Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Migrants à Saint Bauzille, le préfet conspué, le maire démissionne

, par  Jordi Vives , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ
PNG - 456.3 ko

21/10/2016 – 13h55 Saint Bauzille de Putois (Lengadoc-info.com) – Entre 500 et 600 personnes étaient rassemblées ce 20 octobre 2016 pour une réunion publique houleuse dans la salle polyvalente de Saint Bauzille de Putois concernant l’arrivée prochaine de 87 migrants issus de la Jungle de Calais.
Saint Bauzille

Crédit : Lengadoc Info

En effet le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a décrété que cette fameuse Jungle serait démantelée très prochainement. Cette décision a été prise à cause des troubles à l’ordre public quotidiens provoqués par les milliers de clandestins à proximité de la ville de Calais. Ce sont donc 12 000 hommes qui vont être disséminés sur le territoire national. Dans l’Hérault ce seront 207 de ces « majeurs célibataires » qui seront implantés. Une part à Montpellier et 87 d’entre eux dans le village de Saint Bauzille de Putois. Une arrivée qui n’est pas du tout du goût de la population ni de celle du maire soutenu par son Conseil, lequel a largement communiqué son avis. En effet, c’est suite à un simple appel téléphonique de la sous-préfecture que le maire a appris il y a une semaine que sa commune avait été choisie pour cet accueil. La raison invoquée par les services de l’Etat étant que Saint Bauzille de Putois est la seule commune du département à posséder une structure d’accueil aux normes. En effet, un bâtiment d’accueil de jeunes appelé « Les Lutins Cévenols » existe depuis fort longtemps à la sortie nord du village et y reçoit des adolescents en difficulté en leur proposant des activités de pleine nature. Ce centre est géré par l’association SOS, présidée par Jean Marc Borello. Cette association qui possède 13 000 salariés a été qualifiée hier soir par le maire de la commune, Michel Issert, de « multinationale de la pauvreté », accusée de ne « penser qu’au pognon ». Il est vrai qu’avec un chiffre d’affaires annuel de 650 millions d’euros, la pilule passe mal en Cévennes où la population est plutôt proche du RSA…
Saint Bauzille

Michel Issert, maire de la commune a tenu à remercier les nombreux soutiens reçus en mairie suite à sa décision de rendre public le passage en force de l’Etat dans la commune. Soutien reçu du Conseil municipal à l’unanimité. Ensuite de la part de ses administrés, une écrasante majorité étant opposés à cette arrivée. Les communes situées aux alentours ont également apporté officiellement leur soutien exprimant le fait que cette problématique concernait tout le monde. Il avait été décidé que personne ne serait autorisé à prendre la parole et que les questions seraient posées par écrit, de façon à éviter toute digression et risque de dérapage. Michel Issert après avoir à nouveau exprimé son opposition a tenté de répondre aux questions en n’hésitant pas à renvoyer les sujets délicats en direction de l’équipe préfectorale.

Le Préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, représentant de l’Etat, au début plein de morgue, a essayé de convaincre les habitants du bien fondé de cette implantation obtenue au forceps. Ses arguments techniques n’ont recueilli que des concerts de protestation d’une population très remontée. Une petite partie de la salle semblait pourtant soutenir cette arrivée de « réfugiés ». Principalement des femmes venues en groupe et en avance. D’après des habitants du village, ces femmes ne seraient pas de Saint Bauzille mais viendraient de la commune de Sumène où un important tissu associatif est implanté.

JPEG - 126.1 ko

Crédit : Lengadoc Info

Parmi les sujets de préoccupation qui ont cristallisé le mécontentement populaire, on peut relever :

La disproportion numérique. 87 hommes (40% des migrants du département) pour une population de 1861 habitants.

La non consultation de la population, considérée comme un déni de démocratie et coup de force de la part de l’Etat français.

Les problèmes de sécurité  : sujet très préoccupant notamment à cause des affaires de viols. Ont été évoqués le viol d’une interprète dans la Jungle de Calais la semaine dernière et celui du « violeur au tesson de bouteille » à Montpellier le mois dernier. Le Préfet indiquait alors que les migrants étaient aussi honnêtes que la population présente dans la salle. Des remarqes irrévérencieuses fusaient alors : « comme sur l’estrade ? »

La question du coût de l’opération. Pour chaque migrant, S.O.S touchera 29 euros par jour. Quant à lui, le migrant aura un viatique via une carte bancaire de 40 € par jour soit 1200 euros par mois, ce qui est largement plus que la plupart des cévenols. Le Préfet a par ailleurs précisé que ces sommes seraient à la charge de l’Etat, réflexion qui a déclenché un tonnerre de protestations « l’état c’est nos impôts… ». En outre, aucune indemnité n’est prévue pour la commune accueillante et le maire s’est vu refuser la communication de la convention entre l’Etat et l’association S.O.S pour cette opération.

La question de la durée. A cette question, le Préfet a répondu que chaque migrant avait un délai d’un mois pour établir sa demande d’asile auprès de ses services, cela s’effectuant dans un C.A.D.A (centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) comme à Montpellier-Mermoz. A l’issue de ce délai, une procédure d’expulsion pourrait être envisagée pour ceux qui ne se seraient pas mis en règle. Le Préfet avouait malgré tout que le C.A.O (Centre d’Accueil et d’Orientation des Lutins) pourrait avoir une existence jusqu’au mois de juin 2017… Nouvelle qui n’a pas été du gout du public.

Une réunion houleuse donc, où les réponses n’ont pas eu l’effet d’apaisement attendu par la préfecture. Stéphane, un artisan du village proposait même, après la réunion, « de jumeler St Bauzille avec Cisco (Corse) et Asotthalom (Hongrie) ». Une implantation de migrants qui, visiblement, n’est pas du goût de tout le monde et qui risque de faire couler encore beaucoup d’encre.

Conséquence immédiate, ce vendredi matin, le maire de Saint Beauzille a annoncé qu’il démissionnait de ses fonctions.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Voir en ligne : http://www.lengadoc-info.com/4095/p...

Navigation