Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

INFO 644 AMEUR-EL-AÏN

, par  Jean Claude ROSSO , popularité : 1%

AU MENU DU JOUR :

Un PDF concernant l’INFO 644 relative au village d’AMEUR-EL-AÏN (département d’ALGER).

AMEUR-EL-AÏN est situé au carrefour de Route Nationale 42 et de la départementale 106, de TIPASA à AMEUR-EL-AÏN. Distant de 14 kilomètres de MARENGO, il est à 77 km au Sud-ouest d’ALGER.

A côté de la colonisation libre et de la colonisation officielle et dirigée, la Seconde République vit naître une troisième force de ce que l’on pourrait nommer une « colonisation prolétarienne ». Au lendemain des sanglantes journées de Juin 1848 qui avait opposé le peuple de Paris aux forces conservatrices, l’Assemblée constituante désirait se débarrasser de quelques milliers d’éléments subversifs. Elle promulgua, le 19 septembre un arrêté qui prévoyait l’installation de 12 000 colons, dans 42 centres agricoles, à créer en Algérie.

En 1849, après que des colons fussent arrivés de France, l’Administration militaire prépara 12 nouveaux villages, dont cinq dans la MITIDJA algéroise. Au nombre de ces « villages de 1849 » comme les nomment les documents figure AMEUR-EL-AÏN.

La commune était constituée de deux centres de peuplement principaux : Le village et le hameau de CHATTERBACH, 3 km vers l’Est. Ce hameau crée en 1853 par des Alsaciens (d’où son nom) est détruit par le séisme de janvier 1867.

La singularité de cette localité est la présence de familles Suisses dès le début de la colonisation. Fin janvier 1851, huit familles du Bas-Valais, nanties par leur canton d’origine d’un pécule de 375 francs vinrent s’y installer. Ils défrichèrent leurs jardins et écrivirent à des compatriotes de venir les rejoindre. En mars, 16 nouvelles familles arrivaient, puis une quarantaine d’autres.

Je vous laisse le soin de découvrir leur triste épopée née d’une illusion, celle de croire que, sans ressources, il est possible de se forger un destin dans un pays où les conditions climatiques et géographiques sont très différentes des nôtres…

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture du document transmis.

BONNE JOURNEE A TOUS
Jean-Claude ROSSO

Navigation