Marine, collabo... ou résistante ?

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France
JPEG - 18.8 ko

J’entends assez régulièrement autour de moi des gens, qui me semblent pourtant à priori doués de facultés intellectuelles normales voire supérieures, expliquer, la voix traduisant une angoisse ontologique, que voter Marine le Pen, ce serait porter au pouvoir un hologramme en jupons d’Hitler. Et ils poursuivent en admettant qu’ils sont d’accord avec la plupart de ses propositions (si ce n’est la sortie de l’euro et de l’Europe – un patrimoine durement constitué qui s’envolerait en fumée), mais que le passé sulfureux des fondateurs du Front National disqualifie pour l’éternité le parti du repli et de la fermeture. Ils iraient même jusqu’à voter Mélenchon, pourtant héritier du très gentil Léon Trotski, pour faire barrage à la bête immonde !

J’avoue que ce mode de raisonnement me laisse quelque peu rêveur.
Hitler, c’était quoi, au fait ? La domination par la force de l’Allemagne sur l’Europe (dans un premier temps, le monde ensuite), dont les peuples seraient soumis (soumis, ça ne vous dit rien ?) au führer. Hitler, c’était l’élimination des juifs en général, et des juifs allemands en particulier – aussi allemands que lui, peut-être plus que lui, qui était autrichien. Hitler, c’était l’éradication de tout ce qui ne marchait pas droit… ni plus ni moins que Staline.

Qu’en est-il de la France d’aujourd’hui ? Un pays investi depuis à peine cinquante ans par plus de 6 millions de Nord-Africains, essentiellement musulmans, qui ne souhaitent pour bon nombre d’entre eux ni s’assimiler, ni s’intégrer, mais qui ont par contre des exigences communautaires, de plus en plus d’exigences, au gré de nos reculades. En bon français, cela s’appelle une invasion. Si la France fait aujourd’hui face à un envahisseur, l’envahisseur ne s’appelle ni Marine le Pen, ni Front National. Il s’appelle l’Islam, et son armée est constituée de musulmans et de musulmanes. L’Islam n’est pas une religion pacifique. Il n’est que de constater ce qui se passe dans tous les pays où il règne en maître : les non musulmans son persécutés, rançonnés, chassés, quand ils ne sont pas carrément assassinés.

Qui, en France, prône la collaboration/soumission avec les envahisseurs, qui leur accorde des droits communautaires, qui leur vote des subventions (cachées) pour construire des mosquées ? Ce n’est pas Marine le Pen. Qui fait exploser des bombes ? Qui lance des camions sur les foules ? Qui égorge au cri d’ « Allah Akbar » hommes, femmes, enfants ? Qui s’attaque à des juifs parce que juifs ? Les premiers résistants au nazisme étaient d’extrême droite. Les socialistes, communistes, radicaux ou centristes de l’époque, eux, collaboraient. Marine le Pen est peut-être d’extrême droite (puisque qualifiée de telle par nos guides spirituels), mais tant qu’à faire des comparaisons oiseuses avec la deuxième guerre mondiale, c’est dans le camp de la résistance à l’envahisseur qu’il faut la placer, pas dans celui des à-plat-ventristes !

Alors si on veut pousser le raisonnement à son terme, voter pour n’importe qui, contre Marine le Pen [1], serait voter contre la résistance à l’envahisseur, pour la soumission et la collaboration. Comme quoi à vouloir jouer avec l’Histoire, on peut se prendre les pieds dans le tapis !

A ce propos, les belles âmes habituelles se sont indignées bruyamment du refus de Marine le Pen de considérer que la France était responsable de la rafle du Vel d’Hiv, feignant de croire qu’elle montrait ainsi le « vrai visage du FN », révisionniste, antisémite etc... Sauf qu’elle ne faisait en l’occurrence que prendre à son compte la ligne suivie par tous les présidents de la République, dont de Gaulle et Mitterrand, jusqu’à ce que le lamentable Jacques Chirac décide de se repentir tous azimuts. Or, ce qui était essentiel dans les propos de Marine le Pen, ce que bien entendu les médias n’ont pas voulu entendre, c’est qu’elle affirmait ainsi que les commanditaires de la rafle n’étaient pas les dirigeants légitimes de la France, et que l’État français était incarné par la France Libre de de Gaulle !

[1je ne dis pas de voter pour elle, je dis simplement que quand on vote uniquement contre, on se retrouve avec un Hollande

Navigation