Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Piégé, le CSA prépare une déferlante du FN sur les antennes.

, par  Renaud Revel , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

 

Marine Le Pen, presidente du Front National, invitee de Caroline Roux sur le plateau de "C Politique" sur France 5. Paris, FRANCE - 07/10/2012/Credit:IBO/SIPA/1210072013

Pas une radio depuis plusieurs semaines, pas une télé non plus : Marine Le Pen et ses principaux lieutenants observent une cure de silence pour lez moins inédite, alors que la bataille bat son plein, à droite comme à gauche, en vue de la présidentielle. Déclinant toutes les propositions qui leur sont faites, les têtes d’affiches du Front national ont pour ainsi dire disparu des écrans radars. Jusqu’à Marion Maréchal Le Pen récemment sommée par sa tante de renoncer il y a quelques jours au rendez-vous de France 2, L’émission politique, auquel elle était conviée.

Voulue, totalement organisée, cette stratégie d’occultation, d’effacement, médiatique est faite pour mieux rebondir dans les mois qui viennent, quand le Front national, équilibre du temps de parole oblige, saturera à l’inverse ce même espace médiatique. C’est la hantise des différents responsables des grands médias audiovisuels, qui s’attendent à recevoir un rappel à l’ordre du CSA : l’instance de régulation a le nez sur le chronomètre, qui sommera, le moment venu, les chaînes d’inverser le curseur.

Si bien que les nombreuses heures d’antennes accordées aux Républicains dans le cadre des primaires – en attendant celles à venir du PS, toutes aussi chronophages – devront être compensées, de manière métronomique, par des chaînes d’ores et déjà plongées dans l’embarras. Pour le Front national, c’est du pain béni et la perspective d’obtenir de très longues tranches d’antennes sur les principaux tréteaux du Paf. Et ce à quelques encablures de la campagne présidentielle, au plus chaud du débat. Le Front national, dont le niveau dans les sondages reste élevé et intact, engrange ainsi sans efforts, silencieusement. Les déchirements médiatisés au sein du camp des Républicains lui sont une aubaine. Et la multiplication, jusqu’à l’indigestion, de prises de parole des ténors de droite, comme de gauche, offre à Marine Le Pen et ses généraux un boulevard médiatique. C’est un joli matelas d’heures d’antennes que le CSA lui thésaurise…

Cet état de fait pose la question des règles absurdes en vigueur. Et de ses conséquences sur le plan politique. Le CSA, qui n’a aucun pouvoir de régulation sur internet -où le débat politique est pourtant omniprésent- s’obstine à jouer archaïquement du chronomètre pour des chaînes dont la ligne éditoriale est encadrée par des textes devenues définitivement obsolètes avec le temps.

Voir en ligne : http://immedias2016.com/2016/11/pie...

Navigation