Emmanuel Macron : " Je suis un génie ! "

, par  noreply@blogger.com (atoilhonneur corto) , popularité : 1%
Cet article provient d'une source externe à NJ

" Non mais regarde-les ! Ils sont tous là, tous là à m’applaudir, à faire allégeance et dire que pas un de ces cancrelats et de ces bobos n’aurait misé un calot sur moi et les voilà à attendre que je prenne la parole et que je leur montre ce que c’est qu’un vrai discours parce qu’en attendant, la bignole parisienne, qu’est-ce qu’elle nous fait braire, il est nul son discours.


Non mais quelle journée ! Ah, ce matin, quel pied quand je me suis approché de l’autre flan, j’ai pris tout mon temps pour remonter le tapis rouge, certain qu’ainsi le monde entier aurait l’occasion de confronter ma classe, mon allant, ma droiture avec ce gras-double d’Hollande. Non mais p’tain qu’est-ce qu’il nous aura fait honte pendant 5 ans ! 

Il n’a rien vu venir le con. C’était l’étape numéro 1. Y a 5 ans, il me fait venir pour taffer à ses côtés. Le pauvre s’il avait pu savoir ce que j’allais lui mettre ! L’astuce, c’était d’apparaître comme un bon, un très bon, ho, hé, après tout chez Rothschild, j’étais parmi les meilleurs alors là, forcément, l’entulé de Culle, il n’aurait qu’à boire mes paroles et prendre mes conseils z’économiques comme paroles d’évangile. Et il l’a fait ! Il les a pris mes pactes, mes chocs, ma simplification et ma géniale loi Micron qui faute d’être efficace donnerait au moins l’impression que je faisais quelque chose pour le pays. Il a tout gobé. Il a dépensé sans compter avec le CICE et autres contrats de solidarité à la con et zou, la dette, elle a explosé, le chômage avec et sa courbe, il a pu se la carrer dans le sens inverse de celui qu’il avait promis. Bref, j’lui ai vendu une politique sociale libérale, il a acheté et... fait exploser le PS. Je suis génial ! Et ça a marché, plus le temps passait et plus le gars devenait impopulaire. Faut dire que mon pote Gantzer n’a pas ménagé sa peine pour le ridiculiser et le ringardiser : le coup de l’île de Sein, c’était génial ! Il n’a même pas pu se représenter : Je suis génial !

Etape numéro 2. Suffisait, après, de choisir le bon moment pour partir. Pas trop tôt pour rester dans l’actu, pas trop tard, la tache était immense. Quand je repense au jour où j’ai posé ma dem’... Quelle poilade ! J’suis passé pour un qui en avait ; y avait plus qu’à marcher vers l’Elysée. Personne n’y a cru quand j’ai lancé la grande marche en avant : En Marche, Emmanuel Macron ! Génial ça aussi le coup de l’acronyme. Ils n’ont rien vu venir parce que pendant que le gros me croyait en train de bosser à Bercy, je montais la machine infernale : les soutiens, les voyages au frais de la princesse, Los Angeles, Rome, Londres, etc... et tout ça gratos. Y avait qu’à se baisser pour ramasser les fonds et comme ça, tranquilou, plus d’un an avant le vote, j’étais déjà en campagne, les poches pleines de pognon et de soutiens en médias or massif.

Je suis beau, je suis riche, je suis jeune, pas difficile avec ça de trouver tout plein de gogos qui me feraient confiance et se battraient pour moi, y avait juste à jouer du pipeau, bien, et ils suivraient. En Marche !

J’ai promis tout et n’importe quoi, tout et son contraire. J’ai léché babouches, kippas et goupillons et comme un seul homme, j’les ai bluffé, ils ont marché. Je suis génial !

Etape numéro 4. Même Fillon, je l’ai niqué et ça, ça été encore plus facile que je l’imaginais, suffisait de sortir le dossier au bon moment, le transmettre au gros, faire un clin d’œil à Gantzer et roule ma poule ! J’ai crucifié Pénélope, me restait plus qu’à mettre Brigitte sous les projecteurs. J’aime ma femme ! Ça, j’l’ai piqué à Fillon mais avec moi, la main sur le cœur, z’ont craqué !

Grâce à Pépère, j’t’ai explosé la gauche, grâce au Canard, j’t’ai explosé la droite la plus bête du monde quant à Marine, y avait qu’à la laisser se fatiguer à tenter de faire péter un plafond de verre en béton. 

Etape numéro 5. Me restait plus qu’à vendre du vent et du printemps au peuple et vingt millions de gogos plus loin, v’là t’y pas que ce matin, sans coup férir, on m’a remis le Grand Collier et les clés du palais. J’m’en vais remonter les Champs en command-car et le monde entier, journalopes en tête, n’avait plus qu’à s’extasier devant ma réussite et mon génie. Je suis génial ! Je suis Président de la République Française ! Et à leurs tours, ils viendront tous me lécher les pompes à 800 euros la paire !

Bon, c’est pas le tout mais tant qu’elle cause la mairesse, j’viens d’avoir une nouvelle idée de génie. L’étape numéro 6, faire exploser LR... Je vais nommer un premier ministre de droite, bien en vue chez les juppéistes, ça devrait marcher - J’en connais pas un capable de resister aux ors de la République - et me rapporter plein de soutiens supplémentaires. Après tout, il me reste une centaine de circos à distribuer pour les législatives, y a bien une cinquantaine de LR qui vont rappliquer et frapper à la porte : suffit d’agiter la carotte et de faire briller les gamelles. Si avec ça, je n’obtiens pas la majorité absolue, c’est que j’m’y connais pas mais comme je suis un génie...

Demain, par contre, va falloir se taper Angela, ça ne devrait pas être trop difficile, elle m’aime, elle aussi. J’vais lui promettre qu’on va rentrer dans les clous, faire moins le guignol que l’autre flan, lui faire une courbette ou deux et ça devrait aller.

P’tain avec la baraka que j’ai, encore un mois à tenir, gagner les législatives, aucun doute, et je serai le maître du monde ! Je suis un génie et eux, des veaux ! "

Folie passagère 3537
Résultat de recherche d'images pour
D’accord, pas d’accord : atoilhonneur@yahoo.fr

Voir en ligne : http://corto74.blogspot.com/2017/05...

Navigation