Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

La Corée du Nord existe-t-elle ?

, par  Contrepoints , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

Par la rédaction de Contrepoints.

Soixante-cinq ans. Soixante-cinq interminables années que le régime nord-coréen est en place. Il est aujourd’hui le système politique le plus totalitaire au monde – peut-être même le seul, si l’on s’en tient à la définition la plus académique du terme totalitaire –, et un des plus étranges que la planète Terre ait jamais connus. Frontières hermétiques, absence complète de Droits Fondamentaux, réseau de camps de concentration où règne une épouvante permanente, famines à répétition – des millions de morts dans les trente dernières années –, population réduite à la condition de bagnard, éducation et rééducation idéologiques massives de l’individu tout au long de sa vie, misère, corruption, absurdité, laideur, dénonciations, désespoir : coupés du reste de l’humanité, les Nord-Coréens vivent un enfer difficile à imaginer. Ajoutons à cela la menace permanente que fait peser cette petite nation sur ses voisines ; à la moindre contrariété, Pyongyang a l’Apocalypse à la bouche et menace de faire s’embraser la région.

Et ce n’est pas tout : la RPDC est également le plus gros producteur et le plus gros vendeur de faux dollars, le fournisseur du Hezbollah en missiles, une plaque tournante idéale pour tous les trafics illégaux possibles, un pourvoyeur d’esclaves pour la Russie – ils peuplent les zones désertiques de Sibérie –, et l’enfant chéri du communisme chinois. À la fois stalinienne, maoïste, dynastique, mafieuse et terroriste, la Corée du Nord est un cas unique et passionnant dans l’histoire idéologique. Pour l’esprit libéral, cette nation hors de la réalité, black hole économique et tumeur géopolitique, est un formidable champ d’analyse et de réflexion sur l’État et sur le socialisme. Que l’actualité en cours attise notre curiosité révolutionnaire !

Design by Stalin

Incapables de décoder la logorrhée du matérialisme dialectique, les médias occidentaux mainstream sont prompts à oublier que la Corée du Nord est purement et simplement un régime communiste. Son idéologie présente pourtant un pedigree de haut rang. Elle repose sur deux idées fondamentales, dont les noms sont répétés à longueur de journée par les hauts-parleurs, les affiches, les fresques humaines, les ballets, les commissaires politiques, les enfants robotisés, les chorales, les fanfares et les émissions de radio et de télévision : le Djoutché et le Songun.

C’est à Staline qu’il faut attribuer l’invention du premier. Accédant au pouvoir à la mort de Lénine, il élabore un concept nouveau : « le socialisme dans un seul pays ». C’est-à-dire : un communisme nationaliste, affirmant haut et clair n’avoir pas besoin des autres nations pour prospérer à son rythme fulgurant, loin de leurs manigances et de leurs vices. On met l’internationalisme entre parenthèses, le temps d’échafauder un totalitarisme qui tienne la route, et de s’armer pour les conquêtes à venir. Les Khmers Rouges donnèrent, eux aussi, dans cette logique du renfermement complet sur soi-même, même s’ils en ont bricolé une interprétation préhistorique, très différente de la version nord-coréenne – plus proche de l’épopée et, involontairement, du burlesque. Bien entendu, cette autarcie génère une xénophobie systématique, une mégalomanie étatique complète, une paranoïa caractérisée, et une formidable incapacité à créer de la richesse. Les Coréens du Nord n’ont aucun moyen de communiquer avec l’extérieur, et n’en reçoivent aucune nouvelle. Quelques malheureux tentent de traverser la frontière la mieux gardée au monde, certains y parviennent. Un reportage montre une Nord-Coréenne arrivant à Séoul et découvrant l’existence du four à micro-ondes. Elle éclate en sanglots : « Comment ont-ils pu me voler ma vie à ce point ? » Elle ne parle pas de la faim, elle parle du mensonge. Ce peuple est le plus désinformé, le plus censuré, le plus manipulé, le plus brainwashé qui soit. Est-il pire torture, que de naître il y a 65 ans du mauvais côté du no man’s land, et de n’avoir rien connu d’autre depuis, que la peur, le dénuement et la propagande ? Être Nord-Coréen est une malédiction. Certains sont nés en camp de concentration, de parents enfermés, et ont survécu tant bien que mal, des décennies durant, en ces zones d’une cruauté sans nom – on y voit des enfants de gardiens y tuer des enfants de condamnés –, et y sont morts, sans avoir entrevu une seule seconde de leurs existences ce que nous appelons « liberté ». Que sont ces vies ? Des vies de victimes du communisme. Il est moral d’avoir froid dans le dos, si l’on songe à la Corée du Nord.

La Grosse Bertha Rouge

La seconde idée, le Songun, est la militarisation de la première. L’autarcie du Djoutché  trouve son climax dans un communisme de guerre fidèle à l’esprit de Lénine dans les années 1918-1921 : la totalité de l’économie sert le renforcement de l’armée. Sauf qu’ici, c’est un genre d’état de guerre sans guerre. On fait comme s’il fallait constamment soutenir le front, mais il n’y a pas de front. Ce conflit est imaginaire, légendaire, narratif, quand bien même la production d’armes est réelle. La guerre est racontée par le régime à ses victimes à des fins de communication interne et de cohésion populaire : pur orwellisme [1]. Elle permet également de vendre des armes aux autres dictatures. Et d’obtenir des devises en échange de traités de paix in extremis – raison pour laquelle la RPDC se lance régulièrement dans un numéro de pitre thermonucléaire. Kim brandit un couteau électrique, on rigole un bon coup, et la communauté internationale passe à la caisse à la fin du spectacle, en échange de six mois de calme. C’est cyclique et sempiternel, à l’image des mimes d’Avignon. Et sans doute est-elle un tantinet racontée par Kim 3 à lui-même, aussi, cette guerre. Être le petit-fils de Kim 1 et le fils de Kim 2 ne vous arrange pas les neurones. Recevoir le totalitarisme en héritage, comme une voiture de collection, ne rend ni raisonnable, ni humble. Kim 3 joue comme il peut avec les jouets qu’il a. Bercé par le marxisme-léninisme, les exploits de ses aînés, l’envie d’être aussi célèbre que Psy, et l’énorme médiatisation dont il fait l’objet depuis quelques jours, sans doute Kim 3 fait-il des rêves étranges. Ils débordent sur les nuits des Coréens du Sud et des Japonais. Ils parviennent à réveiller Obama en pleine nuit. Mister President, we have a problem. Pyongyangnam style. Kim 3 est une star. Il a rattrapé et dépassé Papa et Papy. Il est Doctor No 2.0.

Ne riez pas trop vite

Ne riez pas trop vite, non, car Kim 3 a des armes chimiques et bactériologiques. Il ne s’en servira jamais ? Aucun expert ne peut prétendre savoir avec certitude ce qui se passe dans la tête de Kim 3. La Corée du Nord, dit-on, est également équipée d’une puissante et nombreuse armée de hackers – c’est également le cas de la Chine. Peut-être, à l’instant même, êtes-vous épié par l’un d’entre eux : il est chargé de surveiller les sites libéraux français, vous arrivez sur cette page en même temps que lui, il vous détecte. Il note votre adresse IP, puisque vous lisez cet article ignoblement réactionnaire. Vous voilà happé par la fiction nord-coréenne. Nous sommes les figurants d’une fresque sans fin, dont Kim 3 est le centre. Le délire communiste a accouché d’un monstre parfait. Pékin veille sur lui comme le toxico adulte sur son petit cousin dealer.


Note :

  1. On ne peut complètement exclure que Kim 2 et/ou Kim 3 aient lu 1984.

Cet article La Corée du Nord existe-t-elle ? est paru initialement sur Contrepoints - Journal libéral d'actualités en ligne

Voir en ligne : https://www.contrepoints.org/2017/0...

Navigation