AIDEZ-NOUS sans faire le moindre effort -FACILE - CLIQUEZ ICI
Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Le Monde arabo-musulman, un baril toujours plus dangereux. (V)

, par  vanneste , popularité : 2%

http://www.christianvanneste.fr/201...

JPEG - 221.9 ko

Le Moyen-Orient et le monde arabo-musulman sont parcourus par des des divisions plus nombreuses aujourd’hui que dans les années 1990, à la chute de l’URSS, ou 2010, lors de l’illusoire Printemps arabe. L’idée de réaliser la même opération dans les pays arabes que dans l’Europe de l’Est, une progression de la démocratie libérale, s’est, en effet, révélée une dangereuse illusion. Il n’est pas absurde de s’interroger aujourd’hui sur le lien entre cette forme de régime politique et son terreau chrétien. La séparation des pouvoirs et la limitation de l’empiétement de l’Etat sur les droits de la personne sont inscrites dans une religion qui sépare Dieu et César, et permet à chaque individu de revendiquer l’autonomie de sa destinée spirituelle par rapport au pouvoir temporel, et son égale dignité d’enfant de Dieu. Ce n’est donc pas le hasard qui fait que les démocraties les plus solides et les plus tolérantes se situent dans des pays à dominante protestante. Une sorte de dégradé peut ensuite couvrir le monde, avec les pays catholiques, plus coutumiers des dictatures, les orthodoxes, héritiers du césaro-papisme byzantin, chez qui la démocratie est plus rare, et les religions non chrétiennes. L’alternance régulière de la majorité et de l’opposition constitue le modèle anglo-saxon. Les Etats dont la population adhère à des religions orientales, comme le Bouddhisme, semblent y répugner. L’Inde représente une exception de taille, mais le long règne de la famille Nehru-Gandhi, et les inégalités criantes, en font aussi une démocratie « à part ». Il n’existe aucune démocratie dans le monde arabo-musulman. La confusion des pouvoirs religieux et politique de même que les discriminations et l’intolérance qui sont au coeur de l’islam y prédisposent peu. Trois pays se distinguent toutefois : le Liban en raison de la multiplicité de ses communautés confessionnelles, et de la dominante historique des chrétiens ; la Tunisie, où Bourguiba a insufflé lors de l’indépendance une certaine dose de laïcité, mais l’importance du contingent tunisien parmi les djihadistes montre à quel point, sous la surface, la réalité du pays est plus inquiétante ; la Turquie, enfin, dont l’évolution actuelle vers le pouvoir autocratique d’Erdogan, dissipe le fantasme qui voyait dans son parti une sorte de « démocratie musulmane », comme il y a des « démocraties chrétiennes ».

La division de l’islam entre Chiites et Sunnites constitue la fracture la plus profonde annonçant le séisme qui menace le Moyen-Orient. Les Etats qui sont à la tête de chacun des deux camps ne sont pas des démocraties, mais l’un et l’autre des « théocraties » ou la loi coranique l’emporte sur la volonté des hommes. L’Arabie Saoudite est une monarchie absolue. Le pouvoir y est détenu par la famille Saoud, mais celle-ci ne l’a conquis que grâce à une alliance nouée au XVIIIe siècle avec Ibn Abdelwahhab, le doctrinaire salafiste du wahhabisme, une conception hyper-rigoriste de l’islam qui inspire toujours le royaume. Modestes souverains d’une oasis du Nejd, c’est lors de la troisième tentative, que les Saoud se sont emparés de l’ensemble de l’Arabie et ont arraché les villes saintes du Hedjaz, La Mecque et Médine, en 1924, aux Hachémites qui étaient « Chérifs de la Mecque ». Les Hachémites, qui règnent sur le Jordanie maintenant, y étaient légitimes puisque descendants de Mahomet. Les Saoud ne le sont pas. Leur pouvoir tient à l’immense richesse pétrolière et au wahhabisme. A défaut de descendre du Prophète, il leur faut être plus musulmans que lui. La troisième carte, maîtresse, des Saoud est le soutien sans failles des Etats-Unis. Le géant pétrolier a des pieds d’argile, notamment la présence d’une forte minorité chiite en son sein, mais aussi son éclatement tribal, et les inégalités considérables d’un pays où les chrétiens n’ont aucune place. De l’autre côté du Golfe, dans un face-à-face menaçant, se trouve l’iran, perse et non-arabe, trois fois plus peuplé, et qui est une théocratie chiite qui a la forme d’une république, avec un guide suprême, qui détient le pouvoir religieux, supérieur au pouvoir politique. Le système a l’apparence d’une démocratie, avec un Président de la République et un Parlement, où siègent d’ailleurs quelques députés chrétiens. La réalité limite toutefois la démocratie au point de savoir si l’islamisme qui règne va être plus ou moins rigoureux ou modéré. L’Iran influence directement le Hezbollah libanais, la Syrie de Bachar Al-Assad qu’il soutient, et de plus en plus l’Irak dont la majorité chiite détient aujourd’hui le pouvoir.

La Russie est alliée de l’Iran. Les Etats-Unis de l’Arabie Saoudite. Celle-ci exerce une influence sur de nombreux états sunnites grâce à sa richesse. Mais on peut percevoir dans sa stratégie une certaine dispersion qui ne le rend pas efficace et éveille même des craintes sur la stabilité du pays. Son ennemi principal est le chiisme qu’elle combat directement au Yémen. Elle a aidé les rebelles syriens. Quelle a été l’étendue de ce soutien ? A-t-il englobé les terroristes d’Al Qaïda, voire l’Etat islamique ? On peut le penser d’autant plus que la manne saoudienne peut provenir de l’un ou l’autre clans richissimes du pays plutôt que de l’Etat lui-même. Les résultats sont minces. En Syrie, l’axe chiite l’a emporté, de même qu’il a renforcé son emprise sur le Liban. C’est ce qui explique l’étonnante gesticulation d’Hariri, démissionnant comme Premier Ministre du Liban, alors qu’il est à Riyad. Malgré la férocité des moyens employés contre les rebelles chiites yéménites « Houthis », ceux-ci tiennent toujours la capitale. Le second ennemi est un rival à l’intérieur du sunnisme : les Frères Musulmans, qui accusent les Saoud d’hypocrisie. Ryad accompagne financièrement l’Egypte de Sissi qui les a chassés du pouvoir. Elle punit en revanche le Qatar qui les avait accueillis. Leur présence au sein des rebelles du Printemps arabe contribue à disloquer l’alliance qui soutenait ce mouvement. L’Arabie n’est plus sur la même ligne que la Turquie, mais se retrouve en revanche en « phase » avec Israël dans leur hostilité commune au hezbollah. La Turquie demeure la protectrice des opposants au gouvernement syrien plus ou moins liés aux Frères Musulmans et qui tiennent plusieurs secteurs dans le nord-ouest du pays, mais est hostile à ceux qui ont pris Raqqah au nord-est, car ils sont essentiellement kurdes. Les Turcs se sont rapprochés des Russes, ont mis en place avec eux les zones de désescalade. Les Américains, et paraît-il des Israéliens, sont aux côtés des Kurdes.

Le Western annoncé en 2011 d’un combat entre le bien et le mal, la démocratie conquérante et les affreux dictateurs s’est mué en un obscur film d’espionnage dont sont amateurs les esprits compliqués et un peu tordus : agents doubles, retournements d’alliance et trahisons nourrissent le scénario. La fin des premiers est toujours garantie. Tel n’est pas le cas des seconds… (à suivre)

Voir en ligne : http://www.christianvanneste.fr/201...

Navigation