DE NOTRE LANGUE

, par  Ali BouBou , popularité : 3%

Notre langue, qu’on disait celle de Molière,
Dépérit sous les coups des Droits LGBT,
Les genres bâillonnés par une muselière,
Chacun identifié au nom d’égalité.

Il faut discriminer désormais les fonctions,
Et écrire "écrivaine", "autrice" et "professeure"
Afin d’accélérer la désintégration
D’une langue indiquant le propre des "conseures".

La grammaire devient notamment "inclusive" :
"Les pigeons et les tourterelles seront belles",
L’adjectivation se faisant plus incisive…
Et c’est bien avec elle que les moutons bêlent.

Notre langue, il est vrai, était "phallocratique",
Sa féminisation la rend moins égoïste…
Pourtant ce serait bien de quelque herméneutique
Qu’elle se trouverait bien moins maximaliste.

Le plus grand des crimes reste l’identité :
Foin donc de "celles et ceux", on dira "celleux" :
On trouve ainsi la voie de toute vérité,
On gobera les œufs pochés plus scrofuleux. (17/03/17)

Navigation