Découvrez des pages au hasard de l’Encyclo ou de Docu PN

Gross malheur pour Mutti Angela

, par  NEMO , popularité : 1%
NJ-Ile de France
JPEG - 86.8 ko

Berlin, photo personnelle

Les victimes du camion « fou » n’étaient pas encore évacuées du marché de Noël de Berlin, la place n’était pas encore nettoyée de leur sang, que nos maîtres à penser accouraient à la manœuvre : soyons prudents, pas de conclusions hâtives, rien ne dit qu’il s’agit d’un attentat islamique, et encore moins de l’acte d’un migrant radicalisé, ne laissons pas à l’extrême droite islamophobe le terrain médiatique. François Hollande et Angela Merkel main dans la main pour défendre les « valeurs » de l’Occident, menacées… non pas par les mahométans intégristes, qui, si on écoutait nos dirigeants bien aimés, ne seraient, en somme, qu’un « détail de l’histoire », mais par ces abominables populistes qui profitent de toutes les occasions pour essayer de leur piquer leur job.

Hier matin, sur RMC, entre autres, on avait sorti de la naphtaline le pas vraiment regretté Dominique de Villepin , pour lui demander un avis éclairé sur l’attentat (maintenant que les autorités ont donné le feu vert, nous sommes autorisés à confirmer qu’il s’agit bien d’un attentat, mais attention, hein, pas d’amalgame, interdit de prononcer le mot « Islam », sinon, tribunal). L’ancien premier ministre ne cachait pas son admiration pour Angela Merkel, qui n’avait pas hésité, envers et contre tous, à prendre un « risque en accueillant les migrants ». Un risque inoui, bien plus terrible que de perdre un enfant – d’ailleurs, elle n’en a pas-, le risque, s’il se produisait des « incidents » fâcheux comme celui du marché de Noël ou de Cologne, de perdre les prochaines élections. Oui, ne vous en déplaise, l’immigration est plus que jamais une chance pour la démographie allemande, surtout si de plus en plus de natifs disparaissent dans des accidents de la circulation. Cerise sur le gâteau, l’immigration apportera les enfants que les allemands ne sont plus capables de faire, sans doute depuis qu’ils affichent la photo de Mutti au pied de leur lit. De quoi leur couper l’appétit et le reste.
Quelle femme, quel tempérament, quelles convictions, Mutti Angela, quel sens de l’État et des intérêts des retraités allemands.

Sauf que, mon cher Dominique et consorts, le risque, pour l’instant, ce n’est pas Angela Merkel qui le prend, mais son peuple ; et les peuples voisins qui récupèrent les « réfugiés » dont l’Allemagne, après les avoir attirés, et maintenant débordée, se débarrasse auprès d’eux. Je ne suis pas sûr que les familles des victimes passées, actuelles ou futures de ces assassins se consolent de savoir que les djihadistes infiltrés ne sont qu’une infime minorité des « réfugiés » qu’on a reçus contre notre volonté. Ou qu’ils verseraient une larme si Mutti Angela se prenait un bon coup de pied au prose.

Franchement, je vous l’avoue, même si je sais que ce n’est pas bien d’avoir de mauvaises pensées à la veille de Noël, je ne serais pas particulièrement peiné si des « déséquilibrés » s’en prenaient un peu aussi aux proches de ceux qui nous font la leçon à longueur de temps. Si nos grandes consciences étaient un tant soit peu touchées dans leur propre chair, si c’était leur progéniture qu’elles devaient accompagner au cimetière, elles nous bassineraient sans doute un peu moins avec leur morale à deux balles, et elles redescendraient sur terre, les pieds dans la merde, comme nous.

Joyeux Noël quand même à tous ceux qui suivent fidèlement mes tribunes, et aux autres aussi (mais pas aux enfoirés qui nous gouvernent si mal, que le Père-Noël ne mette aucun cadeau dans leur soulier !)

Navigation