Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Nous avons eu Hollande, devrons-nous supporter Macron ?

, par  noreply@blogger.com (atoilhonneur corto) , popularité : 2%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Avec Macron, et au regard des quelques 300 élus socialistes qui l’ont d’ores et déjà rejoints, c’est le parti socialiste à la sauce hollandaise qui se reconstitue. Faut-il, après les 5 années passées, que les Français soient veaux-vaches-moutons, pour vouloir en re-bouffer. Enfin, quand je dis les Français, je parle des quelques 20 à 25% qui se disent prêts à aller voter pour lui. Le gars, c’est tout simplement celui qui a " inspiré " Hollande en matière de politique économique, on a vu le résultat, le pays est au bord du gouffre. Maxime Tandonnet, dans son dernier billet, le qualifiait de renégat puisque le Mignon avait démissionné du gouvernement, plantant ainsi celui qui l’avait fait. Renégat, vraiment ? J’ai de plus en plus de mal à le croire.

Parce que si on regarde un tant soit peu en arrière, que voit-on ? Le Mignon démissionne en août 2016, il y a moins d’un an. Il démissionne au moment où les tensions entre les frondeurs du PS et ce qu’il reste de la majorité sont les plus vives paralysant de fait l’action gouvernementale.

5 mois avant de démissionner, en avril 2016, il fonde En Marche ! 1 mois après avoir déclaré que Président devait se représenter car " seule candidat légitime de la gauche ". Mais Hollande, pour une fois lucide sur le peu de chance de gagner, décide de ne pas se représenter. La voix est libre pour Macron.

Avril 2016, fondation d’En Marche !, août 2016 démission du gouvernement, 16 novembre 2016, il se déclare officiellement candidat à la Présidence de la République et annonce avoir déjà +/- 400 promesses de parrainage. Le 7 mars 2017, il obtient plus de 600 parrainages, 1 266 au 10 mars. A 39 ans !

En moins de douze mois le gars fonde un mouvement et se retrouve, selon les sondages, en position de remporter l’élection présidentielle. Moins de douze mois pour que 23 à 25% des Français se déclarent prêts à voter pour lui le 23 avril. D’aucuns nous disent que c’est une bulle médiatique, d’autres que le Mignon est sorti de nulle part et moi qu’il est tout le contraire de cela : il a été parfaitement programmé ! Par qui ? 

D’une part par Hollande et d’autre part par ce que j’ai appelé depuis 5 ans la Socialie. Cette espèce de nébuleuse : la gauche caviar, affairiste et mondialiste (Bergé, Drahi, Niel, Pigasse, Bompard, Bolloré,...) rejoint par tous ces élus socialistes qui voient en Macron l’homme qui leur permettra de sauver leur idéologie sociale-libérale autant que leur gamelle. Avec Hamon, c’est la Bérézina assurée, avec Macron, une chance de sauver les meubles aux législatives. Le jour où tout ce monde là, Hollande y compris, a pigé que que ce même Hollande ne pourrait se représenter, En Marche ! pouvait se mettre en mouvement. Programmation réussie !

Comment expliquer qu’un gars comme ce Mignon qui assure ne plus avoir un sou en poche et vivre aux crochets de sa femme (on se marre) ait pu en moins d’un an réunir autant de moyens sans imaginer que son élaboration ait été parfaitement anticipée et préparée ? Voilà s’ouvrir à lui les banques qui n’hésitent pas à lui prêter 8 millions d’euros quand MLP, assurée de dépasser les 5% de suffrages exprimés, cherche depuis des mois et désespéramment à emprunter à ces mêmes banques ; comment ne pas voir dans cette inégalité de traitement une volonté claire, évidente, concertée de favoriser l’un et pas l’autre ? Comment, sans tomber dans le complotisme, ne pas y voir un boycott organisé de longue date au profit du Mignon, ex-banquier, au détriment de La Marine.

Encore ministre, il recherchait et récoltait déjà des fonds (déplacements à Londres, Las Vegas,...) pour sa campagne et on apprend ces jours-ci que depuis des semaines Jean-Yves Le Drian lui fournit des notes et des renseignements sur notre défense nationale. Impossible sans l’aval de Président. Dès lors, imaginer que quelques officines aient, sur la demande ou avec l’accord de Président, fourni aux médias les biscuits pour casser du Fillon, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

Non, le Mignon n’est pas en campagne depuis qu’il a démissionné, il l’est depuis au moins 2 ou 3 ans et François Hollande ne pouvait pas ne pas le savoir. Voilà pourquoi ce n’est pas un renégat.

Nous avons eu Hollande, devrons-nous supporter Macron ?

Sera-t-il au second tour de l’élection ? Difficile à dire mais s’il l’est, face à MLP, il sera le prochain Président de la République. Aura-t-il par la suite une majorité confortable à l’Assemblée Nationale ? J’ai du mal à y croire mais je me dis aussi qu’un gars qui a si bien mené sa barque jusqu’à présent n’a pas pu ne pas anticiper cette difficulté. Compte tenu de ce qui précède et de tous les efforts qui ont été faits autour de sa personne, je suis prêt à parier qu’il l’aura. Hélas.

Voilà pourquoi nous ne devons pas lâcher Fillon, bien au contraire.

Folie passagère 3477.
D’accord, pas d’accord : atoilhonneur chez yahoo.fr

Voir en ligne : http://corto74.blogspot.com/2017/03...

Navigation