertrand ne veut pas voir, par refus idéologique, c’est que l’identité est ce lien qui reste commun aux classes populaires et à la droite conservatrice, soucieuses de protéger des valeurs remises en question par le relativisme et le multiculturalisme. En fait, Bertrand s’est laissé macroniser à son tour, dans une conversion à l’économisme en tout et dans une aversion pour le discours identitaire, réservé aux seules minorités ethniques ou sexuelles. Cette doctrine porte les échecs à venir. La question du moment est : qu’attend Bertrand pour rejoindre La France qui marche ? Elle parle comme lui.

Voir en ligne : http://blog.lefigaro.fr/rioufol/201...

Navigation